Bandeau
Le glob
Le site
Rechercher
Facebook
Twitter
Instagram
 
 
Modèles réduits

vendredi 23 janvier 2015, par Ophélie, Nicolas

Modèles réduits, c’est la version légère, plus courte, tout-terrain, jouable partout et pour tous, de Modèles, la (grande) forme originelle présentée le 13 janvier sur le plateau de La Garance. Modèles réduits n’est donc pas un Modèles au rabais, mais bien un Modèles de proximité, imaginé par la Cie La part des anges et Pauline Bureau pour aller dans les établissements, notamment.

De Modèles, Modèles réduits conserve une partie des témoignages des 10 co-auteures, mais interprétés par deux comédiennes cette fois (Sonia Floire et Sabrina Baldassara), ainsi que les entretiens retranscrits de Pierre Bourdieu, Marguerite Duras et Virginie Despentes. Et y ajoute des témoignages recueillis dans deux classes de 4e d’un collège d’Aumale (76), autour des questions suivantes :
Qu’est-ce que c’est que d’être une femme ou d’être un homme ?
Qu’est-ce qui nous différencie les uns les autres ?
Quels sont nos modèles ? Comment se construit-on par rapport à eux ?
Quel petit garçon ou petite fille étions-nous ? Quels étaient nos jouets préférés ?

Un garçon dit qu’il fera tout dans la maison et que sa femme restera à lire le journal. Un garçon dit que dans sa famille, il y a un partage des tâches entre frère et sœur. Une fille dit que ce n’est pas aux filles de tout faire. Trois filles disent qu’il faut bien aider sa maman, car elle a beaucoup de choses à faire. Un garçon dit qu’il range le lave-vaisselle, que sa sœur débarrasse, qu’il s’occupe du linge, lave la cuisine, repasse. Il se sent un peu obligé d’aider sa maman qui travaille. Un garçon dit qu’il se sent un peu obligé d’aider sa mère car elle a beaucoup de choses à faire. Une fille dit que sa mère lui demande de débarrasser la table, faire la vaisselle et que si elle ne le fait pas, elle sera punie. Un garçon dit qu’il ne fera pas à ses enfants ce qu’il n’a pas aimé faire ou qu’on lui fasse faire. Une fille rétorque qu’au contraire elle se vengera sur ses enfants. Une fille dit que quand elle rentre, elle fait d’abord le ménage puis ses devoirs et que c’est déjà l’heure de manger. Elle en a marre.
Extraits des interviews menées auprès des collégiens d’Aumale (76)

Modèles réduits a été joué du 14 au 16 janvier, au centre social La Cigalette à l’Isle-sur-Sorgue, ainsi qu’au lycée Ismaël Dauphin et au collège Clovis Hugues, de Cavaillon.

Mercredi 14 janvier : une journée à La Cigalette

La Cigalette est le Centre social et culturel de l’Isle-sur-la-Sorgue. Ce lieu fort chaleureux, au centre duquel siègent un ficus et un caoutchouc étonnamment grands, est animé par une équipe hyper-dynamique.

Parenthèse : la rédaction de cette "chronique" a permis de découvrir que le "dit" caoutchouc et le "dit" ficus, sont en réalité deux espèces sœurs, de la famille des Ficus ou plus précisément des Moraceae (arbres ou arbustes à lianes), lesquels, je vous le donne en 1000, peuvent être appelés par extension des "Figuiers" ! Voilà qui encourage à reprendre les bases de botanique...

Deux semaines ouvrées ont suffi à l’équipe de la Cigalette pour contacter et susciter la curiosité chez plus de 100 spectateurs, venus le jour-J.
Comme dans les établissements scolaires, les artistes ont assuré deux représentations à la suite. Des temps d’échange se sont tenus suite au spectacle, avec Sonia et Sabrina, très à l’écoute et disponibles. Les questions ont plutôt été liées au processus créatif. Celle du cheminement parfois complexe d’une femme, trentenaire ou non, presque pas.
Pour autant, la pièce "Modèles réduits", ses témoignages, ses citations d’auteurs, ses visages, n’ont laissé personne indifférent(e), dans toute la profondeur du sujet traité...

Vos réactions
Partager
Facebook
Vimeo
Twitter
 
 
Lettre d'informations
S'abonner au blog
 
Haut de page