Lettre à Estelle Savasta

 

par Ophélie

vendredi 4 octobre 2019

Une aventure.
Plus encore. Une épopée.
Une grande traversée ensemble Estelle Cavaillon La Garance 
Cette histoire s’écrit à partir de 2015. Tu es déjà en compagnonnage avec La Garance. Tu souhaites écrire une pièce qui nous parle de désobéissance et fais le vœu de passer deux jours par mois auprès de lycéens.
Tu es exaucée avec le Lycée Ismaël Dauphin à Cavaillon, un de nos partenaires.
On ne sait pas si ce sont 26 adolescents qui te rencontrent ou toi qui rencontre 26 adolescents. Mais on peut dire que vous vous connectez dès les premières heures partagées.
Ces lycéens deviennent tes collaborateurs artistiques ; à la place de leurs cours de maths ou d’histoire, tu leur proposes sur ces journées d’être comédiens, citoyens, metteurs en scène, danseurs, ...
Ces rencontres génèrent une histoire, si belle qu’on ne l’avait pas vu venir : « Lettres jamais écrites ».
Pour toi,
pour l’équipe de La Garance,
pour les adolescents,
pour leurs proches,
pour les équipes enseignantes et peut-être même pour certains spectateurs :
il y a un « avant » et un « après » Lettres jamais écrites.
Nous avons été émus ET mus, dans cette histoire.

Puis, tu te penches de nouveau sur cette graine en train de germer. « Désobéir, est-ce s’obéir à soi-même ? ». Cette question d’une ado, tu la mets en pot en 2015 et en retrouves le terreau fertile jusqu’aujourd’hui.
Depuis, tu écris cette histoire. Aujourd’hui, pendant l’écriture de ces lignes, tu peaufines ce spectacle - ce désir initial.
Ton texte, nous le savons déjà, va nous émouvoir, nous faire réfléchir, nous réunir. Ton décor sera poétique et d’une grande délicatesse, ton équipe technique et de comédiens sont magnifiques et œuvrent avec toi passionnément.

Estelle Savasta, tu as beaucoup fait à nos côtés. Avec toi, nous sommes allés lire du théâtre dans les appartements, des plus hautes tours de Cavaillon. Nous avons proposé une nuit d’écriture au théâtre ou des stages aux enseignants. Nous avons cueilli des récits dans la rue, pour les écrire sur les murs. Ensemble, nous avons pris le temps, couru après, nous avons expérimenté, nous nous sommes éloignés quelques mois et mieux nous sommes retrouvés.
Mardi et mercredi prochains, tu nous offres le cadeau de révéler « Nous, dans le désordre », pour la première fois. Nos émotions seront bien dans le désordre, et pour tout cela, comment ne pas te remercier…