archives
06
07

RIDA - rencontre professionnelle


Deux fois pas an, l’ONDA organise des RIDA (Rencontres Inter-régionales de Diffusion Artistique) dans sept grandes zones géographiques qui composent le territoire.
Ces réunions conviviales rassemblent durant deux jours des diffuseurs et les invitent à échanger informations et réflexions autour de la création contemporaine.

La RIDA Sud-Est de mars 2007 est accueillie par la Scène nationale de Cavaillon, autour de l’inscription d’un projet culturel dans un projet de territoire (thématique forte du projet de la Scène nationale de Cavaillon avec les Nomade(s))
pour tous renseignements : Magali Thiéry 04 90 78 64 60
magali@theatredecavaillon.com

PROGRAMME

Lundi 12 mars

10h30
Accueil au Théâtre
Jean-Michel Gremillet et l’équipe de la Scène nationale

11h00 / 12h30
Travaux : spectacles vus, à voir, en tournée

13h00 Repas sur place

14h30 / 18h00
Suite des travaux de la matinée
Productions à venir

19h45
Départ en bus depuis le Théâtre
Spectacle :
Il neige dans la nuit de Nâzim Hikmet,
mise en scène Arnaud Meunier
Salle des fêtes des Paluds de Noves

22h30 Dîner à Noves avec l’équipe artistique, et Yvette Louis Maire adjointe à la culture de Noves

Mardi 13 mars

Rencontre Professionnelle sur le thème :
Comment inscrire un projet culturel dans un projet de territoire

9h00
Accueil au Théâtre

9h30
Ouverture de la journée par Bernard Latarjet
ancien Président de l’Établissement du Parc et de la Grande Halle de la Villette

10h00
Projet : Les Nomade(s), Cavaillon
« Créés en 2001, les Nomade(s) sont une des composantes essentielles de la volonté d’élargissement des publics de la Scène nationale. Le territoire a été dessiné autour de Cavaillon dans la logique sociologique d’un bassin d’emploi. Aujourd’hui, entre 20 et 30 communes sont inscrites dans le projet, toutes situées à moins d’une heure de Cavaillon (entre 5 et 40 km). La relation s’établit soit avec une commune ou une communauté de communes (convention triennale assortie d’une subvention annuelle calculée sur le nombre d’habitants), soit avec un partenaire culturel, souvent porteur de la politique culturelle de la commune. La Région fut un partenaire essentiel pour permettre la mise en place à son origine du projet, analysé ici comme outil d’aménagement du territoire. »
Intervenants :
Jean-Michel Gremillet directeur de la Scène Nationale,
Denis Plassard chorégraphe,
Fabienne Ragonnet maire-adjoint à la culture de Chateauneuf de Gadagne
Robin Fruhinsholz Centre culturel de Cucuron-Vaugines

Projet : Excentrique, festival de la Région Centre
« Il existe une pièce mécanique indispensable appelée l’excentrique, qui permet aux deux partenaires du tandem de pédaler ensemble. Belle métaphore que ce tandem, pour Excentrique, festival de la Région Centre, qui permet de travailler ensemble... d’aller de paire.
Le projet d’Excentrique repose sur un double niveau d’exigence. Il s’agit de travailler à partir d’un territoire et d’une population spécifiques, ceux de la région Centre, pris dans toutes leurs dimensions géographiques, humaines, architecturales, physiques... _ Cette tentative d’écriture d’un projet artistique et culturel à l’échelle d’un pays (puisque le Centre équivaut en superficie à la taille de la Belgique) s’élabore avec des équipes artistiques proposant des oeuvres souvent originales ou adaptées, issues de tous les champs de l’art contemporain (cinéma, littérature, spectacle, photo....). _ Ces propositions artistiques, par nature singulières, émanent de commandes, de créations en sites spécifiques, autant que de productions intégrant un travail avec la population (amateur, enseignement...). »
Intervenants :
Christophe Blandin-Estournet, Directeur du festival
Karine Gloanec Conseillère Culture et relations internationales auprès du Président de la Région Centre

12h15
Discussion

13h00 Apéritif - dégustation et déjeuner - buffet sur place

14h30
Projet : Marseille, le Merlan vagabonde
« Le nomadisme artistique, la mobilité, tels que je les expérimente depuis 2 ans dans le cadre du vagabondage de la scène nationale le Merlan (fermée pour travaux de rénovation) me laissent penser qu’ils représentent un enjeu d’avenir fort pour l’aménagement culturel du territoire, la vie artistique et l’accès aux œuvres.
Ils vont plus loin que la situation hors les murs habituellement vécue par les théâtres en travaux car ils créent un lien dynamique entre les territoires, et leurs populations.
Les spectacles et diverses propositions d’artistes, dans cette situation de mobilité et de circulation ne sont plus appréhendés par les publics comme une « sortie au théâtre » mais comme un rendez-vous, dans un lieu à découvrir ou redécouvrir. La succession de ces rendez-vous trace un voyage pour les publics, dont une partie ne fréquente pas les théâtres.
Ce nomadisme est une formidable occasion de rencontre entre la population et les arts, de résonance nouvelle des œuvres elles-mêmes et de mixité des publics. »
Intervenante :
Nathalie Marteau directrice de la Scène nationale Le Merlan

Projet : Les Pronomade(s) en Haute Garonne
« Inscrire avec évidence un projet culturel sur/dans/avec un territoire...
Mutualiser les envies et les moyens, d’une part, et créer des moments de possible sur un territoire dépourvu d’infrastructures culturelles permanentes, d’autre part, sont les bases du projet culturel de Pronomade(s) en Haute-Garonne.
Ce centre national des arts de la rue/arts publics joue sur la rencontre de deux légitimités : une légitimité politique (celle des communautés de communes de participer ou de ne pas participer à un projet culturel qui les dépasse géographiquement, financièrement et artistiquement) et une légitimité professionnelle (celle de l’équipe permanente de Pronomade(s) qui se joue de la proximité en restant vigilant sur ses choix artistiques d’un art populaire et exigeant).
Il garde à l’esprit dans ses choix d’actions et de développement qu’un projet de territoire n’est pas le synonyme d’un projet de décentralisation, qui présenterait quelques excuses territoriales, quelques rendez-vous autour d’une scène principale. Un projet de territoire n’a pas de centre (ou bien n’a que des centres). Le centre du projet est là où nous sommes en contact avec la population ; il présente autant de centres que de lieux de diffusion...
Inventer des moments improbables là où on ne nous attend pas, ne pas être là où on nous attend... restent les raisons qui nous font courir sur ce territoire pour continuer à provoquer l’imaginaire collectif de sa population. »
Intervenant :
Philippe Saunier-Borrell Directeur des Pronomade(s) en Haute Garonne, Centre National des Arts de la Rue depuis 2005

16h30
Discussion animée par Bernard Latarjet
et conclusion de la journée

18h00 Fin de la rencontre