Les publications de Marion

 

Envoyer un message


Ici dépôt géographique !

lundi 19 novembre 2018, par Marion

Peut-être les avez-vous vues, croisées à la boulangerie du quartier, dans votre médiathèque ou à l’école de vos enfants. Ces étranges petites boîtes bleues sont les « topo-boîtes », nouveau projet lancé par Laurance Henry – cie AK Entrepôt, artiste compagnonne, dans le cadre du printemps des compagnons, temps fort à venir pour le printemps 2018.

Souvenez-vous, il y avait eu d’abord en 2015 des boîtes rouges, les « boites à trouilles » qui avaient récolté sur le territoire les peurs des habitant.e.s sous forme de textes. Ces textes, ensuite construits sous forme de partition verbale avaient été déclamés par des « cœurs de trouilles », groupe d’amateurs formés pour l’occasion avant le spectacle A l’ombre de nos peurs de la même compagnie.

Puis, il y a cette envie folle de nos 7 artistes compagnons, attachés à ce territoire, aux rencontres qui s’y produisent depuis plusieurs années (avec les écoles, centres sociaux, villages, publics), d’organiser une grande fête artistique, un parcours dans le centre-ville de Cavaillon montrant divers formats artistiques fabriqués avec les habitant.es. Ce parcours sera construit sous le thème de l’Odyssée, explorant l’idée du voyage, des espaces et de nos frontières. Ce sera le 18 mai prochain, promis on vous en parle bientôt !

« Les paysages nous attirent dans la mesure où ils sont le miroir de notre perception intérieure. » Hélie de Saint Marc
C’est à partir de cette citation que Laurance Henry, souhaite nous réunir cette année pour le printemps des compagnons. A l’aide des « topo-boîtes », sorte de boîte aux lettres, elle propose aux passant.e.s et habitant.e.s d’y déposer récits, petit-mots ou dessins sur des espaces géographiques traversés.
« Partagez le lieu, l’endroit auquel vous êtes attachés. Quelques mots, un dessin ou une photo ; Dites-nous ce qui vous touche, les couleurs, les odeurs, les lumières, les sons, les mouvements…Un paysage de votre enfance, un paysage traversé lors d’un voyage… Celui dans lequel vous vous déplacez au quotidien…ou dans lequel vous vivez. Tous ces récits, souvenirs, images, ainsi récoltés puis mêlés dessineront une nouvelle cartographie partagée de nos lieux de vie, réels ou imaginaires. »

Depuis le mois d’octobre, ces boîtes ont été dissimulées sur le territoire avec nos partenaires du dispositif Nomade(s), ravis d’accueillir dans leurs communes un projet rassembleur et intergénérationnel. Les communes de Caumont-sur-Durance, des Taillades, Cabrières d’Avignon, Lacoste et Cavaillon font voyager les topo-boîtes dans les commerces, médiathèques, mairies, événements locaux ou encore chez l’habitant. Certaines écoles primaires se sont également emparées du projet pour le travailler avec leurs élèves.
Une fois cette matière récoltée, seront ensuite formés des groupes d’amateurs, sorte de troupes de messagers, « les facteurs nomades » portant à bout de voix ces textes recueillis, à l’image des cœurs antiques ou crieurs de rue. Deux ateliers gratuits, ouverts à toutes et tous, à partir de 6 ans, vous sont proposés dans chaque village afin de travailler la mise en voix. Une manière de se retrouver entre petits et grands, voisins et voisines ! Les apparitions et disparitions des « facteurs nomades » auront lieu au détour des rues, la semaine du 13 mai pour le printemps des compagnons.

Pour participer, infos ICI
Inscriptions auprès de Marion 04 90 78 64 60 / nomades@lagarance.com

P.-S.

Un grand merci à la mairie de Lacoste, le foyer rural et l’école primaire de Lacoste, la mairie de Cabrières d’Avignon, la médiathèque, l’association Cinambule et les commerces de Cabrières d’Avignon, la mairie des Taillades, l’association des Estivales, l’école primaire de la Combe, la boulangerie, le coiffeur, la pharmacie et la médiathèque des Taillades, la mairie de Caumont-sur-Durance, la bibliothèque, le foyer des jeunes, l’association Lou Fourniguié, l’école primaire Fernand Perrin et la supérette Utile de Caumont sur Durance, la MJC de Cavaillon, la médiathèque, l’office du tourisme et le centre social la Passerelle à Cavaillon.


« WRZZ : les exploits de trois chevaliers solitaires dans un monde dangereux...

vendredi 15 septembre 2017, par Les 26000 Couverts, Marion

Pour cette tournée Nomade(s) de rentrée, nous décidons de confier un petit carnet aux 26000 couverts, pour qu’ils nous laissent une trace de leur séjour. Avec eux, impossible de savoir à quoi s’attendre, d’autant plus qu’ils laissent planer le doute autour de leurs prises de notes au fil des jours. C’est juste avant de repartir dans leurs contrées bourguignonnes qu’ils nous remettent en main propre le fameux carnet, et qu’il nous est permis de l’ouvrir … Voici ce que nous y avons découvert ! »




Avignon 2017, sélection Garance

mardi 4 juillet 2017, par Nicolas, David, Marion, Ophélie

Comme chaque année, l’équipe de la Garance vous propose sa sélection de spectacles et de rencontres parmi la programmation du Festival d’Avignon. On a donc épluché les programmes, passé en revue les 1480 spectacles du Off, pour aboutir à la sélection toute personnelle et bien entendue non exhaustive ci-dessous. Sur les réseaux sociaux et ici-même, n’hésitez pas à partager vos coups de cœur.

Séances de rattrapage

- Prison possession, de François Cervantes, à 12h25 au 11/Gilgamesh
- Les règles du savoir-vivre dans la société moderne, d’Agnès Régolo, à 15h30 au Théâtre du Balcon
- La Grenouille au fond du puits croit que le ciel est rond, par le Vélo Théâtre, à 18h à la Maison Pour Tous Champfleury (8 au 18 juillet)

Artistes passés par la Garance et qu’on aime toujours

- A, par le Collectif Skappa, à 17h au festival Villeneuve en Scène (à partir de 6 ans)
- Maintenant que je sais, d’Olivier Letellier (à partir de 15 ans), sur un texte de Catherine Verlaguet, à 12h10 au festival Théâtr’Enfants

On les accueillera la saison prochaine...

... et vous pourrez ainsi lier connaissance :
- Elikia, texte de Suzanne Lebeau mis en scène par la Cie Tourneboulé (que l’on retrouvera ici en janvier 2018 avec Les enfants c’est moi), à 11h10 au Théâtre Artéphile
- la lecture de Quatorze, par la Cie Cassandre, qui sera présenté en avril 2018 à la Garance, le 13 juillet à 15h au Conservatoire d’Avignon (entrée libre).

La sélection de l’équipe :

David, dont voici l’agenda complet...

Jeune public :
- Piletta Remix, Collectif Wow, au Théâtre des Doms, 13h (à partir de 7 ans)
- My (petit) pogo, Fabrice Ramalingom, au CDC Les Hivernales, 12h (à partir de 7 ans)

Théâtre :
- J’ai trop peur , de David Lescot, à La Manufacture à 10h15
- Je garde le chien, de Claire Diterzi, à la Manufacture à 11h30
- Is There life on Mars, Compagnie What’s Up & Théâtre National Wallonie-Bruxelles au Théâtre des Doms à 15h
- Andy’s gone, de Julien Bouffier, Villeneuve en Scène à 19h
- Ma science fiction, de Laurent Hatat, à Présence Pasteur à 15h45
- Le fils, de Marine Bachelot Nguyen, à La Manufacture à 13h10
- Revue rouge, d’Eric Lacascade, Norah Krief et David Lescot, au 11/Gilgamesh Belleville à 19h40
- Tabula Rasa, de Violette Pallaro / Festival de Liège, au Théâtre des Doms 19h35

Danse :
- Œil et d’oubli, de Nans Martin, au CDC Les Hivernales à 15h45
- People what people, de Bruno Pradet, au CDC à 20h

Cirque :
- Fall fell fallen, de Lonely Circus à 20h Villeneuve en scène

Marionnette :
- Le Mahâbhârata de la Compagnie Jeux de Vilains à Villeneuve à 21h

Lecture :
- Roman du réel, en quête d’une théâtralisation : Edouard Louis, Hervé Guibert, le dimanche 9 juillet à 10h à La Collection Lambert

Et dans le In mais sans réservation gratuit et en accès libre (en arrivant tôt) : On aura tout par Christiane Taubira et Anne-Laure Liégeois à 12h au Jardin Ceccano

Film à Utopia en avant-première ou projection spéciale (voir gazette) :
- I’m not your negro, de et en présence de Raoul Peck
- 120 battements par minute de Robin Campillo (Grand Prix 2017 – Festival de Cannes )
- The Square de Ruben Östlund (Palme d’Or 2017 – Festival de Cannes)

Musique électro :
- Jacques au Kolorz Festival le 21 juillet à Carpentras
- Green Fest organisé par notre partenaire Inoove le samedi 15 juillet à Sorgues
- Festival Résonance du 25 au 30 juillet dans divers lieux d’Avignon dont la collection Lambert et le Quai des Allées pour l’électro pétanque du samedi 29 juillet…

Marie
- Autour du domaine, par le Collectif Porte 27 (que l’on accueille avec Chute ! la saison prochaine ), à Occitanie fait son cirque en Avignon à 22h30
- Les Miniatures de la Cie Pernette, au Festival Contre-courant de 18h à 22h le samedi 15 juillet
- Still in Paradise, de Yan Duyvendak et Omar Ghayatt, à La Manufacture à 22h30
- F(l)ammes, d’Ahmed Madani, à 11h au Théâtre des Halles

Ophélie
- Scena Madre, d’Ambra Senatore, dans le In
- le Sujet à Vif D avec Mathieu Desseigne-Ravel, Michel Schweizer, Jann Gallois et Lazare, dans le In également
- Heddy (titre provisoire), de Mickaël Phelippeau à La Parenthèse à 10h (8 > 14 juillet)
- La Mécanique des ombres de Sylvain Bouillet, Mathieu Desseigne-Ravel, Lucien Reynès, au CDC – Les Hivernales à 14h (9 > 19 juillet – relâche le 13)

Nicolas
- 1336 (Parole de Fralibs), de Philippe Durand / Comédie de Saint Etienne au 11/Gilgamesh Belleville à 20h10
- le triptyque de Nicolas Lambert sur l’A-Démocratie, avec Elf, la pompe Afrique, Avenir radieux, une fission française et Le maniement des larmes, au 11/Gilgamesh, à 10h
- Dans la vie aussi, il y a des longueurs, de Philippe Dorin, à 17h à la Parenthèse
- Petit bain, de Johanny Bert (que l’on a accueilli ici avec le très beau De Passage), à 10h30 au festival Théâtr’Enfants (à partir de 2 ans)
- Air(e)s de couleurs, installation qui fait écho à l’Opus 1 vu ici en mars dernier, par la Cie d’A côté, à 9h40 et 16h15, au même endroit

Et enfin deux documentaires au cinéma Utopia :
- L’aventure théâtrale, de Daniel Cling, sur la décentralisation théâtrale après 1945, le 18 juillet à 11h, suivi d’un échange avec Jean-Pierre Vincent
- L’apprenti spectateur, de Hélène Ricome, sur l’éducation artistique et le projet "Lycéens au festival", le 20 juillet à 14h, suivi d’un échange avec les CEMEA


Une belle soirée pour les élèves de Gadagne autour d’À l’ombre de nos peurs !

vendredi 19 février 2016, par Marion

La classe de CE2/CM1 de l’école Pierre Goujon à Châteauneuf-de-Gadagne a participé à l’aventure des chœurs de trouilles avec Laurance Henry. Ils ont présenté le résultat de leur travail le jeudi 28 janvier à l’Arbousière, juste avant la représentation d’À l’ombre de nos peurs. Les voici qui témoignent …

Moi le spectacle, j’ai adoré !!! Franchement j’adore, j’adore et j’adore ! J’ai bien aimé la « technique » de Paco : il est le premier à parler et … il a oublié sa phrase, sauf qu’il est intelligent mon Paco donc il dit une phrase au pif et ça marche bien. Franchement, garde cette « technique » ! Il n’y a pas que ça. Le reste était trop trop trop mille fois trop (parce que sinon ça prend trop de place) bien. J’adore la phrase « la trouille de la citrouille en forme de zombie, du zombie en forme de citrouille, de la pomme de terre transformée en zombie, du zombie en forme de pomme de terre ».
JULES

Je trouve qu’on s’est bien débrouillé. J’étais fière de tout le monde. Ça valait le coup de le faire. On a assuré. Vraiment. Quand on a fini, je me suis dit « c’était trop bien, j’ai trop hâte de recommencer ».
Au spectacle de la fille, au début j’ai eu un peu peur mais après j’ai adoré, elle m’a fait rentrer dans son histoire. C’était trop cool !
JULIETTE

J’ai adoré. J’aimerais le refaire cent fois !!! J’avais le trac mais après c’est passé et quand je suis rentrée j’étais très contente ! J’étais trop fière de ce spectacle. J’espère le refaire. J’ai juste trop adoré ! Le mot adorer je pourrais le dire encore et encore.
SARAH

Le théâtre au début j’avais le stress. J’avais envie de rigoler. En plus Noé me faisait rire. Je crois que je suis allée trop vite en parlant donc après j’ai eu le stress encore plus. Mon moment préféré c’est quand les gens ont applaudi longtemps, j’étais un peu émue. J’avais envie de le refaire, j’étais hyper excitée. Quand je suis rentrée chez moi, ma mamie, mon frère, ma maman, mon papa m’ont dit que c’était hyper au top !
JULIE

Les décors des deux spectacles étaient trop beaux surtout celui dans la forêt où l’actrice avait peur de l’araignée. Au spectacle du monsieur, au tout début, ça m’a fait sursauter, j’ai eu peur ! Je m’attendais à ce que ça fasse plus peur.
PAUL A

J’ai trouvé, à « Lui », qu’il y avait des moments rigolos. Tout le temps, je me disais « mais c’est quand qu’il va aller à l’école !!!! ». Il m’a fait peur au début parce qu’il a sauté de sa chaise. Alors j’ai sursauté. Le moment que j’ai trouvé le plus rigolo c’est quand il est allé sur une chaise mettre ses chaussures. Il a fait semblant de courir hyper vite. Il se prenait pour la star dans son école. C’était vraiment trop trop trop marrant. Je trouve que ce qui est bien au théâtre c’est qu’il y a différentes manières de l’exprimer. Par exemple, on peut l’exprimer avec : le mime, le langage (et je ne sais pas si il y en a plusieurs).
ANNA

Merci à tous pour votre participation ! Nous les retrouverons le mercredi 20 avril à 19h, pour une nouvelle présentation du chœur de trouilles à l’occasion de Murmures au fond des bois.


Les choeurs de trouilles

jeudi 21 janvier 2016, par Marion

  • " La trouille c’est la trouille d’avoir la trouille
  • Ou c’est la trouille d’avoir peur
  • Ou c’est la peur d’avoir la trouille
  • Tout cela me fait peur
  • Et me donne la trouille
  • Ou me donne la trouille du mot peur "

Depuis le mois de septembre, les boîtes à trouilles de Laurance Henry circulent dans les alentours de Cavaillon, dans les écoles, centres de loisirs, boulangeries, pharmacies, médiathèques, etc. Chacun d’entre nous a eu l’occasion d’y déposer sa trouille, rédigée sur un petit papier.

Laurance a récolté, déchiffré, agencé, combiné toutes ces trouilles. Le résultat ? Les textes de 6 chœurs de trouilles ! Des amateurs, qui n’ont pas la trouille de monter sur scène, déclameront nos trouilles les soirs de représentations d’À l’ombre de nos peurs.

  • " La trouille des limaces toutes gluantes qui montent sur les murs
  • La trouille des souris, des serpents, et de dire « je t’aime »
  • La trouille des piqûres à l’hôpital et de légumes
  • La trouille des guêpes qui font bzzzzzzz et qui piquent"

Des classes, des adultes, des enfants, des familles, se sont prêtés au jeu du chœur de trouilles. Chacun s’est approprié les textes de Laurance, qui n’ont surtout pas pour objectif de raviver nos angoisses mais, bien au contraire, de créer des échanges autour de ces émotions qui nous sont communes, de les dépasser, d’en jouer, et même d’en rire !

À découvrir du 27 janvier au 2 février à Mazan, Châteauneuf-de-Gadagne, Morières-lès-Avignon, Lauris, Noves et Les Taillades …
Ainsi que le mercredi 20 avril, avant et après la représentation de Murmures au fond des bois à la Garance