archives
ss
ce

Note d’intention

Une veillée singulière


La veillée, la façon la plus simple, la plus directe de se réunir : que ce soit les habitants d’un village ou le public d’un théâtre.

Construire d’abord une scénographie qui raconte quelque chose de la rencontre : nous montons notre petit gradin. Le public nous aide à installer l’entourage des rideaux rouges. Exactement
comme un petit chapiteau sans toit.

Sur scène, il y a Hadi Boudechiche et Claire Latarget, tous les deux autour d’un coffre en bois. Ils ne se sont pas revus depuis 25 ans. La malle contient leurs souvenirs de leurs vacances
passées ensemble. C’était dans un grand domaine aujourd’hui disparu.
Ils sont là, ce soir, pour ouvrir la malle.
Dans la malle : des bricolages fabriqués avec Papy-Tonton. Mais qui est ce vieux monsieur, ni grand-père, ni oncle ? Un retraité, ancien préhistorien, spécialiste des grottes peintes. Il apprend
aux enfants comment les hommes préhistoriques faisaient du feu…

Cette malle est un héritage !
Au fond de la cave du Domaine dans l’atelier de Papy-Tonton, il y a un passage secret qui
mène à une grotte ornée. La plus belle des grottes peintes jamais découverte, même plus belle
que Lascau.

Cette malle est la clef !
Ces deux conteurs nous font revivre le temps de l’enfance. C’est un spectacle de grande proximité,
qui joue du vrai et du faux, de l’imaginaire et du réel, du passé et du présent.

En sortant du spectacle : les parents sifflent « Caravan » de Duke Ellington et les enfants veulent
apprendre à faire du feu comme leurs arrière, arrière, arrière... grand-parents.

Christian Carrignon