Bandeau
Le glob
Le site
Rechercher
Facebook
Twitter
Instagram
 
 
La prison, à la lettre

lundi 25 mars 2013, par Vincent

L’étonnante "résidence d’écriture" engagée par François Cervantes au Centre Pénitentiaire d’Avignon-Le Pontet se poursuit et s’étoffe (voir l’article précédent La prison, un bout du monde).

Des spectacles de la compagnie L’Entreprise sont présentés à l’intérieur (il y a peu c’était la délicatesse de La table du fond), des paroles et des regards s’échangent, des lettres "passe-murailles" franchissent les murs. Les unes adressées à l’auteur, les autres écrites en retour par François ; et ainsi de suite depuis quelques semaines déjà. De cette correspondance naîtra un texte puis, éventuellement, un spectacle.

JPEG - 89.5 ko

" Cela fait longtemps que je n’avais pas envoyé de lettre par la poste : enveloppe, timbre, temps d’acheminement...

Au fil des échanges, deux sensations grandissent en même temps :

- la délicatesse de nos échanges : comme deux personnes blessées qui tenteraient de danser un tango, on y va mollo pour ne pas de faire mal, mais on y va de plus en plus ;

- la perception de plus en plus nette de la violence de la prison : violente diffuse mais violence sûre, et absurde.

Ces lettres pourraient être élargies à d’autres témoignages : il y a ceux qui ont été déposés dans des livres au cours des siècles, mais il y en a d’autres qui sont mis au silence : il y a besoin de paroles sur la prison, il y a besoin de témoigner. "

François Cervantes

Vos réactions
Partager
Facebook
Vimeo
Twitter
 
 
Lettre d'informations
S'abonner au blog
 
Haut de page