archives
ss
ce

Villa Olga
Comment tout a commencé...


ACTE I

Villa Olga. Arrive dans le lointain, un homme habillé
en homme grenouille. Il piste.

Doumé Il s’ébroue : J’arrive incognito !!!! Eh eh eh... On ne me la fait pas,
à moi, Doumé Baldi, agence R.A.C, Rien à Cacher... Je m’infiltre, j’effracte
en douceur, je me fais mur, mer ou marécage. On croit me voir, je
disparais. On me tient, je m’esquive. On sort, j’entre. On se retourne, je
m’efface. On s’agrippe, je me tasse. On me ment, j’élude. On me croit
homme, je me fais femme. On me croit femme, je barbufie. On me tue, je
revis. L’endroit l’envers ça me connaît. Rien ne m’échappe. J’ai connu la
mort et le maquis corse. Ça rend coriace et invisible. Les indispensables
qualités du détective.
Il renifle
Hum... Hum... Une femme est passée par là, une femme que je piste et qui
sent le chagrin et l’épuisement.
Au public : Mais revenons en d’autres temps. Il faisait beau. Sur un bateau :
Le Neptune. Regardez bien. Comprendrez mieux. Flash back !

Doumé reste à vue. Sur un bateau illuminé, Lioubi, Lioubov et Olga. Ambiance presqu’irréelle.
Musique.

Lioubov : Vous dansez Mademoiselle ?
Olga
 : Là dessus ?... Sûrement pas...
Lioubov : Et boire un verre, cela est possible ?
Olga : Volontiers, Monsieur... ?
Lioubov : Lioubi.
Olga : Lioubi ?
Lioubov : Lioubi Lioubov. Cosaque par mes aïeux.
Olga : Enchantée. Odette Godissart.
Lioubov : O... Odette ? God...Godissart ?
Olga : Oui. Picarde par mes aïeux.
Lioubov : Très joli. Odette. Oui. Très joli.
Gêne. Drague. Sourires..
Olga : Et...vous faites quoi dans la vie Monsieur Lioubi Lioubov ?
Lioubov : Inexplicable à une jeune femme... Vente achats actions finance.
Pognon quoi.
Olga : Charmant !
Lioubov : Comme le prince. Mais seul.
Olga : Je vois.
Lioubov : Vous aussi. Depuis trois jours, seule, triste, à la piscine, au pingpong,
au restaurant...
Olga : Moi ? Non...
Lioubov : Mais si.
Olga : Mais non.
Lioubov : Je te l’dis : t’es triste.
Olga : Pas du tout.
Lioubov : Un peu. Merde !
Olga : Quand la nuit tombe.
Lioubov : Faut pas avoir peur du loup...
Olga : Je suis veuve, Monsieur. Veuve. Ce n’est pas gai. Les loups sont
partout.
Lioubov : Ah ! Pardon ! Pardon !
Olga : Mon mari est mort...un drame...je...depuis...je...je vais en roue
libre.
Lioubov : Vélo ?
Olga : Non. Je veux dire : je suis perdue. Totalement...
Lioubov : ...paumée ?...
Olga : Totalement.

Trouble. Approche. Baisers. Fin du flash back.

- La pièce Villa Olga de Catherine Zambon a été publiée chez Lansman éditeur en 2011.