archives
05
06

SERGE VALLETTI - POEUB

THEATRE


avec Hélène Alexandridis (en alternance), Patrice Bornand, Géraldine Bourgue, Elisabeth Catroux, Alexandre Charlet, Tiodhilde Fernagu, Philippe Fretun, Vladislav Galard, Jean-François Lapalus, Marilù Marini (en alternance), Daniel Martin, Catherine Matisse, Julie Méjean, Charlie Nelson, Hervé Pierre, Johann Riche, Marc Spilmann, Gilduin Tissier, Gaëtan Vassard.
Création
L’histoire débridée d’un patron de café irlandais qui tue le chef de la police locale, devient son remplaçant, se lance dans une conquête territoriale calamiteuse et revient piteusement vêtu d’un tonneau...

Loufoque ? Ça l’est vraiment !

Serge Valletti, auteur vivant, loufoque et marseillais, digne héritier d’Alphonse Allais, de Raymond Queneau et d’Eugène Ionesco, désarticule le langage, dit tout et son contraire à la fois.

Commentaire de Serge Valletti

Monsieur Globul, patron du pœub, est amené par inadvertance à tuer d’un seul coup de clé à molette le redouté Clarb Brentanos. Propulsé ainsi chef de la station sept, il se retrouve impliqué au milieu d’une conflagration mondiale.
Après une fuite éperdue à travers les horreurs de la guerre, ayant tout perdu, il décide de retourner dans son ancien pœub. Mais pendant son absence sa femme et associée Lydia a cédé le bouge à la collectivité.
Il ne reste plus qu’une place à pourvoir, celle d’ambianceur. Clown, quoi.
Ben, pourquoi pas ?

Pœub est une pièce monstrueuse :
Parce qu’elle a besoin pour vivre de plus de soixante personnages.
Parce qu’elle se déroule sur une année entière.
Parce qu’elle se passe dedans, dehors et partout.
Parce qu’elle est à la fois comique et douloureuse.
Parce qu’elle est à la fois tragique et ironique.

Se mettre dans l’idée d’organiser la création sur une scène de théâtre de cette pièce est en soi une aventure.
Je suis heureux que ce soit Michel Didym qui s’y attelle.
D’abord parce que l’aventure, il sait ce que c’est et ça ne lui fait pas peur. Et Globul n’a pas besoin des peureux ! Parce qu’aussi nous commençons à avoir une certaine complicité : à travers sa mise en scène de Et puis, quand le jour s’est levé, je me suis endormie où il a su guider et conseiller Christiane Cohendy avec une grande justesse, à travers aussi son travail en Colombie et au Vénézuela de El sol se levanto, Léopoldo !.
Enfin à travers ce qu’il est c’est-à-dire quelqu’un capable de créer le tourbillon autour de lui sans pour autant y sombrer lui-même à la stupéfaction de tout le monde.
Alors allons-y !
Partons avec Globul, Lydia, Clirquette, Nordinn, Elyette et bien d’autres à l’abordage des scènes françaises et, qui sait, peut-être internationales.
En chantant, bien sûr, comme dans toute tragédie qui se respecte !
Serge Valletti - mars 2004

ALLER PLUS LOIN...
Serge Valetti présente un extrait du texte sur son site internet (chapitre XLI) : le site de Serge Valetti