Les publications de Nicolas

 

Envoyer un message


Anima Théâtre en résidence 2/2

mardi 18 février 2020, par Nicolas

Après une première semaine dédiée à la fabrication des maquettes, cette seconde semaine de résidence et d’ateliers a consisté, pour les élèves, à créer un court métrage.

Toujours à partir du roman L’Orange mécanique, et plus largement des univers dystopiques, il s’agissait pour eux d’animer leur maquette, par la mise en lumières, le travail des ombres et des objets, la musique, et les mouvements de caméra, afin de créer un récit sous forme d’un court métrage. Ce travail a été présenté en fin de semaine au personnel du collège, aux enseignants et à l’équipe de la Garance. Cette restitution a aussi été l’occasion pour Yiorgos Karankantzas et la Cie Anima Théâtre de présenter une étape de travail de leur résidence, ébauche de la petite forme autonome à venir, intitulée Engrenages.

Voici les vidéos des 8 groupes de collégiens :

Projet "Théâtre et dystopie" - Collège Clovis Hugues & Anima Théâtre from La Garance on Vimeo.


Anima Théâtre en résidence au collège Clovis Hugues

lundi 3 février 2020, par Nicolas

Adapter L’Orange mécanique, le roman d’Athony Burgess rendu célèbre par Stanley Kubrick, pour une salle de classe et à l’attention d’un public adolescent, voilà le défi de Yiorgos Karakantzas, co-directeur de la Cie Anima Théâtre et artiste compagnon de la Garance.

Yiorgos a déjà créé la pièce Mécanique en 2017, adaptée du même roman par Catherine Verlaguet et d’ailleurs co-accueillie par la Garance au Théâtre des Halles.

Un texte très actuel qui met en question la violence autant comme comportement individuel qu’institutionnel. Une forme longue (1h) qui nécessite une salle avec un plateau et une machinerie théâtrale importantes. Un spectacle qui mélange des projections, des hologrammes et des marionnettes et s’adressant aussi bien à un public adulte qu’à un public adolescent. Les retour de ces derniers nous ont encouragé à créer une deuxième forme, plus courte (30mn), allégée de sa structure scénique et recentrée sur le texte. Une petite forme qui s’inscrit dans le travail et la démarche que mène la compagnie depuis plus de dix ans, à savoir développer des formes légères techniquement et tout terrain, qui peuvent aller à la rencontre des publics, hors les murs.
Yiorgos Karakantzas

Afin de redimensionner cette petite forme, intitulée Engrenages, d’en confronter les thématiques (violence, prison, dystopie) avec des jeunes de l’âge auquel s’adressera le spectacle, Yiorgos s’immerge durant deux semaines au collège Clovis Hugues de Cavaillon. Les matinées sont consacrées à des ateliers auprès d’une classe de 4e, autour de l’histoire d’Alex, personnage principal du roman, et plus largement des univers dystopiques. Tandis que l’après-midi, Yiorgos et Nicolas Schintone, régisseur, travaillent en résidence sur la création d’Engrenages.

La scénographie d’Engrenages installée au collège :

JPEG - 4.1 Mo  JPEG - 3.9 Mo  JPEG - 3.8 Mo 

La première semaine d’ateliers a été consacrée à un travail autour de la dystopie, à partir de films, de séries, de livres (Hunger games, Star Wars, Divergente, Metropolis...). Les élèves ont ensuite réalisé des maquettes représentant des univers dystopiques faisant écho à L’Orange mécanique. Ils se sont pour cela appropriés le langage visuel d’Anima Théâtre, mêlant objets de récupérations, collages, images métaphoriques. La semaine prochaine, ils s’empareront du langage scénique de la compagnie, en travaillant sur la vidéo et le théâtre d’objets.

Quelques unes des maquettes réalisées par les élèves :

JPEG - 4.2 Mo  JPEG - 705.5 ko  JPEG - 1.2 Mo 

L'école Jean Moulin et la Garance

lundi 2 décembre 2019, par Nicolas

L’école élémentaire Jean Moulin de Cavaillon est une école très engagée concernant l’éducation artistique et culturelle en général, et aux côtés de la Garance en particulier. Chaque année, nous accueillons ainsi chacune des classes pour au moins un spectacle. Et lors de la saison 2018/2019, outre cette école du spectateur, plusieurs classes ont bénéficié d’ateliers de pratique artistique. Le journal de l’école, rédigé par les élèves, raconte ces différentes aventures.

Merci, et bravo, à l’équipe enseignante, à Stéphanie Lambolez, leur directrice, et aux enfants de l’école !


Autour du monde avec Thomas Lebrun

lundi 18 novembre 2019, par Nicolas

Il se passe toujours quelque chose quand on accueille Thomas Lebrun et l’équipe du Centre Chorégraphique National de Tours. Il y eut Tel quel et ses rencontres pleines d’émotion. Puis Les rois de la piste, suivi d’un bal rock mémorable dans le hall du théâtre. Et, la semaine passée, il y eut Dans ce monde.

Pour rappel, Dans ce monde, ce sont trois spectacles (Le plus petit voyage, Le plus long voyage et Le tour du monde), chacun adapté à un âge différent, autour des danses du monde. Une invitation au voyage, à la découverte de l’autre, à l’exaltation des cultures de chacun. Plus de 2500 spectateurs, de 2 ans à pas d’âge, se sont succédés au cours des 15 représentations accueillies à la Garance. Des écoles maternelles et élémentaires, des crèches, des centres de loisirs, des collégiens, des centres sociaux, des étudiants, des enseignants, des familles, des adultes sans enfants, venus d’ici et d’ailleurs, tous réunis autour d’un même spectacle, d’un même voyage, du Vietnam au Brésil en passant par le Mali. Toute la diversité de Cavaillon et alentours réunie pour découvrir toute la diversité des cultures du monde.

Et autour du spectacle, pour aller plus loin et mieux se retrouver, se rencontrer : un atelier goûter enfant/parent, une formation à la danse à l’attention des enseignants, un atelier proposé aux amateurs du groupe Extradanse, tous animés par les artistes. Mais aussi des moments de rencontre informels, complices, impromptus, généreux, avec les danseurs et danseuses, après les représentations. Il se passe décidément toujours beaucoup de choses avec Thomas Lebrun et son équipe.

Très bonne idée de spectacle, car ça fait l’harmonie des pays
E., élève de CE1


Festival d'Avignon 2019, couleur Garance

jeudi 27 juin 2019, par Nicolas

Cet article ne constitue pas une sélection exhaustive à travers les différentes programmations d’Avignon. Il vise plutôt à relever les propositions des artistes que vous avez pu découvrir à la Garance, afin de suivre leur parcours. Et également à partager avec vous les conseils et attentes des différents membres de l’équipe, qui sont aussi des spectateurs. N’hésitez pas, en réponse à cet article, à indiquer également vos coups de cœur. Bon festival !

Nous vous rappelons en préambule que les Pécous bénéficient du tarif réduit au Théâtre des Halles, au Théâtre des Doms, au CDCN-les Hivernales, au Parvis d’Avignon et au festival Villeneuve en Scène. Autant de lieux partenaires dont on vous recommande les programmations !
(pour bénéficier de cette réduction, présentez-vous muni(e) de votre carte Garance)

Ils sont passés par ici, et seront à Avignon cet été

Les artistes compagnons

> Agnès Régolo, avec son Ubu roi créé cet automne à la Garance, sera au Chien qui fume, du 5 au 28 juillet à 10h30 (relâche les 10, 17, 24 juillet

> Dorian Rossel fait coup double, avec l’Oiseau migrateur (programmé en nomade(s) en 2018) au festival Théâtr’enfants (du 9 au 23 juillet à 14h10, relâches les dimanches), et Lanterna Magica (du 5 au 23, 10h30, relâches les 10 et 17) , sa nouvelle création, au 11.Gilgamesh.

> Olivier Barrère reprend pour sa part The Great disaster de Patrick Kermann au Théâtre des Halles (salle du conservatoire Théâtre), du 5 au 26 à 14h45 (relâches les dimanches).

Spectacles programmés cette saison à La Garance, à voir ou revoir :

> Le Théâtre du Prisme voit double aussi, avecSéisme de Duncan McMillan (présenté en nomade(s) ce printemps) et une nouvelle création, Toutes les choses géniales, du même auteur, à la Manufacture, du 5 au 25 à 11h55 (relâches les 11 et 18).

> Face à la mère de Jean-René Lemoine, mise en scène Alexandra Tobelaim (coproduction Réseau Traverse), à La Manufacture le 11 juillet à 18h

> Jean-Yves, Patrick et Corinne, par le collectif Es, au CDCN-les Hivernales, du 10 au 20 (relâche le 15) à 19h15

> La vie devant soi, de Romain Gary, mis en scène par Simon Delattre, sera au festival Contre Courant (une seule représentation, le 13 juillet à 22h).

Artistes passés par La Garance, à retrouver avec leur nouveau spectacle

> Le rouge éternel des coquelicots, de François Cervantes, au 11.Gilgamesh du 5 au 26 à 22h15 (relâches les mercredi).

> Le cirque piètre, de Julien Candy, dont on a accuelli le Cirque Poussière puis le Cirque précaire, à Villeneuve en scène du 9 au 21 à 18h30 (relâches les 12, 15 et 18).

> Gilles Cailleau présente son intégrale (avec notamment Le tour complet du cœur), soit 6 spectacles dans 5 chapiteaux différents, du matin au soir, à Îlot Chapiteaux, du 6 au 26.

> Hen, de Johanny Bert, au Théâtre du Train Bleu, les 6, 8, 10, 12, 14, 16, 20, 22 et 24 juillet, à 17h10.

> J’ai rencontré Dieu sur Facebook, d’Ahmed Madani, au 11.Gilgamesh du 5 au 26 à 11h50 (relâches les 10, 17 et 24).

> Julie Desprairies (Tes jambes nues, en 2013) poursuit son travail dans l’espace public et avec des amateurs, avec Désormais si proches, projet autour et le long de la future ligne de tramway d’Avignon. Présentation d’une étape de travail les 15, 16 et 17 juillet à la Manufacture.

Des spectacles à voir en 19 ) 20 à la Garance

Plusieurs spectacles programmés par la Garance la saison prochaine seront en effet à Avignon.

les (nouveaux) compagnons

Avignon sera l’occasion de faire connaissance avec deux des quatre nouveaux artistes compagnons de la Garance, avec des spectacles accueillis ici au cours de la saison :
> Entrelacs, de Claire Latarget / Cie Anima Théâtre, au festival Théâtr’enfants (à partir de 18 mois), du 9 au 26 à 9h40 et 16h40 (relâches les dimanches), et du 8 au 11 janvier 2020 à La Garance.

> Le casque et l’enclume, de Cyril Cotinaut, au Théâtre des Carmes, du 5 au 24 à 18h50 (relâches les 11 et 18), et du 11 au 17 octobre en tournée Nomade(s).

Mais aussi

> La mécanique du hasard, adaptation par Catherine Verlaguet du roman Le Passage de Louis Sachar, mise en scène Olivier Letellier, au 11.Gilgamesh du 5 au 26 à 13h45 (relâches les 10 et 17) ; et le mercredi 4 décembre à La Garance.

> 3D, par la Cie H.M.G., à Occitanie fait son cirque en Avignon du 8 au 20 à 21h45 (relâches les 11 et 16 ) ; et du 7 au 13 septembre en tournée Nomades, le 14 septembre à La Garance pour la présentation de saison.

> In-Two, d’Alexandra Tobelaim, programmé pour l’ouverture de saison le 14 septembre, au festival Villeneuve en scène du 10 au 17 juillet de 18h30 à 22h30 (relâche le 15).

Les conseils de l’équipe

Ophélie

> 11 – Gilgamesh
Vies de papier, de Benoît Faivre, Kathleen Fortin, Pauline Jardel, Tommy Laszlo (15h10)
Pronom, d’Evan Placey / Guillaume Doucet (18h30)
MLKING 306, de Mathieu Létuvé (20h30)
> La Manufacture
Reconstitution, de Pascal Rambert (11h40)
L.U.C.A. (Last universal common ancestor), de Hervé Guerrisi et Gregory Carnoli (17h30)
> Théâtre du Chien qui fume, Un amour exemplaire, de Florence Cestac et Daniel Pennac (15h50)
> Théâtre des Halles, Ils n’avaient pas prévu qu’on allait gagner, de Christine Citti (11h)
> Théâtre des Doms
Suzette Project, de la Daddy Cie (13h10)
Grou !, de la Cie Renards / Effet Mer (15h)
On est sauvage comme on peut, du Collectif Greta Koetz (19h40)
> Villeneuve en scène, Jean-Pierre, Lui, Moi, de Thierry Combe (19h)
> CDCN – Les Hivernales
Nirvana, de Delgado Fuchs (16h50)
EF_Femininity, de Marcel Schwald et Chris Leuenberger (21h15)
> Théâtre du Train Bleu
En réalité, d’Alice Vannier, d’après Pierre Bourdieu (11h40 – jours impairs)
Here & Now, de Trân Tran (15h30 et 21h30 – attention seulement 4 représentations)
> Théâtre Chapeau d’Ebène, La convivialité, de Jérôme Piron et Arnaud Hoedt (22h15)

Marion

Ma sélection « féministe » pour donner du grain à moudre (à nos cerveaux) et soutenir les artistes professionnelles :
> Deux solos de femmes à Occitanie fait son cirque, Vanitas de Pauline Dau (12h45) et Diktat de Sandrine Juglair (18h)
> Des femmes prennent la parole :
Désobéir – pièce d’actualité n°9, de Julie Beres, 13h40 à La Manufacture
Les secrets d’un gainage efficace, par Les Filles de Simone, 18h45, 11.GilgaMesh
MADAM, manuel d’auto-défense à méditer (la trilogie), Cie Exit, au Théâtre du Train Bleu
> L’Histoire avec un grand H :
Les Tondues, par Les arts oseurs, 18h30 au festival Villeneuve en scène

+ ma sélection en « vrac », qui je vous assure vaut le détour !
GilgaClash, Cie du scrupule du Gravier, 15h, au Théâtre des Carmes
Walks, le 17 juillet à 17h, à La Manufacture
L’Origine du Monde (46x55), 18h45, à La Manufacture
Jean, Pierre, Lui, Moi, du Pocket Théâtre, 19h au Festival Villeneuve en scène

David

MUSIQUE :
> « Là c’est de la musique » Festival de musique du monde d’Avignon – Cour du collège Vernet :
Laurent Cavalié, lundi 15 juillet à 21h
Léona, Conte chanté, par La mal Coiffée, d’après le conte Eos Leon d’Henri Bauchau (Jeune public), du 13 au 17 juillet à 14h
> Concert à Table, Claire Diterzi, La Manufacture, du 11 au 18 juillet à 18h
> Valdevaqueros, concert de Fred Nevché, La Manufacture, le 11 juillet à 20h30

DANSE
On (y) danse aussi l’été au CDCN Les Hivernales avec notamment :
> Nhà de Sébastien Ly / Compagnie Kerman à 14h
> Des gens qui dansent de Naïf Production à 15h30
> Ef_feminity de Marcel Schwald et Chris Leuenberger à 21h15

THEATRE
> Munstrum Théâtre40° sous zéro
Du 5 au 25 juillet à 21h35 (relâches les 11 et 18), a Manufacture
> François Rancillac / Marie Balmary - Cherchez la faute
du 08 au 24 juillet à 10h45, la Manufacture
> Théâtre et l’Ancre / Jacques BrelLe Grand feu
du 5 au 27 juillet à 22h (relâches les 10, 16 et 23), Au Théâtre des Doms

CIRQUE/ ARTS DE LA RUE

> Cirkvost Hurt me tender
du 9 au 21 juillet à 22h (relâches les 11, 15 et 19 juillet), Festival Villeneuve en scène
> Cie L’Agit / Catherine Zambon - Nous étions debout et nous ne le savions pas
du 9 au 21 juillet à 19h (relâches les 14, 15 juillet), Festival Villeneuve en scène
> Les arts oseursLes tondus , du 9 au 21 (relâches les 14 et 15 ) à 18h30,
Festival Villeneuve en scène.

Nicolas

> Le syndrome du banc de touche, de Julie Bertin, au Train Bleu
> Foot encore, ne boudons pas notre mon plaisir, avec l’exposition Algérie, quand les ultras révolutionnent, du photographe Sabri Benalycherif, à la Manufacture
> Qui va garder les enfants ?, de Nicolas Bonneau, au 11-Gilgamesh
> Block, de Céline Garnavault, au festival Théâtr’enfants (dès 3 ans)
> le Bal littéraire des 70 ans des éditions de l’Arche, avec Fabrice Melquiot, Alice Zeniter, Emmanuelle Destremeau, Samuel Gallet et Edouard Signolet, au Parvis d’Avignon, le 14 juillet à 20h
> sans oublier les avant-premières d’Utopia, pour voir quelques unes des pépites du dernier festival de Cannes (Ken Loach, Céline Sciamma, Elia Suleiman, Nicolas Pariser) avant tout le monde (et au frais).
Avignon, définitivement le place to be !