archives
ss
ce

Odile Duboc


Naît dans la danse.
Très tôt, elle aborde et enseigne la danse contemporaine de façon presque autodidacte. Sa pédagogie se forgera au fil des ans à travers un long parcours de créateur dont le principal désir sera toujours de faire apparaître dans les spectacles qu’elle produit ses propres états de corps et ses émotions liées au mouvement et à sa musicalité.

Après avoir enseigné la danse contemporaine dans son propre lieu, Les Ateliers de la Danse, à Aix-en- Provence, elle fonde à Paris en 1983 avec Françoise Michel, une compagnie qu’elles baptisent Contre Jour en clin d’œil à cette collaboration entre une chorégraphe et un créateur lumière. En 1990, elle est nommée à la direction du Centre Chorégraphique National de Franche Comté à Belfort.

Elle y crée notamment Projet de la matière (1993), trois Boléros (1996), Comédie (1998) et plus récemment Rien ne laisse présager de l’état de l’eau (2005) et crée dans le même temps Retours de scène (1992) et Raphsody in Blue (1998) pour les danseurs du Ballet de l’Opéra de Paris et Primum Saltare (1993) pour les Ballets du Rhin.

Odile Duboc a collaboré régulièrement à des créations théâtrales aux côtés de Ludovic Lagarde, François Berreur et Jean-claude Berutti, autour d’œuvres d’Olivier Cadiot, Jean Luc Lagarce, Peter Handke, Edward Bond et Rodrigo Garcia.

Elle a abordé l’Opéra en 1999 avec Thaïs, accompagnée par Françoise Michel et plus tard, elle a participé à Cadmus et Hermione, Actéon et Les arts Florissants, Vénus et Adonis aux côtés de Christophe Rousset et Ludovic Lagarde.

En 2007, elle crée A cet endroit pour les danseurs du Ballet de l’Opéra de Lyon. Les années 2006/07/08 lui offrent l’opportunité de mettre sur pied La pierre et les songes, projet chorégraphique pour 300 amateurs, dans sa région d’accueil, la Franche-Comté. Par ce geste, elle clôt 18 années de direction du Centre Chorégraphique National de Franche-Comté à Belfort.

En janvier 2009, Odile Duboc, avec Françoise Michel, a créé à Paris A contre jour, association destinée à poursuivre un travail de création, de transmission et de mémoire. Dans ce cadre, accueillie par le Manège de Reims, elle a reconstitué à l’automne 2009 avec 20 nouveaux danseurs, l’Ordre établi, première partie d’Insurrection, pièce qu’elle créa en 1989 et qui lui valu une large reconnaissance.

Odile Duboc a reçu en 1999 le prix de la SACD pour la chorégraphie. Odile Duboc est décédée le 23 avril 2010.