La culture, non essentielle ? #10

 

vendredi 19 février 2021

La Garance, comme beaucoup de théâtres et lieux culturels, appelle à la réouverture des lieux d’art, de création et de diffusion du spectacle vivant dans sa diversité. Pour appuyer cette démarche, La Garance a initié un recueil de témoignages auprès de partenaires et du public. Car la culture c’est l’affaire de tous

« Est-ce ainsi que les hommes vivent ? ... »
Depuis un an, on se calfeutre, on se recroqueville, on fuit les autres devenus des ennemis possibles. Seuls loisirs : la lecture, les images diffusées par nos écrans personnels, la musique… et pour échanger sur tout cela ? Le téléphone… Sans compter qu’on ne voit même plus le sourire ou la moue du visage que l’on croise ! En s’en donnant l’autorisation, on peut marcher, balader, mais dans certaines conditions…

« Est-ce ainsi que les hommes vivent ? ... »
Certains ont décidé que seul l’ESSENTIEL peut permettre une sortie, l’agglutinement dans des foules compactes, dans les supermarchés, les transports collectifs, les ateliers de travail… Mais pourquoi dans cet essentiel le spectacle vivant, la séance de cinéma, le concert partagé, la visite de musée sont-ils absents ? Quelle société peut vivre sans ces moments, ces lieux ? Certains pays ont maintenu ces lieux ouverts, actifs parce qu’essentiels… Pourquoi pas chez nous ?

« Est-ce ainsi que les hommes vivent ? ... »
Dans les territoires ruraux du Vaucluse, faire vivre des activités culturelles demande de l’énergie, de la conviction, du temps. Permettre aux enfants des écoles de découvrir le théâtre, en se confrontant au jeu théâtral, en assistant à des spectacles, c’est tout un projet qui est mis à mal dans la durée. Faire en sorte que le cinéma arrive dans le village, régulièrement, au plus près de habitants, sans avoir à prendre sa voiture, c’est créer des rendez-vous précieux qui favorisent la convivialité…
Mais on voit bien, au fil des jours, les maux engendrés par ces choix de vie sans culture partagée. Bien sûr, la pandémie existe, des personnes en souffrent, en meurent et il n’est pas question de faire comme si tout était normal. Mais tout un pays doit-il être réduit à cette condition pour sortir de cette crise ?
Pour soigner les malades, il faut des hôpitaux équipés, des soignants en nombre, bien payés et qui puissent reprendre des forces et se distraire… Il faut des proches en bonne forme, pleins d’énergie et d’espoirs… Des personnes déprimées voient leur immunité atteinte… Toutes ces observations devraient nous amener à reprendre confiance dans la vie, à évacuer la peur, à reprendre goût à la création et à la découverte du spectacle vivant.

LAISSONS LES ARTISTES CRÉER, JOUER, SE PRODUIRE, NOUS APPORTER POÉSIE, ÉVASION,
OUVERTURE D’ESPRIT, RÉFLEXION… !
OUVRONS LES THÉÂTRES, LES SALLES DE CINÉMA, LES MUSÉES… ENFIN !!!

C’est ainsi que les hommes et… les femmes(!) peuvent vivre.

Association Etincelles, partenaires Nomade(s) (Malemort-du-Comtat)