accessibilité
(cliquez pour agrandir)
Pascale Daniel-Lacombe 
Partager
 

Parallèlement à un parcours universitaire en langues étrangères à la Sorbonne-Paris, elle suit un cursus de danse dans la même université et poursuit une formation de danseuse à Paris, puis à Londres, puis aux Etats-Unis à l’école de Merce Cunningham. De retour en France elle se tourne vers le théâtre. Tout en enseignant la danse à Marseille, en Touraine et à Paris, elle suit trois années de cours et de stages à Paris.

Après un trajet de comédienne de quelques années, elle crée sa compagnie avec Antonin Vulin en 1999 sur le littoral du pays basque en Pyrénées Atlantiques, le Théâtre du Rivage. La Compagnie travaille à la création artistique, la sensibilisation et la formation, à la fois sur le territoire et vers l’ensemble du réseau national et s’attache à créer une circulation constante entre ses volets d’activité via une permanence artistique qui lui est essentielle, tout en restant mobile et prête à croiser différentes géographies et aventures artistiques.

Elle est aujourd’hui implantée sur la ville de St Jean de Luz et est en compagnonnage avec la Scène Nationale de Bayonne-Sud-Aquitain jusqu’à 2015. Selon chaque processus de travail, des artistes de divers horizons la rejoignent, avec qui se créent des fidélités, comme une famille libre de se réunir à peu ou à plusieurs et de s’agrandir de nouveaux visages. Ses créations s’adressent au tout public, sans oublier le jeune public et trouvent leur source dans le répertoire classique ou contemporain, dans la commande d’écriture, la danse, l’image, la musique, la matière et parfois dans les croisements de langues. La genèse de ses spectacles est toujours due et motivée par l’histoire tangible de la Cie qui part à chaque fois de quêtes en conquêtes, comme d’autres qui partaient jadis en mer pour une terre nouvelle, avec divers et précieux équipages. Les propositions libres et distinctes ramenées sur le rivage sont des tentatives artistiques liées par une même envie de surpassement, d’humanité et d’espoir en l’homme… qui espère

 
 
Haut de page