archives
07
08

Maria Soudaïeva / Antoine Volodine / Hélène Cathala

Slogans


lundi
21 janvier
2008
Slogans
mardi
22 janvier
2008
Slogans
Théâtre de Cavaillon

L’œuvre de Maria Soudaïeva décrit un monde où de l’homme ne reste plus que la trace. Ses mots, forts d’espoirs, hurlent l’absolue nécessité de résistance pour reconquérir l’humanité volée. Hélène Cathala incruste ces cris dans la chair de sa chorégraphie, met en mouvement, musique et lumière, ce poème incandescent avec des danseurs, dj, créateurs d’images, dans un no man’s...


Slogans - photo Laurent Rojol
Slogans - photo Laurent Rojol
Slogans - photo Laurent Rojol

Le spectacle

durée : 1h10

Slogans comme le livre de Maria Soudaïeva dont les mots me hantent depuis plusieurs semaines. Imprécations vociférées par des silhouettes fragiles, mots d’ordres hallucinés qui appellent à la guerre totale contre le réel, ces mots, je souhaite, avec leur force clandestine intacte, les incruster au coeur de ma chorégraphie.
Ces mots, aujourd’hui, me sont nécessaires. Ils trouvent le chemin de la révolte en mouvement. Ils hurlent la nécessité de la résistance par le foisonnement débridé des formes. Pour eux, j’imagine des rituels circulaires, des accélérations fulgurantes, des corps presque disloqués, des hésitations au bord de la fuite, des transes, des poses de mutants, des tendresses animales. J’ai choisi ainsi les danseurs pour leur facilitée à incarner un engagement physique absolu, mais aussi pour leur capacité à créer des images étranges... danse sous influence, spasmes d’insectes, chaos tournoyant. Je les vois s’exposer à la puissance de ces visions dans une scénographie qui tiendrait à la fois du hall de gare et le la boîte de nuit. Je les vois servir de leur corps, les interjections implacables des héroïnes de Slogans, s’accorder des répits, se laisser saisir par cette "petite prose", et puis se relever. Attendre la fin des "mauvais jours".
Pour la musique, j’ai également demandé à Arnaud Bertrand et à Fanny Fake DJ de s’immerger dans l’univers de Maria Soudaïeva et de traiter, comme la chorégraphie, la problématique de la boucle. Nappes circulaires, boucles de sons de type industriel, trouées de silence,
l’univers sonore oscillera entre composition expérimentale et transe communautaire, avec l’énergie d’un concert en direct. Je souhaiteaffirmer cette énergie musicale, en irradier le spectacle, comme un pendant à la fiction magnifique de Maria Soudaïeva.
Et, avec deux ou trois podiums dérisoires et quelques projecteurs aux couleurs psychédéliques, écrire, peut-être, un nouveau poème appelé Slogans.

Hélène Cathala, la chorégraphe

Un atelier pour le regard est proposé autour de ce spectacle, mercredi 23 janvier.

Le livre

Slogans est un livre étrange, extraordinaire. Il l’est par son contenu : il décrit un univers de guerre totale où l’humain n’existe plus, sinon sous forme de traces, et où les acteurs, - les actrices, plutôt, car ce sont surtout des créatures féminines qui apparaissent et vocifèrent- semblent appartenir à d’autres espèces dominantes que l’homo sapiens. Il est également extraordinaire par sa forme : une suite d’instructions et de mots d’ordre qui décrivent, sans autre technique narrative que leur alignement et leur brutalité, le chaos et les souffrances, les espoirs lointains, le tourbillon apocalyptique, l’embrasement suicidaire d’une planète entière. C’est une fiction magnifique, qui se situe à l’écart des traditions romanesques les plus courantes, et, si la poésie n’avait pas aujourd’hui si mauvaise presse, on aimerait évoquer là une sorte de long poème…. Une fois admise cette plongée dans l’indéfinissable, on est saisi par le caractère familier des sentiments et des gestes que le livre met en scène. Soudain plus rien n’est ni étrange ni étranger. Car c’est bien à nous que s’adressent ces murmures et ces cris qui parlent de peur et de solitude, de guerres et de souffrances insupportables, de mort, mais aussi de beauté et d’espoir, allant avec constance vers l’ultime slogan : « Les mauvais jours finiront ».

Antoine Volodine, le traducteur de Slogans

Slogans est publié aux Editions de l’Olivier

Scolaires

matinée scolaire
mardi 22 janvier à 14h

Distribution

pièce pour 6 danseurs, un compositeur, un DJ
et un créateur d’images et de lumières

création chorégraphique et mise en scène : Hélène Cathala
écriture musicale, composition : Arnaud Bertrand
Dj, créatrice d’événements sonores, mix : Fanny Corral (Fanny Fake DJ)
danseuses et danseurs : Gilles Viandier, Mandoline Whittlesey, Lorenzo Dallaï, Marie Leca, Christophe Brombin, Julie Laporte.

scénographie : Emmanuelle Debeusscher
lumières, vidéo : Marc Baylet

durée : 1h10

::::: :

Le spectacle a été créé le 9 février 2006 à Sète.
Le texte de Maria Soudaïeva est publié aux éditions de l’Olivier.

- coproductions : La Camionetta / Scène Nationale de Sète et du Bassin de Thau / Le Vivat Scène Conventionnée d’Armentières / Le Théâtre Jean Vilar à Vitry-sur-Seine.
- avec le soutien du Centre Chorégraphique National de Montpellier Languedoc Roussillon
- La Compagnie la Camionetta est subventionnée par le Ministère de la Culture / DRAC Languedoc Roussillon au titre des compagnies conventionnées, le Conseil Régional Languedoc-Roussillon, le Conseil Général de l’Hérault, la ville de Montpellier.
- La Compagnie Hors Commerce est en compagnonnage avec la Scène Nationale de Sète et du Bassin de Thau.