archives
07
08

Laurence Vielle / Claude Guerre

La récréation du monde


jeudi
17 avril
2008
La récréation du monde
vendredi
18 avril
2008
La récréation du monde
samedi
19 avril
2008
La récréation du monde
Théâtre des Halles - Avignon

Laurence Vielle est actrice et poète. Quand elle dit, elle chante. Porte ses mots. Les sculpte de nouveau. Les rythme. Les murmure. Ses poèmes, c’est la création du monde. Elle dit, elle chante son peuple : petites gens, vilains, magnifiques, bateliers, grand-mère volante, putain joyeuse, enfant footballeur… Sa création du monde sera une re-création. Oui, car le monde a besoin d’être recréé, re-inventé, re-enchanté ! Non ?


La Récréation du monde - DR JEV
La Récréation du monde - DR JEV
La Récréation du monde - DR JEV
La Récréation du monde - DR JEV

Présentation

J’aime allier sur le plateau toutes sortes d’écritures : l’image, la danse, les mots, la musique. J’aime créer avec des gens que je retrouve sur mon chemin. Compagnonnages. J’aime les créations collectives. J’aime marcher dans mon quartier, dans les rues, les campagnes, et glaner, comme dans le film d’Agnès Varda, où il y a des glaneurs de légumes, de boutons, de cartes postales, de rebuts, de bouts de ficelles. Moi, ce sont les mots, les mots des autres, les miens, et les rythmes du monde. Et puis j’écris. Et j’aime dire ces mots-là. Je sens bien que le monde tourne de moins en moins rond : j’aime aller y chercher, y traquer, y guetter, les battements d’humanité. Ce sont mes tambours. Je tente d’y accorder mon cœur.

Laurence Vielle

Laurence Vielle, étonnante jeune femme à la Jacques Prévert, a le verbe haut et musical. Elle aime dire les mots, surtout les écritures d’aujourd’hui (Valère Novarina, Henry Bauchau, Pietro Pizzuti, Philippe Minyana, etc.). Son travail mêle musique, image et danse.
Laurence Vielle récolte les paroles dites par les autres. Elle les retranscrit minutieusement et les réorchestre pour en faire des spectacles qui donnent à entendre la parole de ceux qui passent, anonymes. Son regard sur la ville et l’humanité quotidienne établit un rapport de proximité, crée du lien. La comédienne scande ses mots en Belgique, en France, en Suisse, au Festival de Littératures féroces, au Canada, à Rome...
Dernièrement, sont nés les spectacles Etat de marche et Pièce d’eau avec le danseur-vidéaste Jean-Michel Agius, Choisy-Hôtel, Voix d’eau avec la Compagnie Carcara, Jean-Michel Agius et Matthieu Ha, Ça y est je vole avec Eric Dagostino et des musiciens improvisateurs.
Les textes de Laurence Vielle ont un jour rencontré l’accordéon de Matthieu Ha et la clarinette de Vincent Granger. A trois, à la Maison de la Poésie, ils tissent un fil entre mots et musique, en alternant narration, poésie, chant.

Actuellement, Laurence Vielle poursuit une résidence d’écriture sur deux saisons en partenariat avec la Scène Nationale.

............
Coproduction - en partenariat avec le Théâtre des Halles à Avignon

Les Poèmes

Les Poèmes… pour re-créer le monde

Je suis né avec le vent
Etat de marche – Etape 0
Mathilde
Poème d’amour / Big bang
Pièce d’eau
Ballade pour les tortues marines
Les vieilles dames
Récréation du monde
Clacépopée
Dounia fille de joie
Les suicidés et autres – voix d’eau
Théo
… et j’ai vu
Et vive la beauté !

La Récréation du monde est publié chez Maelstrom Editions, coll. « bookleg », Bruxelles, 2006

Le Théâtre des Halles / Cie Alain Timar

Le Théâtre des Halles est un lieu permanent d’Avignon.
Alain Timar, directeur artistique, l’a fondé en 1983. Il y travaille, en tant que metteur en scène, scénographe et plasticien. Les spectacles accueillis sont le fruit d’un compagnonnage artistique, ils résonnent avec les propres créations de la compagnie Alain Timar. Ce travail de création et de diffusion se développe d’année en année ainsi qu’un travail de partenariat avec de nombreuses structures associatives.

Alain Timar,
un être cosmopolite qui aime à transgresser les barrières et abolir les frontières factices ou réelles.

Après des études supérieures en France et un parcours dans diverses compagnies théâtrales, Alain Timar décide de s’installer à Avignon où il fonde le Théâtre des Halles qu’il dirige et anime depuis 1983. Il poursuit conjointement un travail de metteur en scène, de scénographe et de plasticien. Il a signé plus de 45 mises en scène en France et à l’étranger, ainsi que de nombreuses expositions et installations. Ses choix artistiques témoignent d’une propension constante à s’ouvrir aux autres cultures. Ses créations sont littéralement inspirées et portées par cette richesse pluriculturelle, tout à la fois innée et acquise.

Il est l’un des rares metteurs en scène français invités à l’étranger à oser se colleter avec la langue de l’autre dans des mises en scène puissantes et souvent novatrices qui sont autant d’illustrations de son ouverture au monde et de son écoute empathique : « Rhinocéros » d’Eugène Ionesco en hongrois à Budapest ou « Les chaises » en anglais à Washington, « Le funambule » de Jean Genet en italien au Festival de Palerme, « Babel Taxi » de Mohamed Kacimi, production franco-américaine en douze langues et une équipe internationale, et récemment « En attendant Godot » de Samuel Beckett en tagalog à Manille aux Philippines.

Si ses mises en scène sont pour le spectateur autant d’invitations aux voyages : dans le temps (« La grande roue » de Vaclav Havel), dans l’histoire tragique et la mémoire douloureuse (« Le livre de ma mère » ou « O vous, frères humains » d’Albert Cohen), la réalité sociale et l’exploitation économique (« Signes particuliers » tiré de « La misère du monde » de Pierre Bourdieu), la misère morale et la solitude (« Rencontre » de Peter Nadas ou « Au bord de la vie » de Gao Xingjian), elles se présentent également comme des moments intenses et jubilatoires d’interrogation, de réflexion et de remise en cause.
Par ses scénographies rigoureusement élaborées où le clown caustique rencontre le musicien, où la toile peinte se transforme en une étrange sculpture, où la lumière découpe savamment des univers ludiques et oniriques, Alain Timar maintient constamment en éveil le spectateur, tout à la fois intrigué et happé par l’univers qui se construit devant lui mais dont il n’aura la clé qu’à la fin de la représentation.

Alain Timar a été nommé Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres en 2003.

:: :

- le site du Théâtre des Halles

Ça y est je vole

Laurence Vielle / Eric d’Agostino

Le Théâtre des Doms
en partenariat avec l’Ajmi

- mercredi 23
- jeudi 24 avril
20h30
Théâtre des Doms - Avignon

durée : 1h00

Sur la base d’entretiens, de souvenirs personnels, Laurence retrace la vie tumultueuse et passionnée de Manon Vielle, sa grand-mère, femme du 20ème siècle, femme au cœur d’un monde qui se bouleverse, la première femme ayant obtenu le brevet de pilote. S’entrelacent alors les paroles de Laurence et de Manon, musiques, créations visuelles et sonores.

Tarifs : 14€ normal / 10€ réduit [1] / 6€ super réduit

réservations auprès du Théâtre des Doms : 04 90 14 07 99 / info@lesdoms.eu