Les publications de 100. Nicolas

 

Envoyer un message


Joël Jouanneau dans les écoles de Cavaillon

jeudi 19 janvier 2012, par 100. Nicolas

Nous accueillions la semaine dernière la dernière création de Joël Jouanneau, PinKpunK CirKus. Grâce au soutien de l’association des écoles laïques de Cavaillon, non seulement toutes les classes de CM1 et CM2 de Cavaillon ont pu assister au spectacle, mais les écoles de la ville ont également pu recevoir Joël Jouanneau dans leurs murs. Ce dernier s’est ainsi rendu à l’école des Vignères (en compagnie des élèves de Joliot Curie), puis aux Ratacans, à Charles De Gaulle et enfin à Jean Moulin. Il reviendra en mai rencontrer les classes de La Colline et de Castil Blaze.

Les enfants ont pu partager longuement leurs ressentis avec lui sur PinKpunK CirKus, l’interroger sur l’écriture et la mise en scène de la pièce, et sur son activité d’auteur et de metteur en scène de manière générale.

Joël Jouanneau a également profité de sa présence pour évoquer ses autres textes destinés au jeune public, et en lire de larges extraits : L’enfant cachée dans l’encrier, Mamie Ouâte en Papoasie, La première gifle, le Heyoka, La fausse note, etc.

Ce projet a été rendu possible grâce au soutien financier de l’association des écoles laïques, et à la participation active d’Evelyne Ferrand (école La Colline) pour la coordination avec les écoles, de l’OCCE pour l’accompagnement des enseignants autour du travail de Joël Jouanneau et de Mme Chauméry, de l’inspection académique.


La Web-TV Nuée n°9 est en ligne

vendredi 9 décembre 2011, par 100. Nicolas

Présentation du collectif MxM, artiste associé à la Scène nationale pour les trois prochaines saisons :

Nuée)s( n°9 MxM from Scène nationale Cavaillon on Vimeo.


Des débuts en fanfare

dimanche 13 novembre 2011, par 100. Nicolas

C’était jeudi dernier à la Scène nationale. Le lancement de notre 1ère Exclamation, "Un truc de fou !". L’occasion également, avant la représentation du spectacle Louise, elle est folle, d’inaugurer les trois expositions présentées durant ce temps fort.

Et c’est accompagnés des musiciens fous du Mégamégaphone que les spectateurs ont pu découvrir les différents espaces d’exposition à travers la ville (chapelle du Grand Couvent, cathédrale, rues piétonnes et théâtre). Des musiciens qui ont mis un joyeux bazar dans le hall du théâtre.

Pour rappel, cette fanfare est constituée de musiciens professionnels et amateurs, ces derniers ayant été recrutés pour l’occasion parmi les spectateurs de la Scène nationale. Des spectateurs qui avaient au préalable suivi un stage de soundpainting sous la direction de John sylvain sifflett.


Des ateliers hip hop avec la cie Shonen

mardi 8 novembre 2011, par 100. Nicolas

Après son spectacle Kaiju programmé à la Scène nationale, la cie Shonen a animé pendant 2 jours des ateliers auprès de publics scolaires.

Comme dans Kaiju, ces ateliers mêlent le mouvement, l’image et le multimédia. Les élèves des écoles La Colline (Cavaillon) et des Rives Vertes (Montfavet), ainsi que du collège Rosa Parks (Cavaillon), ont ainsi pu s’initier à l’art du geste, à la mise en espace, propres au hip hop, tout en les intégrant dans une dimension plastique grâce au dispositif multimédia imaginé par la compagnie.

Un beau travail pédagogique, un réel effort de la part de ces artistes pour s’adapter aux élèves et leur permettre de découvrir de nouvelles formes d’expression : merci à Éric, Gaétan et Alex de la compagnie Shonen, ainsi qu’à Arts Vivants en Vaucluse pour sa collaboration.


J'ai vu la Loi du marcheur

vendredi 21 octobre 2011, par 100. Nicolas

Nous nous sommes rendus récemment à Marseille, au théâtre de la Criée, pour assister à la Loi du marcheur, spectacle que nous accueillerons en février prochain.

Le fameux marcheur, c’est Serge Daney, critique ciné aux Cahiers du cinéma puis à Libé. Celui-ci n’a accordé qu’une interview dans sa carrière, à Régis Debray, qui a donné lieu à un documentaire, « Serge Daney, itinéraire d’un cinéfils ». Ce documentaire, Nicolas Bouchaud s’en est emparé. Et sur scène, c’est lui qui incarne Serge Daney.

Au-delà du cinéma, Serge Daney avait une profonde réflexion sur l’image et l’imaginaire qui en découle (« la première image dont je me souvienne, c’est la carte de géographie »). La Loi du marcheur est ainsi à la fois une leçon de cinéma toute de parti pris, un retour sur son métier de critique, mais aussi une réflexion plus générale sur le rôle et la place des images dans notre société (et 30 plus tard, ses propos résonnent tout particulièrement).

C’est un spectacle sur le cinéma, qui ravira à n’en pas douter les cinéphiles. Mais c’est aussi et avant tout un spectacle de théâtre. Nicolas Bouchaud, seul sur scène, y est impressionnant. Outre sa performance de comédien, il marque surtout par son plaisir évident et communicatif de parler de cinéma. La mise en scène ménage astucieusement d’intenses moments de réflexion, intellectuellement nourrissants, et des extraits du film Rio Bravo (avec John Wayne et... Nicolas Bouchaud, si si !), qui constituent ainsi autant de pauses pour nos cerveaux en ébullition. La Loi du marcheur mêle ainsi le plaisir des yeux à celui de l’enrichissement de l’esprit.

Un petit conseil toutefois avant de venir : révisez vos classiques !