accessibilité

Archives saison 2007-2008

 
vendredi
8 février
13 h 05

 

mercredi
13 février
19 h
Théâtre de Cavaillon

Résidence Nathalie Chemelny  

Partager
 

Depuis plusieurs saisons, La Scène nationale suit attentivement le travail de Nathalie Chemelny, metteur en scène, et de sa compagnie Moitié Raison – Moitié Folie, installée à Bédarrides. Accueillie en résidence du 8 au 13 février, elle vous proposera de découvrir une étape de travail autour de la pièce "Bal-Trap" de Xavier Durringer, en compagnie de ses anciens élèves de l’option théâtre du Lycée René Char.

 

Entretien

Nathalie Chemelny a déjà été accueillie à de nombreuses reprises à la Scène nationale, en tant que metteur en scène, avec Soifs (2001) de Serge Valletti et Ernesto Caballero, Miracle au Chargan (2003) de Lioubomir Simovitch et Laurel et Hardy (2006) de Paul Auster. De plus, elle est une intervenante en théâtre fort appréciée par les élèves de primaire, de collège et de lycée... d’ailleurs à ce propos...

-  Bal-Trap de Xavier Durringer ? Comment est né ce projet ?

Quatre de mes anciens élèves - deux filles, deux garçons - de l’option théâtre du Lycée René Char d’Avignon, qui veulent devenir acteurs, ont eu le désir de retravailler avec moi. J’avais depuis trois ans Bal-Trap dans la tête, en Nomade(s), mais je n’avais pas les acteurs. C’était eux, c’était évident ! Ces deux garçons, ces deux filles, de l’âge des personnages de Xavier Durringer, qui se lancent dans la vie, sans rien en savoir, omnubilés par l’amour.

-  Qu’est-ce qui vous a séduite dans ce projet ?

Repartir sur le terrain … Bal-Trap se passe dans une salle de bal vide, d’où l’envie d’aller poser cette histoire dans les discothèques, avant l’ouverture. Aller à la rencontre des jeunes qui préfèrent ces lieux. Mener le théâtre là. Ma petite entreprise de jeunes est dans cette démarche, aller voir leurs semblables, avec cette histoire, leur parler d’amour, de cet absolu de l’amour qui nous habite à vingt ans. Oui, dans cette salle de danse, au petit matin, un couple essaie de retrouver l’ivresse de son premier baiser. Très vite, on sent qu’ils sont en crise… Une autre fille et un autre garçon passent. Lui est perdu, étranger à l’endroit, Elle, bafouée une fois de plus par un homme qui ne reviendra pas. Rencontre improbable. Et en voilà deux qui se perdent et deux qui se trouvent, et nous, nous regardons l’amour faire avancer leur monde.
Comme toujours chez Xavier Durringer, les personnages sont plus ou moins paumés, petites gens qui essaient de vivre dans un monde sans pitié. Là, ils sont jeunes, encore pleins d’espoir et déjà pleins de désespoir.
Comment ne pas les aimer ? La langue est crue, râpeuse, rapide, poétique, violente, comme un rappel perpétuel d’être vigilants envers ceux qui sont fragiles…

Cette résidence (du 8 au 14 février) sera notre premier rendez-vous sur le plateau, donc nous allons partir dans l’expérimentation. Je ne sais pas aujourd’hui ce qui sera présentable mais sûrement des “scènes en chantier”… Ce qui est déjà sûr, c’est que nous ferons une lecture de la pièce

 :: :

- Soirée Pécou
mercredi 13 février - 19h00
Théâtre de Cavaillon

Soirée Pécou

mercredi 13 février - 19h00
Théâtre de Cavaillon

Tout au long de la saison, la Scène nationale reçoit en résidence des compagnies pour qu’elles puissent travailler, “mettre à la verticale” leur projet dans des conditions d’accueil professionnelles. En règle générale, à l’issue de chaque résidence, les artistes réservent et offrent la présentation de leurs premiers travaux aux adhérents de la Scène nationale. Ensuite public et artistes se retrouvent autour d’un verre pour échanger. Ainsi sont nées les soirées Pécou.

 :: :

Nathalie Chemelny, ce nom vous dit quelque chose ?...

Souvenez-vous… en 2001, du spectacle Soifs ! , métissage d’un texte de Serge Valletti et d’un second de Ernesto Caballero, en 2003, de Miracle au Chargan de Lioubomir Simovitch, en 2006, de Laurel et Hardy de Paul Auster…

Oui, depuis plusieurs saisons, La Scène nationale suit attentivement le travail de Nathalie Chemelny, metteur en scène, et de sa compagnie Moitié Raison – Moitié Folie, installée à Bédarrides.

Nathalie Chemelny fut, de 1986 à 1988, assistante de Antoine Vitez, d’abord au Théâtre National de Chaillot, puis, à la Comédie Française. Elle a beaucoup appris aux côtés de ce metteur en scène inestimable, notamment dans le rapport exigeant et respectueux qu’il entretenait avec les comédiens… « Le cercle de l’attention » disait-il… rapport qu’elle perpétue aujourd’hui dans son propre travail et dans la transmission du théâtre qu’elle fait merveilleusement auprès des élèves de primaire, collège et lycée…

A ce propos, elle « dresse les mots » de Bal-Trap , la pièce d’un auteur contemporain, Xavier Durringer, avec dans son cercle à elle quatre de ses anciens élèves du Lycée René Char.

Le mercredi 13 février, Nathalie Chemelny, en résidence à la Scène nationale du 8 au 13 février, proposera une étape de travail, une lecture de la pièce en compagnie de ses anciens élèves…désireux aujourd’hui de devenir comédiens à part entière.

 
 
 
 
Haut de page