Bandeau
Le glob
Le site
Rechercher
Facebook
Twitter
Instagram
 
 
La prison, un bout du monde

jeudi 20 décembre 2012, par Vincent

A l’invitation de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, en complicité avec la scène nationale, François Cervantes s’est engagé dans une relation étonnante, approfondie, avec le Centre Pénitentiaire d’Avignon-Le Pontet et les personnes chargées, là-bas, de l’action culturelle.

Une correspondance a débuté, il y a peu, entre cet auteur et des détenus qui aiment lire. Elle devrait durer plusieurs semaines. Pourtant, ils ne se connaissent pas. Eux sont immobiles, un livre ou un journal entre les mains. Ils font des voyages intérieurs dans leur cellule. François Cervantes, lui aussi, est immobile, un cahier ouvert sur une table. Il écrit.

De cette correspondance naîtra un texte puis, certainement, un spectacle.

Vendredi 7 décembre, nous avons organisé une rencontre à la bibliothèque. Une quinzaine de détenus y ont participé. François Cervantes nous a fait parvenir, ensuite, ces quelques mots :

JPEG - 47.8 ko

" J’ai été très nourri par la dernière rencontre avec les détenus vendredi dernier. Pour des raisons que je ne sais pas encore analyser, il m’a semblé qu’à un moment donné nous étions ailleurs, dans un autre espace. La conversation était devenu fluide, elle était sortie du cadre de notre rencontre, et cela m’a fait croire à la pertinence de ce projet, à sa valeur.

Je crois qu’un texte unique pourra sortir de cet ensemble de conversations intimes.

J’ai cru comprendre sourdement quelque chose d’universel dans cette privation de liberté, dans ce lieu qu’est la prison et dans ce qui s’y vit, ce qui s’y joue.

Nous avons parlé de lecture, d’écriture, mais de bien d’autres choses, et les paroles ont circulé, à travers les générations, à travers les différentes solitudes.

J’ai reçu maintenant 5 lettres, auxquelles je suis en train de répondre.

Les premières lettres sont toujours un peu protocolaires : nous faisons connaissance, nous marchons sur des oeufs, mais au fil des lettres, je crois qu’avec quelques uns, nous allons entrer dans un échange qui nous apportera des surprises, à eux comme à moi. J’espère que ces premières rencontres vont continuer à faire tâche d’huile et que ceux pour qui ce projet est fait seront finalement embarqués dedans.

Si je dois parler un peu de cette rencontre et de ce début de projet, ce qui me frappe c’est à quel point la conversation avec l’autre, l’échange de paroles est une façon de s’évader de soi et d’accéder à un autre espace, à quel point briser la solitude permet de s’en aller dans un autre espace ".

François Cervantes
Cie l’Entreprise

Vos réactions
Partager
Facebook
Vimeo
Twitter
 
 
Lettre d'informations
S'abonner au blog
 
Haut de page