théâtre

jean-rené lemoine
compagnie tandaim
alexandra tobelaim

Face à la mère


durée 1 h 30
jeudi
11 octobre
 20 h 30
La Garance

Pécou 15 €

Plein 21 €
Réduit 17 €
- 26 ans, demandeur d’emploi 10 €
Minima sociaux 3 €

Voilà le chant d’amour d’un fils pour sa mère, morte tragiquement, dans un pays lointain. Quelques années après, ce fils choisit de lui donner rendez-vous, par-delà la mort, pour lui confier tout ce qu’il n’a encore jamais su, jamais osé lui dire.

Ce chant d’amour, nourri de non-dits, de silences respectueux, est aussi une quête de réconciliation. Avec grâce et félicité, il nous entraîne vers la lumière, tout en nous plongeant dans la douleur de l’absence, le vertige de la perte, la complexité de raccommoder le présent et le passé à jamais révolu.
À travers une histoire intime et singulière, nous traversons cette peur viscérale : la mort de la mère. L’œuvre, portée par six garçons, trois comédiens et trois musiciens, parvient à faire d’un sujet tabou une œuvre lumineuse, sans pathos, apaisée. C’est là toute sa force.
L’écriture n’induit aucune provocation, se pose, délicate et profonde, va chercher les mots les plus justes, les images les plus émouvantes pour accompagner cette traversée douloureuse et salvatrice. Elle n’est pas seulement le témoignage du deuil mais un poème qui décortique la complexité du rapport mère-fils, particulier à chacun, commun à tous les garçons, fait de tous ces liens invisibles qui se meuvent de l’enfance à l’adolescence, puis, à l’âge adulte. Cette impossibilité de dire l’amour et la haine qui nous relient à la mère. L’enchevêtrement de ces sentiments est enfin dénoué. Et si la mort nous permettait de déposer enfin les armes et de laisser derrière nous notre pudeur ?


Distribution

Mise en scène Alexandra Tobelaim
Musique et création sonore Olivier Mellano
contrebasse Astérion, batterie Yoann Buffeteau,
guitare et voix Lionel Lacquérrière
Scénographie Olivier Thomas
Avec Olivier Veillon, Stéphane Brouleaux, Geoffrey Mandon

Création en octobre 2018 au Théâtre du Jeu de Paume à Aix-en-Provence.
Le texte est édité chez Les Solitaires Intempestifs, 2006

Parcours de fidélité

La Garance reste attentive au travail d’Alexandra Tobelaim et de sa compagnie. Elle a déjà accueilli, dans le cadre de tournées Nomade(s), Pièces de cuisine de nombreux auteurs contemporains, en 2005, puis, l’intégralité de l’œuvre au Théâtre au cours de la Nuit Blanche en 2007, Villa Olga de Catherine Zambon en 2011 et Italie Brésil 3 à 2 de Davide Enia en 2014

Mentions

Production Compagnie Tandaim.
Coproduction Théâtre du Jeu de Paume-Aix en Provence, Réseau Traverses - Association de structures de diffusion et de soutien à la création du spectacle vivant en région Provence Alpes Côte d’Azur, le Pôle Arts de la Scène – Friche la Belle de Mai, Centre Dramatique de l’Océan Indien Théâtre du Grand Marché, Théâtre Durance-Scène conventionnée-Château-Arnoux/Saint-Auban, Théâtre Joliette scène conventionnée pour les expressions contemporaines, La passerelle- Scène Nationale de Gap et des Alpes du Sud.
Avec le soutien de l’ADAMI, du CENTQUATRE-PARIS et du FIJAD, Fond d’Insertion Professionnelle des Acteurs et de l’Ecole Régionale d’Acteurs de Cannes.
La compagnie Tandaim est conventionnée par la Direction Régionale des Affaires Culturelles de la Région Provence-Alpes- Côte d’Azur et par la Ville de Cannes.
Elle est soutenue par la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur et par le Conseil Départemental des Alpes-Maritimes.
Photo – Tandaim


Cordes sensibles

par Marie Anezin
Ventilo, 3 octobre 2018

Lire
Entretien avec Alexandra Tobelaim

par Ludovic Thomas
Zibeline, 4 octobre 2018

Lire

soutenu par le réseau Traverses