archives
cu
ta
rencontre

Université Populaire d’Avignon

Conférence de l’UPA autour de L’Etranger


durée 1 h
vendredi
25 mars
2016

Vendredi 25 mars 18h30 – à La Garance

Avant de plonger dans l’expérience L’Etranger – Réminiscence #2, à 20h30, accédons à deux regards et mises en perspective de l’œuvre d’Albert Camus, L’Etranger. Une proposition de l’Université Populaire d’Avignon, animée par Anouk Bartolini et Joëlle Molina.

La Garance et l’Université Populaire d’Avignon (UPA) ont en commun un goût affirmé pour la transmission ! Un partenariat a été tissé, à partir de cette envie de faire se rencontrer les publics de la Garance et de l’UPA, que l’on pourrait appeler l’Université pour tous.
Au regard du thème, fil rouge de l’UPA cette année (la mémoire et l’oubli), et de la programmation de la Garance, nous avons porté ensemble notre dévolu sur l’œuvre de Camus et le spectacle qui s’en est inspiré : L’Etranger – Réminiscences #2.



Agnès Spiquel Conférence autour de L’Etranger Conférence autour de L’Etranger,
d’Albert Camus
vendredi 11 mars

Agnès Spiquel

Conférence autour de L’Etranger

Le personnage de Meursault, dans la première partie de l’ouvrage de Camus, L’Etranger, vit dans l’immédiateté des choses, sans mémoire et sans projection dans l’avenir. Est-il pour autant installé au seuil de l’instant dans l’oubli libérateur, capable de goûter la vie et d’agir, comme le préconisait le Nietzsche de la Deuxième Considération Intempestive qui se méfiait de la pesanteur de la mémoire accablant l’homme occidental ? Emprisonné, Meursault n’a d’autre ressource que le souvenir et la pensée ; paradoxalement, c’est en retrouvant une certaine capacité de mémoire, qu’il découvrira la puissance d’agir et un attachement sensuel à la vie.
Anouk Bartolini, Professeur de lettres

L’étranger de Camus continue de vivre dans l’Algérie contemporaine. Deux écrivains algériens écrivent deux romans en forme d’hommage critique à Albert Camus. Salah Guemriche en 2013 : Aujourd’hui, Meursault est mort et Kamel Daoud Meursault contre enquête, – Goncourt du premier roman en 2015 - qui commence par ces mots « Aujourd’hui M’ma est encore vivante. Elle ne dit plus rien, mais elle pourrait raconter bien des choses. » M’ma est la mère de Moussa, l’homme assassiné par Meursault sur la plage. A partir de ce silence, son fils survivant Haroun prend la parole et se souvient. Cette mémoire est là pour interroger et éclairer le présent. Présent de l’Histoire et de la Littérature. Le livre de Kamel Daoud a été porté au théâtre pendant l’été 2015 et joué récemment au théâtre de la Garance.
Joëlle Molina, Psychiatre et psychanalyste

Depuis bientôt 10 ans, l’Université Populaire d’Avignon invite toutes les personnes qui le souhaitent à suivre chaque année un cycle de conférences à l’université d’Avignon. Organisée par une équipe de bénévoles réunis en association depuis juin 2005, l’UPA est totalement autonome : elle n’est pas une institution, elle n’est pas un service officiel de l’université, et elle ne sollicite aucune subvention. C’est une expérience originale dont l’activité majeure vise à la diffusion de la culture scientifique et à la vulgarisation de qualité des savoirs dans un esprit associatif et bénévole d’émancipation sociale et populaire.
L’UPA voudrait notamment être : un espace public (des cours ouverts à tous, sans aucune condition de diplôme, de niveau ou d’âge), un espace démocratique (ces cours sont organisés par une association), un espace de gratuité totale (enseignants totalement bénévoles, auditeurs ne payant rien et n’ayant pas à s’inscrire ou à adhérer pour suivre les cours — auditeurs comme professeurs : le plaisir est notre unique récompense !), un espace dans lequel on peut entendre des argumentations et des réflexions de qualité, compréhensibles par tous.
Les cours ont lieu tous les mardis soirs à partir de 18h30 dans des locaux de l’Université d’Avignon, hormis les périodes de vacances scolaires, de la mi-octobre à la fin mai.

Plus d’informations sur le site web de l’UPA : www.upavignon.org