archives
15
16
théâtre

Kamel Daoud
Philippe Berling

Meursaults


durée 1 h 20
mercredi
2 décembre
2015
La Garance

Meursault, contre-enquête est le premier roman de Kamel Daoud, essayiste, journaliste très connu en Algérie pour sa chronique quotidienne Raïna raïkoum « Mon opinion, votre opinion » dans « Le Quotidien d’Oran ». L’auteur a eu l’idée pertinente d’inventer un personnage prolongeant la victime anonyme de Meursault, afin d’écrire un hommage en contrepoint au roman d’Albert Camus et, en même temps, un plaidoyer désespéré pour un sursaut algérien.

Hadjout, en Algérie, de nos jours. La nuit. Dans la cour d’une maison abandonnée, une tombe, un citronnier, une vieille femme et son fils, Haroun. Un fantôme aussi. Celui d’un pied noir, Meursault, le héros de L’Étranger, célèbre roman d’Albert Camus qui se résume ainsi : un trentenaire algérois assassine, en 1942, sans raison un « Arabe » sur une plage, meurtre pour lequel il est condamné à mort. C’est le spectacle de deux colères, celle de la mère qui veut honorer la mémoire de son fils défunt par la vengeance, les chants, les cris, quitte à faire reproduire par son autre fils le meurtre absurde, étranger, de Meursault. La colère aussi de ce frère, conteur malgré lui, dont les paroles traduisent la fièvre haute en couleurs, le sarcasme, la révolte mais aussi le désarroi et la perdition à l’image d’une certaine jeunesse algérienne. S’il raconte l’histoire de son frère assassiné par « un homme qui savait raconter », il expose surtout l’histoire de sa vie passée à se débarrasser du poids du cadavre de son frère dans « l’Algérie d’après ». Mais Haroun n’est-il pas le double de Meursault ? Son frère d’Histoire et de destin ?


Distribution

Adaptation et mise en scène Philippe Berling
Avec Ahmed Benaïssa et Anna Andreotti

Meursault, contre-enquête de Kamel Daoud est paru en novembre 2013 en Algérie aux éditions barzakh et en mai 2014 en France chez Actes Sud.
Il a reçu le « Goncourt du premier roman » en 2015

Création en juillet 2015 au Festival d’Avignon

Mentions

Production Théâtre Liberté, Toulon
Coproduction Festival d’Avignon, Théâtre des Bernardines - Marseille, Pôle Arts de la Scène - Friche la Belle de Mai - Marseille
Avec l’aide de la SPEDIDAM
Avec le soutien de l’Institut Français d’Algérie
Remerciements à Georges Perpès

Photo — Clément Minair