accessibilité

Archives saison 2008-2009

Entracte @ Jef Rabillon (cliquez pour agrandir)
Entracte @ Jef Rabillon (cliquez pour agrandir)
Entracte @ Jef Rabillon (cliquez pour agrandir)
Entracte @ Jef Rabillon (cliquez pour agrandir)
Entracte @ Jef Rabillon (cliquez pour agrandir)
Entracte @ Jef Rabillon (cliquez pour agrandir)
Hivernales _ Danses étranges (cliquez pour agrandir)
jeudi
26 février
21 h

 

vendredi
27 février
21 h
Théâtre de Cavaillon

Josef Nadj / Akosh  

Entracte

Partager
 

en compagnie des 31èmes Hivernales d’Avignon

Pour cette création, Josef Nadj s’appuie sur le Yi King ou livre des transformations, œuvre fondatrice de la civilisation et de la sagesse chinoises, ouvrage composite et collectif qui s’est élaboré au cours des siècles, selon le principe que tout change constamment. Entracte, c’est un double quatuor : quatre danseurs dont Joseph Nadj et quatre musiciens dont Akosh Szelevényi qui a composée la musique, un jazz nourri d’improvisations. La musique et la danse ne feront qu’une seule partition. Un bal parfois macabre, fort d’interventions plastiques d’une rare poésie.

 

Le spectacle

Entracte @ Jef Rabillon

Dans ce projet, il y a d’abord la volonté commune de « changer d’axe », de sortir des modes de relations conventionnels entre danse et musique, pour tenter d’atteindre un plus grand degré d’osmose, une réelle imbrication. « Je ne veux pas, dit Nadj, que la musique “s’aligne”, mais qu’elle participe d’emblée à la matière de l’événement. » Cette position de principe a des incidences immédiates sur le processus même de création de la pièce : il ne s’agira plus, comme c’est habituellement le cas, de travailler séparément ou en parallèle, mais de réunir de bout en bout dans un même espace de travail et de création la musique et la danse, les musiciens et les danseurs. D’élaborer la chorégraphie dans et avec la présence physique constante des musiciens et de leurs instruments. Et réciproquement, d’inscrire dans la recherche même du tissu sonore, musical, la présence active des corps des danseurs.

- durée : 64 mn

 :: :

- le site de Josef Nadj : www.josefnadj.com

Josef Nadj

Josef Nadj, est né en 1957 à Kanizsa (province de Voïvodine, en ex-Yougoslavie, actuelle Serbie). Dès l’enfance, il dessine, pratique la lutte, l’accordéon, le football et les échecs et se destine à la peinture.
Entre l’âge de 15 et 18 ans, il fait des études secondaires au lycée des beaux-arts de Novi Sad (capitale de Voïvodine). Puis, pendant quinze mois, son service militaire en Bosnie -Herzégovine.

Après quoi, il part étudier l’histoire de l’art et de la musique à l’Académie des beaux-arts et à l’université de Budapest, où il s’initie à l’expression corporelle et au jeu d’acteur.

En 1980, il part pour Paris afin de poursuivre sa formation auprès de Marcel Marceau, Etienne Ducroux et Jacques Lecoq. En parallèle, il découvre la danse contemporaine alors en pleine expansion en France, suit l’enseignement de Larri Leong (qui mêle danse, kinomichi et aikido) et d’Yves Cassati, prend des cours de tai-chi, de butô ou de danse contact (avec Mark Tompkins), commence à enseigner l’art du geste à partir de 1983 (en France et en Hongrie) et participe, en tant qu’interprète, aux créations de Sidonie Rochon (Papier froissé, 1984), Mark Tompkins (Trahison Men, 1985), Catherine Diverrès (l’Arbitre des élégances, 1988) ou François Verret (Illusion comique et La, commande du GRCOP, 1986).

En 1986, il crée sa compagnie, Théâtre JEL (« jel » signifie « signe » en hongrois) et monte sa première pièce, Canard Pékinois, qu’il présente en 1987 au Théâtre de la Bastille et qui sera accueillie dès la saison suivante au Théâtre de la Ville à Paris.

En 1982, Josef Nadj arrête complètement le dessin et la peinture pour se consacrer à la danse – mais, en 1989, il commence à pratiquer la photographie, activité qu’il poursuit sans discontinuer jusqu’à aujourd’hui. Il ne recommencera à exposer qu’une quinzaine d’années plus tard.

Ce sont d’abord, en novembre 1996, les « Installations », une série de sculptures autour de la notion de temps, réalisées dans le prolongement de la création des Commentaires d’Habacuc ; puis en 2000, les « Miniatures », un cycle de dessins à l’encre de Chine inspirés, comme Les Philosophes, de l’œuvre de Bruno Schulz ; enfin, depuis 2003, ses photographies ont également fait l’objet de plusieurs expositions.

Depuis 1995, Josef Nadj est directeur du Centre Chorégraphique National d’Orléans.

Myriam Bloedé

 :: :

- le site de Josef Nadj : www.josefnadj.com

31èmes Hivernales

Etrange…
Vous avez dit Etrange…
Dansons-le maintenant…

La Scène nationale et les Hivernales d’Avignon, ce sont des pas ensemble, un chemin parcouru depuis de nombreuses saisons déjà, mais un chemin toujours à parcourir, pour permettre à tous les publics de (re)découvrir la danse contemporaine.

Les 31èmes Hivernales d’Avignon
du 19 au 28 février 2009
sur le thème de l’étrange

JPEG - 54.6 ko
Hivernales _ Danses étranges

- Mallarmé : le bel aujourd’hui
spectacle en 5 volets exposition, mode, divagations... et danse avec La folie d’Igitvr
Andy de Groat

- Compagnie Mossoux-Bonté
Nuit sur le monde

- Alexandre Castres
Monsieur Zero, famous when dead ?

- Compagnie Losanges
Zou

- Melanie Munt
Petit Pulse

- David Wampach
Quatorze

- Stéphane Gladyszewski
In Side

- La Ventura Compagnie
Pré- faunA… après-midi on the rocks

- Compagnie La Coma
ôQueens (a body lab)

- Compagnie Cré-Ange
Le Corbeau

- Nelisiwe Xaba
Black !...White ?

- Josef Nadj
Entracte

- Compagnie Illico
Switch

- Sankai Juku
Kinkan Shonen Graine de cumquat

 :: :

Pour connaître les dates, les horaires et les lieux de représentations :
www.hivernales-avignon.com

Zoom vidéo

Médiathèque la Durance
................................

La Médiathèque de la Durance, outre un fond d’ouvrages très riche, dispose de ressources documentaires et notamment vidéos. Dans le cadre des Hivernales d’Avignon et de l’accueil d’Entracte, notre partenaire nous propose de mettre la danse à l’honneur à travers un zoom composé de 3 projections  :

- Le chorégraphe Josef Nadj
avec Josef Nadj, un film documentaire de Jean-Michel Plouchard. Paroles de danse (1997) et Asobu, un film de Dominique Thiel à
partir de la chorégraphie de Josef Nadj (2006).
samedi 21 février - 15h00

- Film de danse Hip-Hop
avec Les Elles du Hip-Hop, un film documentaire de Larbi Benchiha et Alli B. (2000) et La Nuit partagée de Philippe Larue à partir de la
chorégraphie de Jean-François Duroure (1994).
mercredi 25 février - 15h00

- Maguy Marin
avec May B, une captation de Luc Riolon, une chorégraphie de Maguy Marin (1997)
“Quand les personnages de Beckett n’aspirent qu’à l’immobilité, ils ne peuvent s’empêcher de bouger”.
samedi 28 février - 15h00

 :: :

Entrée libre
renseignements : 04 90 76 21 48

...............................................................................................................

…et à la Maison Jean Vilar (Avignon)
dans le cadre du programme vidéo des Hivernales

- Autour de Josef Nadj
mercredi 25 février / 10h - 12h & 15h - 17h

Dernier paysage, un film de Josef Nadj (52’) et Les commentaires d’Habacuc (1996, 75’) ; chorégraphie Josef Nadj.

Entrée libre

Distribution

- durée : 64 minutes

chorégraphie et scénographie : Josef Nadj
composition musicale : Akosh Szelevényi

danseurs : Ivan Fatjo, Peter Gemza, Marlène Rostaing, Josef Nadj

musiciens : Robert Benko, Eric Brochard, Gildas Etevenard, Akosh Szelevényi

création lumière : Rémi Nicolas
assisté de : Lionel Colet
mise en son : Jean-Philippe Dupont
constructeurs décors et objets scéniques : Olivier Berthel, Clément Dirat, Julien Fleureau, Julien Brochard
décoratrice : Jacqueline Bosson
costumes : Françoise Yapo, assistée de Karin Wehner

direction technique : Sébastien Dupont
équipe technique en tournée,
régie générale et son/retour : Steven Le Corre
régie son/face : Jean-Philippe Dupont
régie lumières : Lionel Colet
régie plateau : Alexandre De Monte

 :: :

production et diffusion : Martine Dionisio

production : Centre Chorégraphique National d’Orléans en coproduction avec le Théâtre de la Ville-Paris, la Filature, Scène Nationale - Mulhouse et l’Opéra de Lille, avec le soutien du Carré Saint Vincent-Scène Nationale d’Orléans.

Première le 25 mars 2008 au Carré Saint Vincent-Scène Nationale d’Orléans.

Le Centre Chorégraphique National d’Orléans est subventionné par le Ministère de la Culture et de la Communication – Direction de la musique, de la danse, du théâtre et des spectacles, la D.R.A.C. Centre, la ville d’Orléans, le Conseil Régional du Centre, le Conseil Général du Loiret. Il reçoit l’aide de Culturesfrance (Ministère des Affaires Etrangères et Européennes) pour ses tournées à l’étranger.

 
 
 
 
Haut de page