Les publications de Nicolas

 

Envoyer un message


20 enfants de Cavaillon à l'Honneur

mercredi 6 décembre 2017, par Nicolas

Pour la 3e année consécutive (retour sur l’édition 2015), 20 enfants de Cavaillon ont découvert en juillet dernier le festival d’Avignon dans le cadre de la manifestation "Avignon enfants à l’Honneur" organisée par l’association Scènes d’enfance et d’ailleurs - Assitej France.

Avec près de 400 enfants et leurs accompagnateurs, venus de toute la France, ils ont été accueillis à la Cour d’Honneur pour une création participative*, avant de parcourir les rues de la ville pour voir des spectacles, rencontrer des artistes et participer à des ateliers de pratique. Ces enfants des écoles La Colline, Jean Moulin, Charles De Gaulle et des Vignères étaient accompagnés par la Garance, l’OCV et leurs directrices et enseignantes.

Voici leur carnet de route, réalisé par Laurance Sauvagnac, enseignante à l’école Charles De Gaulle :



Le groupe (casquettes oranges) a également été interviewé par une équipe de France 3 Champagne-Ardennes :


#Avignon 1 : le Centre de création pour l’enfance de Tinqueux

* La création collective, préparée en amont du festival par chacun des groupes participants, consistait en une composition de sound painting imaginée par Sylvain Mazens, que les fans de Village Pile Poil connaissent bien. La vidéo/mode d’emploi transmise aux participants a été réalisée avec les enfants de Cavaillon :


Avec les tout petits...et leurs aînés

jeudi 23 novembre 2017, par Nicolas

La saison dernière, Laurance Henry, artiste compagnonne de la Garance, s’est immergée en résidence auprès de jeunes enfants et de personnes âgées. C’est en effet tout l’objet de ses Traversées, projet artistique sur 4 ans visant à questionner l’enfance, celle que l’on vit, ou la mémoire que l’on en conserve. « Au-delà des mots, du récit, du souvenir ; comment l’enfance se raconte-t-elle à travers le corps ? »
A partir des matériaux collectés, gestes comme traces de l’enfance, elle présentera en février prochain à la Garance, En un éclat. Et en parallèle, elle a imaginé une petite forme à l’attention des tout petits, dont nous avons eu la primeur : Colimaçonne.

Colimaçonne réunit sur une page blanche Laurance Henry, au dessin, et Pauline Maluski, danseuse, soit les deux artistes en résidence l’an passé. C’est une petite forme autonome, imaginée pour aller partout, dans les lieux non équipés, notamment les crèches ou les maisons de retraite, au plus près des publics.
Elle a été jouée en avant-première pour les enfants des écoles maternelles La Colline et Camille Claudel, à Cavaillon, qui ont participé à ce projet. Et du 8 au 16 novembre à la Garance, à l’attention des familles, puis dans 10 crèches de la Communauté d’agglomération Luberon Monts de Vaucluse, et enfin auprès des résidents de l’EPHAD de Cavaillon.

Colimaçonne a ainsi été l’occasion de s’immerger dans le quotidien des enfants, des personnes âgées résidentes, comme du personnel les accompagnant. Au plus près d’eux. D’aller à leur rencontre, de les surprendre dans leurs habitudes et lieux de vie. De jouer des mimétismes et des décalages entre ces publics et leurs gestes, leurs postures et leurs attitudes, réinterprétés par Laurance et Pauline. La poésie d’un geste, d’un souffle, d’un mouvement ; un moment de connivence entre l’artiste et l’enfant, des regards qui se croisent, des corps qui s’effleurent. Et l’enfance qui surgit, ou resurgit.


Quand la sonnerie retentit...

mercredi 19 juillet 2017, par Nicolas

A l’école La Colline, quand la sonnerie retentit, comme dans toutes les écoles, les enfants sortent dans un joyeux élan retrouver leurs parents les attendant au portail. Mais, les 3 et 24 mai derniers, la sonnerie a bien retenti, les élèves sont sortis, les parents étaient bien là à les attendre... Et puis...

Et puis la sonnerie s’est emballée, elle s’est distordue, est devenue mélodie. Et l’élan joyeux et désorganisé des enfants est devenu un ballet, une envolée, une partition chorégraphique et chantée à 10 classes et près de 200 enfants. Les parents deviennent spectateurs malgré eux. L’orage gronde, les éléments se déchaînent, mais la solidarité des plus grands envers les plus petits est la plus forte. Et puis un cri. Individuel, d’abord, puis collectif. Un cri, puis une aspiration, une revendication, un vent de révolte. La sonnerie retentit de nouveau, le collectif repart comme il est venu. Mais ensemble, tout devient possible, désormais.

Avant cela, Thomas Guerry et 3 interprètes de la Cie Arcosm ont passé deux périodes de 3 jours au sein de l’école, en immersion.
Ils y ont animé des ateliers de pratique artistique, autour de la danse, de la percussion corporelle, du chant, soit les différents éléments de leur langage artistique. Grâce à leur savoir-faire et à leur bienveillance, ils ont su en un temps record créer et insuffler une dynamique et orchestrer cette oeuvre collective à 200 interprètes. Grâce également à l’engagement et à la complicité de toute l’équipe enseignante de l’école La Colline de Cavaillon.

Les réactions des élèves de CE1, enregistrées par leur enseignante, Mme Brunel :

Captation vidéo de la 1ère sortie d’école, le 4 mai 2017 :

Arcosm revisite la sortie d'école à la Colline from La Garance on Vimeo.


Avignon 2017, sélection Garance

mardi 4 juillet 2017, par Nicolas, David, Marie, Ophélie

Comme chaque année, l’équipe de la Garance vous propose sa sélection de spectacles et de rencontres parmi la programmation du Festival d’Avignon. On a donc épluché les programmes, passé en revue les 1480 spectacles du Off, pour aboutir à la sélection toute personnelle et bien entendue non exhaustive ci-dessous. Sur les réseaux sociaux et ici-même, n’hésitez pas à partager vos coups de cœur.

Séances de rattrapage

- Prison possession, de François Cervantes, à 12h25 au 11/Gilgamesh
- Les règles du savoir-vivre dans la société moderne, d’Agnès Régolo, à 15h30 au Théâtre du Balcon
- La Grenouille au fond du puits croit que le ciel est rond, par le Vélo Théâtre, à 18h à la Maison Pour Tous Champfleury (8 au 18 juillet)

Artistes passés par la Garance et qu’on aime toujours

- A, par le Collectif Skappa, à 17h au festival Villeneuve en Scène (à partir de 6 ans)
- Maintenant que je sais, d’Olivier Letellier (à partir de 15 ans), sur un texte de Catherine Verlaguet, à 12h10 au festival Théâtr’Enfants

On les accueillera la saison prochaine...

... et vous pourrez ainsi lier connaissance :
- Elikia, texte de Suzanne Lebeau mis en scène par la Cie Tourneboulé (que l’on retrouvera ici en janvier 2018 avec Les enfants c’est moi), à 11h10 au Théâtre Artéphile
- la lecture de Quatorze, par la Cie Cassandre, qui sera présenté en avril 2018 à la Garance, le 13 juillet à 15h au Conservatoire d’Avignon (entrée libre).

La sélection de l’équipe :

David, dont voici l’agenda complet...

Jeune public :
- Piletta Remix, Collectif Wow, au Théâtre des Doms, 13h (à partir de 7 ans)
- My (petit) pogo, Fabrice Ramalingom, au CDC Les Hivernales, 12h (à partir de 7 ans)

Théâtre :
- J’ai trop peur , de David Lescot, à La Manufacture à 10h15
- Je garde le chien, de Claire Diterzi, à la Manufacture à 11h30
- Is There life on Mars, Compagnie What’s Up & Théâtre National Wallonie-Bruxelles au Théâtre des Doms à 15h
- Andy’s gone, de Julien Bouffier, Villeneuve en Scène à 19h
- Ma science fiction, de Laurent Hatat, à Présence Pasteur à 15h45
- Le fils, de Marine Bachelot Nguyen, à La Manufacture à 13h10
- Revue rouge, d’Eric Lacascade, Norah Krief et David Lescot, au 11/Gilgamesh Belleville à 19h40
- Tabula Rasa, de Violette Pallaro / Festival de Liège, au Théâtre des Doms 19h35

Danse :
- Œil et d’oubli, de Nans Martin, au CDC Les Hivernales à 15h45
- People what people, de Bruno Pradet, au CDC à 20h

Cirque :
- Fall fell fallen, de Lonely Circus à 20h Villeneuve en scène

Marionnette :
- Le Mahâbhârata de la Compagnie Jeux de Vilains à Villeneuve à 21h

Lecture :
- Roman du réel, en quête d’une théâtralisation : Edouard Louis, Hervé Guibert, le dimanche 9 juillet à 10h à La Collection Lambert

Et dans le In mais sans réservation gratuit et en accès libre (en arrivant tôt) : On aura tout par Christiane Taubira et Anne-Laure Liégeois à 12h au Jardin Ceccano

Film à Utopia en avant-première ou projection spéciale (voir gazette) :
- I’m not your negro, de et en présence de Raoul Peck
- 120 battements par minute de Robin Campillo (Grand Prix 2017 – Festival de Cannes )
- The Square de Ruben Östlund (Palme d’Or 2017 – Festival de Cannes)

Musique électro :
- Jacques au Kolorz Festival le 21 juillet à Carpentras
- Green Fest organisé par notre partenaire Inoove le samedi 15 juillet à Sorgues
- Festival Résonance du 25 au 30 juillet dans divers lieux d’Avignon dont la collection Lambert et le Quai des Allées pour l’électro pétanque du samedi 29 juillet…

Marie
- Autour du domaine, par le Collectif Porte 27 (que l’on accueille avec Chute ! la saison prochaine ), à Occitanie fait son cirque en Avignon à 22h30
- Les Miniatures de la Cie Pernette, au Festival Contre-courant de 18h à 22h le samedi 15 juillet
- Still in Paradise, de Yan Duyvendak et Omar Ghayatt, à La Manufacture à 22h30
- F(l)ammes, d’Ahmed Madani, à 11h au Théâtre des Halles

Ophélie
- Scena Madre, d’Ambra Senatore, dans le In
- le Sujet à Vif D avec Mathieu Desseigne-Ravel, Michel Schweizer, Jann Gallois et Lazare, dans le In également
- Heddy (titre provisoire), de Mickaël Phelippeau à La Parenthèse à 10h (8 > 14 juillet)
- La Mécanique des ombres de Sylvain Bouillet, Mathieu Desseigne-Ravel, Lucien Reynès, au CDC – Les Hivernales à 14h (9 > 19 juillet – relâche le 13)

Nicolas
- 1336 (Parole de Fralibs), de Philippe Durand / Comédie de Saint Etienne au 11/Gilgamesh Belleville à 20h10
- le triptyque de Nicolas Lambert sur l’A-Démocratie, avec Elf, la pompe Afrique, Avenir radieux, une fission française et Le maniement des larmes, au 11/Gilgamesh, à 10h
- Dans la vie aussi, il y a des longueurs, de Philippe Dorin, à 17h à la Parenthèse
- Petit bain, de Johanny Bert (que l’on a accueilli ici avec le très beau De Passage), à 10h30 au festival Théâtr’Enfants (à partir de 2 ans)
- Air(e)s de couleurs, installation qui fait écho à l’Opus 1 vu ici en mars dernier, par la Cie d’A côté, à 9h40 et 16h15, au même endroit

Et enfin deux documentaires au cinéma Utopia :
- L’aventure théâtrale, de Daniel Cling, sur la décentralisation théâtrale après 1945, le 18 juillet à 11h, suivi d’un échange avec Jean-Pierre Vincent
- L’apprenti spectateur, de Hélène Ricome, sur l’éducation artistique et le projet "Lycéens au festival", le 20 juillet à 14h, suivi d’un échange avec les CEMEA


Traversées…

lundi 27 mars 2017, par Nicolas

Traversées, c’est le titre de la nouvelle aventure de Laurance Henry, artiste compagnonne de la Garance. Une nouvelle odyssée, après celle sur les peurs qui l’ont préoccupée ces dernières années (souvenez-vous, les fameuses boites à trouilles). Les Traversées, donc, une immersion et une recherche au long cours, durant 3 années, afin de questionner ensemble l’enfance. L’enfance que l’on vit, ou la mémoire que l’on en conserve.

Et ainsi « arpenter à travers la pensée, le corps et le langage les territoires de l’enfance, du plus vieil âge à la petite enfance, du plus vieil âge à l’enfance, du plus vieil âge à l’adolescence.
« Les traversées, c’est un regard sur soi, sur l’enfant que nous avons été, sur l’enfant qui subsiste en nous, sur le territoire de l’enfance parcouru, habité, construit, envolé.
 »
Laurance Henry

Pour cette première année de recherche, Laurance rencontre plus particulièrement des groupes de tout-petits et de séniors, à Cavaillon, en Bretagne, dans le Pays basque, etc. Ici, elle est accueillie en résidence dans des classes de petite et moyenne section de maternelle (écoles la Colline et Camille Claudel), à l’EPHAD de Cavaillon, au GRETA (groupe de primo-arrivants) et par un groupe de volontaires autoproclamés "séniors".

Avec Pauline Maluski, danseuse, elles ont en mars exploré le langage du corps, essayé de déceler avec les enfants comme avec les séniors le geste fondateur de l’enfance. En juin, elles interrogeront avec ces mêmes groupes la trace, l’empreinte à travers le dessin et la peinture.

De cette recherche ici et ailleurs, de l’exploration et de l’observation des participants, Laurance partira ensuite en écriture, pour créer à l’automne le premier volet d’un tryptique autour de l’enfance, En un éclat.

« J’ai éprouvé régulièrement du fond de mon être
ce besoin de retrouver cette posture colimaçonne.
Pour écrire de l’enfant que j’ai senti en un éclat et que je sens de loin,
de très loin approcher en moi comme une mémoire perdue
dans les dédales d’un corps d’enfant
 »

Claire Le Cam, poète