archives
ss
ce

Shonen


Ses premières sources d’inspiration sont d’origines urbaines, pop et audiovisuelles. Qu’elle s’inspire du cinéma d’auteur, des danses urbaines, de la photographie de publicité, de la musique électronique ou du dessin animé japonais, Shonen se situe au carrefour de codes de narration et d’univers esthétiques croisés, dont le brassage engendre imaginaire et réflexion sur la représentation de la danse.

Ainsi, pour chaque pièce de danse sont créés plusieurs projets en arts visuels : séries de photographies, courts métrages, illustrations. La première création est Tanshin, un duo masculin brassant
Krump et arts martiaux, accompagné d’une chanteuse d’Okinawa et d’un musicien électro-acoustique. En 2007, cette création est diffusée au Théâtre du Soleil à la Cartoucherie de Vincennes dans le cadre du festival Premiers pas et au Centre national de la danse à Pantin dans le cadre du festival hip-hop Tanz. Il est le coup de cœur du festival Karavel de Mourad Merzouki (compagnie Kafig) à Bron.

En 2008 est produit Krash Knights, une création pour quatre danseurs hip-hop Krump contemporain, un chanteur rock lyrique et un musicien électro-acoustique, diffusée lors de la seconde édition du festival Karavel, au Festival des arts urbains à Grigny, et primée Résidence de création au concours Synodales à Sens.

En 2009, la nouvelle création Feu et glace, un duo brassant l’énergie hip-hop et la danse contact sur le thème du désir, est diffusée au festival Synodales et au festival Cadence à Montpellier. La pièce s’articule sur la Neuvième symphonie de Beethoven, interprétée par un pianiste électro-acoustique.