Lauris, commune Nomade(s) (dé)confi.née

 

jeudi 4 juin 2020

Comme toutes les communes, notre village est passé sans transition d’une période exceptionnelle à une autre, d’une période électorale, à une période de crise sanitaire que l’équipe municipale a gérée. A côté des actions municipales, des associations, des entrepreneurs, des individus ont mis en place un système d’entre-aide. La solidarité et le civisme dont les laurisiens ont fait preuve ont permis d’adoucir cette période difficile. Mais il n’était toutefois pas facile de voir notre village d’habitude si vivant, si… confiné…

Pour le service culture et vie associative, cela a été un crève-cœur d’annuler toute la programmation, particulièrement riche en cette période (Mars en Folie, Résidence « Langue des Signes », Semaine des Auteurs, spectacle Nomade(s) de La Garance…) et les Minibus de la culture sont toujours au garage…. Alors bien sûr, nous avons voulu maintenir le lien en utilisant les moyens à notre disposition. La lettre mensuelle « Rendez-Vous à Lauris » a changé de forme pour parler des spectacles annulés, de ceux reportés, mais aussi pour proposer des liens numériques vers des sites culturels, des captations de spectacle... Nous avons organisé un concours sur le thème « De ma fenêtre, je vois », où chacun pouvait proposer un visuel ou un écrit pour s’exprimer sur cette période si étrange. Nous avons eu beaucoup de participants et les réalisations seront exposées tout l’été sur la première terrasse du Château.

Le Maire, André Rousset, a circulé dans le village à bord de la voiture de la police municipale en diffusant des messages d’informations accompagnés du CD des élèves de l’école de musique !

Avec le déconfinement progressif, nous sommes entrés dans une période d’incertitude sur la possibilité du maintien de la programmation estivale. Cela est très inconfortable, il est compliqué de se projeter avec la nécessité de respecter les gestes barrières, la distanciation physique, d’imaginer un public masqué, des salles à demi remplies… mais nous restons très mobilisés et engagés.

Il nous est apparu par exemple nécessaire de mettre en place une action pour les jeunes qui ont vu leurs repères et leurs habitudes voler en éclats. Nous sommes en train d’y travailler.

Nous souhaitons pouvoir proposer au plus vite notre programmation et nous lancer dans de nouveaux projets, comme le « Festival des couleurs » inscrit dans notre programme. Nous avons surtout hâte de pouvoir retrouver les laurisiens en chair et en os ! Le virtuel ne peut remplacer le plaisir d’être ensemble.

Séverine Mariani-Renoux, adjointe à La culture de Lauris