archives
ss
ce

Note d’intention

Il était une fois Germaine Tillion


Trois périodes charpentent la vie assez extraordinaire de Germaine Tillion : ses missions de jeune ethnologue dans l’Aurès algérien entre 1934 et 1939, son entrée en résistance et sa déportation entre 1940 et 1945, puis son implication active durant la guerre d’Algérie.

Chacune de ces trois périodes fait l’objet d’un livre, dans lequel elle relate et réfléchit les évènements à l’aune de sa propre expérience. Aimant raconter des histoires, elle donne à ses écrits une forme peu conventionnelle de la part d’une scientifique, et adopte un ton alerte, emprunt d’un humour qu’elle érige en attitude ; à ce titre elle va composer au camp de Ravensbrück, une opérette destinée à faire rire ses camarades, et tenter de lutter ainsi contre l’entreprise de déshumanisation dont elles font parties.

Lutte contre l’ignorance et pour l’instruction, lutte contre l’oppresseur nazi, lutte pour tâcher de faire dialoguer « les ennemis complémentaires » que furent la France et l’Algérie : tels sont quelques uns des engagements qui orientèrent sa vie.

En parcourant ces trois livres, le spectacle nous entraîne vers ces lieux, ces temps d’expérience et d’action, fondements de la pensée passionnante de cette grande dame, ethnologue engagée. Les grilles de déchiffrement qu’elle propose peuvent s’appliquer à bon nombre de conflits actuels.

Xavier Marchand