archives
ss
ce

L’auteur


Fabrice Melquiot vient d’une petite ville de Savoie, Modane, où il est né en avril 1972. Il suit une formation d’acteur sous la direction de Julie Vilmont puis travaille en tant qu’acteur au sein de la Compagnie des Millefontaines, dirigée par Emmanuel Demarcy-Mota. À partir de 1995, il joue Valerio dans Léonce et
Léa et Joufflu dans Peine d’amour perdue. Il participe à toute l’aventure de la compagnie au Théâtre de la Commune d’Aubervilliers et au Forum culturel de Blanc-Mesnil.

Parallèlement, il écrit. En 1998, ses premiers textes pour enfants, Les Petits Mélancoliques et Le Jardin de Beamon, dont une lecture est organisée par la compagnie au Forum culturel de Blanc-Mesnil, sont publiés à l’École des loisirs et diffusés sur France Culture. Il reçoit le Grand Prix Paul Gilson de la Communauté des radios publiques de langue française et, à Bratislava, le Prix européen de la meilleure oeuvre radiophonique pour adolescents.

Depuis quelques années il se consacre entièrement à l’écriture. Ses textes sont publiés chez l’Arche Éditeur. Perlino Comment (2001) inaugure la collection de théâtre jeunesse de l’Arche éditeur, suit Bouli Miro (2002) mis en scène par Patrice Douchet, en tournée depuis deux ans. Bouli Miro a également été sélectionné par La Comédie Française en décembre 2003 ; c’est le premier spectacle jeune public à être présenté au Français.

En 2002/2003, pour sa première saison à la tête de La Comédie de Reims, Emmanuel Demarcy-Mota invite Fabrice Melquiot à le rejoindre comme auteur associé, membre du collectif artistique de La Comédie et met en scène L’Inattendu et Le Diable en partage, au Théâtre de la Bastille (Paris) à La Comédie de Reims et en tournée.

En 2004, le compagnonnage se poursuit avec la création de Ma vie de chandelle, à La Comédie et Reims et au Théâtre de la Ville (Paris).

En 2005, Emmanuel Demarcy-Mota met en scène Exeat et en 2007 Marcia Hesse au Théâtre des Abbesses.

PRIX

En 2003, Fabrice Melquiot s’est vu décerner le prix SACD de la meilleure pièce radiophonique, le Prix Jean-Jacques Gauthier du Figaro et deux prix du Syndicat national de la Critique pour Le Diable en partage (mise en scène Emmanuel Demarcy- Mota) : meilleure création d’une pièce en langue française et révélation de l’année.

En 2005, il reçoit le Prix de la Critique ainsi que le Prix "Nouveau Talent Radio" de la SACD. France Culture diffuse huit de ses pièces.

Ses textes sont traduits en allemand, en espagnol et en italien.