archives
19
20
Musique de répertoire

Primrose ensemble
Pierre-Henri Xuereb

Concert
Scarlatti, Chopin,
Villa Lobos...


mar. 19 mai
2020
La Garance

William Primrose est un altiste écossais né à Glasgow en 1904 et mort en 1982 à Provo aux États-Unis. Il est considéré, dans l’histoire de l’alto, comme l’un des pionniers de cet instrument. Pierre-Henri Xuereb, est l’un de ses derniers élèves et si l’ensemble, créé à son initiative, porte ce nom, ce n’est surtout pas un hasard. Du reste, dans la programmation de chaque concert, une partition est dédiée à William Primrose. L’ensemble réunit des musiciens solistes, musiciens de chambre et jeunes interprètes de très hauts niveaux, passionnés par la musique de chambre. Son originalité ? Un nombre supérieur d’altos à celui des violons, cœur de ce dispositif aux sonorités riches et variées. Violonistes et violoncellistes, complètent cet ensemble de musiciens pour instruments à cordes. Des violonistes solos différents, et venus d’horizons très divers, guident chaque série de concerts. Le Primrose Ensemble s’intéresse à des styles de musique différents et favorise l’ouverture vers des musiques traditionnelles sud-américaines et improvisées…

Le programme

Alessandro Scarlatti Sonate pour Cordes
Frédéric Chopin Valse pour altos
He Zhanhao et Chen Gang (Chine) Romance de Liang et Zhu
Manuel Ponce Intermezzo pour cordes
Aldemaro Romero (Venezuela) Fuga
Yardani Torres Maiani Manguindoy Rumba pour cordes
(oeuvre dédiée au Primrose Ensemble)
(Entracte)
Arthur Benjamin From san Domingo pour alto et cordes
(dédie à William Primerose)
Ernest Bloch Concerto Grosso n.1 pour piano et cordes
Heitor Villa Lobos Modinha


Distribution

Yardani Torres Maiani et Luis Miguel Joves violons solo
Pierre-Henri Xuereb alto solo
Et la participitation de Ruixin Niu alto et violon
Avec les membres du Primrose Ensemble
José Arrué piano

A paraître chez « Continuo Classics », Le Primrose Ensemble et les musiques sud-américaines – Heitor Villa Lobos - Ponce-Torres Maiani

Mentions

SOUTIEN des cordes D’addario.
Photo — Avec l’autorisation de Pascaline Dallemagne