Les publications de 100. Nicolas

 

Envoyer un message


Festival d'Avignon 2012

mardi 3 juillet 2012, par 100. Nicolas


Nacera Belaza en résidence

mardi 21 février 2012, par 100. Nicolas

La chorégraphe Nacera Belaza et sa compagnie étaient en résidence de création à la Scène nationale la semaine dernière. Ce temps de travail était dévolu à la création du spectacle Le Cercle (titre provisoire), présenté lors du prochain Festival d’Avignon.


Poursuivant la quête de Nacera Belaza autour de la transe et du lâcher-prise, Le Cercle se décomposera en 3 parties : un solo de Nacera, un autre de sa sœur Dalila et enfin un duo porté par deux danseurs algériens.
Le public de la Scène nationale a pu découvrir en avant-première des extraits de ce spectacle et échanger avec Nacera Belaza, lors d’une soirée Pécou qui lui était dédiée. Et après cette mise en bouche prometteuse, on vous conseille chaudement ce spectacle !

Nacera Belaza présentera le 16 mars prochain, sur le plateau de la Scène nationale, Le Cri et Le Temps scellé, ainsi que les Sentinelles, création transmise aux danseurs de l’école La Coline d’Istres (entrée gratuite pour cette dernière).


Des ateliers animés par Grand Magasin

mercredi 8 février 2012, par 100. Nicolas

Grand Magasin était récemment en résidence au Théâtre afin de préparer le spectacle Mordre la poussière, programmé le 5 avril.

A cette occasion, ils ont animé une après-midi d’ateliers pour des collégiens et lycéens, dans le cadre du dispositif Pass’Art, piloté par le GRETE.

Pascale Murtin et François Hiffler, les deux comparses de Grand Magasin, ont ainsi pu plonger les participants dans leur univers décalé si particulier, au travers de jeux sur le plateau. Sur le thème "Faire ce qu’on dit, dire ce qu’on fait", ces jeux consistent à imaginer une scénette en groupe, à partir d’une liste d’actions simples (exemple : 3 sont debout, 2 sont couchés, on compte jusqu’à 10, un grand cri, 2 changent de position). Dans un 2e temps, chaque groupe imagine une description précise pour sa scénette.
Comme dans le travail de Grand Magasin, l’intérêt est ici de montrer qu’une consigne peut faire l’objet de multiples interprétations. Et qu’un même événement peut être raconté de plusieurs façons, toutes justes mais quelquefois divergentes ou contradictoires, selon les personnes et les points de vue.

Grand Magasin a également, sur le même principe, animé un stage à destination des enseignants, dans le cadre du Plan Académique de Formation.
La Scène nationale s’inscrit chaque saison dans ces deux dispositifs, en connivence avec les artistes programmés.


Impromptu dansé à la Colline

mardi 7 février 2012, par 100. Nicolas

Dans le cadre de leur 2e semaine de résidence à l’école de la Colline, la compagnie 2 Temps 3 Mouvements a offert cet impromptu dansé durant la récréation :


"Portraits crachés", lecture des étudiants du Conservatoire d'Avignon

jeudi 26 janvier 2012, par 100. Nicolas

Dans le cadre de l’Exclamation "Un truc de fou !", en novembre dernier, les étudiants du Conservatoire d’Art Dramatique d’Avignon ont lu des extraits de Portraits crachés, recueil de textes écrits au sein de l’atelier "Papiers de Soi" de l’hôpital de Montfavet. Dix élèves de second cycle et du cycle spécialisé 1ère année se sont ainsi rassemblés pour travailler autour de ces textes traduits. Leur retour sur cette expérience.

Nous avons rapidement été surpris par l’humour des mots, la poésie des images, et leur simplicité. Après plusieurs lectures au plateau, nous
avons laissé parler cette énergie incroyable, ces parcours, et les "portraits tout crachés" de ces personnages entiers et vivants.
Qui est « fou » ? Pourquoi on est « fou » ? Les Portraits crachés ne
répondent pas à ces questions mais les posent. Et si la folie était la part belle de l’Humanité ?

Peu à peu, nous avons laissé vagabonder nos folies respectives en retraversant nos propres souvenirs d’enfance, nos jeux et nos excès
jusqu’à l’apparition presque naturelle d’une mise en espace des « Portraits crachés ».
Nous avons présenté ce travail le 11 novembre dernier, à Cavaillon, lors des présentations des ateliers artistiques de l’hôpital de Montfavet, aux côtés des malades et des soignants venus montrer
leurs créations.

« Assise au bord d’un lit métaphysique, je regarde par la fenêtre
passer le monde, les autobus, les bibliothèques et usines
assermentées. J’entends les raisonnements penchés des passants de passage avec leur horoscope au dessus de leur tête comme des
chapeaux. C’est agaçant, il y a des choses qui arrivent quand j’y pense
trop fort. »

Extrait du texte « Milena Rosa », Portraits crachés, Atelier Papiers de Soi