Bandeau
Le glob
Le site
Rechercher
Facebook
Twitter
Instagram
 
 
Partageons notre désir de résistance

mercredi 18 novembre 2015, par Didier

Paroles prononcées mardi 17 novembre, par Didier Le Corre, directeur de La Garance, et Laureline Le Bris-Cep, metteure en scène, à l’issue de la représentation de Reste(s), pièce librement inspirée de Guerre de Lars Noren et interprétée par de jeunes comédiennes et comédiens, issus de l’Ecole Régionale d’Acteurs de Cannes.

«  Ce mardi soir – 17 novembre – c’est toute une jeunesse, entre 22 et 28 ans - qui s’est présentée face aux spectateurs avec leurs talents et leurs espoirs.
Et nous avons été vraiment heureux de leur donner la parole.

Vendredi soir – 13 novembre – c’est principalement une jeunesse, entre 15 et 40 ans, que l’on a assassinée et que l’on a étouffée alors que nous avions tant besoin de leurs éclats de vie.

Ce mardi soir, nous voulons partager avec le public notre chagrin, partager notre indignation, partager la pensée que nous avons et que nous aurons toujours pour ces êtres à qui l’on a volé la vie, partager notre douleur pour leurs familles, les blessés, sans oublier bien sûr, celles et ceux qui ont côtoyé ce drame et à qui il faudra beaucoup de temps et de courage pour « oser de nouveau la vie », croire en elle, croire en l’homme. Mais, ils y parviendront. Nous y parviendrons ensemble, parce que - comme le dit l’adage - la vie est plus forte que tout.

Ce Mardi soir, nous voulons partager avec le public notre désir de résistance, face à cette barbarie.

À la Garance, comme dans tous les lieux de culture, nous avons pris le parti de l’humanisme, de l’art et de la culture, comme terrain de résistance. Nous faisons chaque jour le pari de l’intelligence de l’être humain. Nous osons l’idée d’une société libre, égale, fraternelle, cosmopolite, curieuse des autres, tolérante et laïque. Nous croyons dans le bonheur de vivre ensemble. Bien sûr, aujourd’hui, nous avons peur, mais dès demain nous saurons chasser cette peur ensemble et croire de plus belle en l’Humanité. Quelles que soient la nationalité ou l’origine de chacun d’entre nous, notre culture, notre croyance, nous serons plus que jamais membres d’une même communauté de vies et d’espoirs. Nous n’avons pas d’autres choix de bonheur que celui-là.

Ils voulaient l’anéantir, ils n’ont fait que cimenter notre désir de vivre ensemble, en toutes libertés.

« Les lieux de culture ouverts à tous sont des espaces de connaissance, de rencontre, de débat, de fabrique permanente de sens, de lien social et politique. Les citoyens, les artistes, les programmateurs doivent pouvoir y partager une liberté d’expression, une liberté de regard, une liberté de parole ».

Hier, des millions de français se sont arrêtés pour une minute de silence en mémoire des victimes.

Ce mardi soir, dans ce Théâtre, nous proposons au public de les applaudir, de nous applaudir, comme pour mieux repartir à leur rencontre, comme pour les retrouver au plus vite, comme un acte commun et démocratique de résistance face à la barbarie, et à l’issue de ces applaudissements, nous aurons déjà beaucoup moins peur. Et toujours ensemble, toujours en leur mémoire, nous poursuivrons et affirmerons au fil des jours ce chemin de volonté, d’audace. Ce chemin de vie. Et nous n’aurons plus peur. »

Didier Le Corre, directeur de La Garance,
L’équipe,
Jacqueline Lacotte, présidente

Vos réactions
Partager
Facebook
Vimeo
Twitter
 
 
Lettre d'informations
S'abonner au blog
 
Haut de page