accessibilité

Archives saison 2007-2008

Cet enfant @ Elisabeth Carecchio (cliquez pour agrandir)
Cet enfant @ Elisabeth Carecchio (cliquez pour agrandir)
Cet enfant @ Elisabeth Carecchio (cliquez pour agrandir)
Cet enfant @ Elisabeth Carecchio (cliquez pour agrandir)
lundi
17 mars
19 h

 

mardi
18 mars
20 h 30
Théâtre de Cavaillon

Joël Pommerat  

Cet enfant

Partager
 

Une pièce qui ébranle au plus intime, là où rôdent des ombres bâillonnées depuis l’enfance, là où grouillent, bien vivants, les sentiments troubles, peut-être inavoués, qui nous relient aux nôtres...
Des mots simples qui tranchent à même le cru de la vie des situations familiales. Et, au gré de séquences brèves, surgissent l’amour, la culpabilité, le chantage, les rancoeurs refoulées, les peurs, les espoirs, les reproches, la détresse...

 

Le spectacle

A l’origine de Cet enfant , il y a eu des rencontres avec des femmes de Normandie vivant en cité. C’était en 2002. Le projet avait été demandé par la Caisse d’Allocations Familiales du Calvados et le Centre Dramatique National - Comédie de Caen.
Plusieurs jours durant, ces femmes, Joël Pommerat et nous, l’équipe de comédiens, nous avons échangé et réagi ensemble sur le thème de la parentalité. Suite à ces rencontres, Joël Pommerat a écrit, à sa façon, sans jamais retranscrire une histoire directement racontée, mais plutôt en rêvant les déchirements de tous.

Cet enfant est une suite de séquences imaginées de confrontations familiales, qui étirent à leur maximum les tensions ordinaires du lien parent-enfant. Chaque moment pose l’enjeu là où il est ultime. Les scènes font miroir. Elles disent tout haut l’étendue et la complexité du lien de filiation. Nous sommes troublés dans notre propre histoire, en parent que nous sommes peut-être, et en fils ou fille que nous sommes toujours.
Une première version de ce projet a tourné en janvier 2003 sous le titre Qu’est-ce qu’on a fait ? dans une dizaine de centres socio-culturels de l’agglomération de Caen. Avec des moyens de diffusion rudimentaires, ce moment de représentation servait de point de départ à un débat et par la suite à un travail de réflexion entre familles et travailleurs sociaux.
Aujourd’hui nous pensons que ce qui s’est déroulé alors à l’état brut mérite d’être repris et prolongé, avec le voeu de donner une vraie dimension scénique à ce texte : pousser plus loin l’incarnation - le travail de fond que nous menons sur le jeu, sur les présences au plateau - et approfondir la réalisation d’ensemble - lumières, sons, scénographie, costumes, lien des séquences entre elles-. Nous poursuivons l’idée que les situations de Cet enfant peuvent être amenées à plus d’existence et plus d’ampleur que quand nous les avions abordées alors. C’est une vraie re-création avec tout ce que cela comporte comme changements et nécessités nouvelles dans cet autre contexte de diffusion.

Marie Piemontese, Comédienne de la Compagnie Louis Brouillard

 :: :

« … Cet enfant ébranle au plus intime, là où rôdent des ombres bâillonnées depuis l’enfance, là où grouillent, bien vivants, les sentiments troubles, peut-être inavoués, qui nous relient aux nôtres. Avec des mots simples, tellement simples, qui tranchent à même le cru de la vie des situations familiales, sans doute banales, et dénudent jusqu’à la chair les liens de la parentèle. L’amour, la culpabilité, le chantage, les peurs, les rancoeurs refoulées, les espoirs, les reproches, la détresse…Toutes ces réalités inextricablement mêlées qui façonnent les relations entre parents et enfants surgissent au gré de séquences brèves où les tensions se condensent à l’extrême… »

Gwénola David, La Terrasse

Cet enfant a reçu le prix du Syndicat professionnel de la critique pour la meilleure création en langue française 2006.

Le texte de Cet enfant est édité chez Actes Sud-Papiers avec « D’une seule main ».

Joël Pommerat

Joël Pommerat est auteur et metteur en scène. Il crée la Compagnie Louis Brouillard en 1990. Dès cette date, il crée ses premiers spectacles au Main d’Or à Paris ( Le Chemin de Dakar, Le Théâtre, Vingt cinq années, Des suées, Les événements).

En 1995, il reçoit une bourse d’écriture de la banque CIC de Paris. Il écrit Pôles qui est créé au Théâtre des Fédérés à Montluçon puis repris au Théâtre de la Main d’Or.

En 1996, un atelier de création avec une trentaine de comédiens aboutit à l’écriture de Présences qui est joué au Hublot, l’année suivante lors d’une résidence à Montluçon, il remet son projet en chantier qui devient Treize étroites têtes joué ensuite au Théâtre des Fédérés, au Théâtre Paris Villette, au Théâtre de Brétigny-sur-Orge, au Festival de Saarbrücken.

1997 est l’année qui voit s’amorcer deux partenariats importants et toujours d’actualité en 2006 : le Théâtre de Brétigny (Dominique Goudal) et Le Théâtre Paris Villette (Patrick Gufflet). Ces deux structures soutiennent étroitement et programment chaque année une (ou plusieurs) création(s) de la compagnie.

A partir de 1998, l’accueil en résidence de la compagnie à Brétigny-sur-Orge est l’occasion de développer différents projets (résidences d’écriture, ateliers d’écriture, réalisation de vidéogrammes associant les brétignolais, stages, banquets-lectures, goûters-lectures en direction du jeune public, rencontres diverses...).

En parallèle, des actions sur le 19ème arrondissement s’organisent lors des représentations des spectacles au Théâtre Paris Villette (ateliers d’écriture pour amateurs, rencontres avec le public dans des librairies,...)
Le soutien et l’accompagnement conjoints du théâtre de Brétigny-sur-Orge et du Théâtre Paris Villette contribuent à la reconnaissance du travail. Chacune des créations est l’occasion de nouer de nouveaux partenariats. Un véritable réseau de soutien et de fidélité se constitue autour de la compagnie (coproductions, résidences, pré-achats, accueils) : La Ferme de Bel Ebat (Guyancourt), le Centre d’art et de création de Mont-Saint-Aignan, les Ateliers du Rhin (Colmar), le Centre Dramatique national de Normandie - Comédie de Caen, le Centre Dramatique national d’Orléans, le Centre Dramatique de Tours, le Théâtre National de Strasbourg, Strasbourg, le Centre Dramatique de Thionville-Lorraine, la Scène Nationale de Chambéry...

Ces collaborations ont permis notamment de réaliser ces dernières années : La trilogie ( « Pôles » - « Treize étroites têtes » - « Mon Ami »), « Grâce à mes yeux » (55 représentations), « Qu’est ce qu’on a fait ? » (18 représentations), « Au monde » (89 représentations), Le petit chaperon rouge (201 représentations), « D’une seule main » (50 représentations) « Les marchands » (35 représentations), Cet enfant (30 représentations).

L’activité de la compagnie s’est considérablement accrue depuis le succès de « Au monde » (2004). Le rayonnement francilien et national et les tournées à l’étranger (Lausanne, Stockholm, Buenos-Aires, Bruxelles, Genève) font de la Compagnie Louis Brouillard l’une des compagnies françaises de théâtre contemporain de création des plus repérées.

Depuis 2000, la compagnie Louis Brouillard est conventionnée par la Drac Ile-de-France. Elle reçoit également des aides selon ses projets de l’ADAMI, de la Ville de Paris, d’ARCADI, de la DMDTS (bureau des écritures et de la recherche)...

Depuis 2003, les textes de Joël Pommerat sont édités chez Actes Sud-Papiers. En 2005, Joël Pommerat devient artiste associé pour trois ans à l’Espace Malraux - Scène nationale de Chambéry et de la Savoie.

Joël Pommerat et la compagnie Louis Brouillard sont invités au 60ème festival d’Avignon en juillet 2006, avec Le petit Chaperon rouge, « Au monde » et « Les marchands ».

En 2007, il est également lauréat du 3ème Grand Grand Prix de littérature dramatique avec son texte Les Marchands (Actes Sud-Papiers), et crée Je tremble (1) au Théâtre des Bouffes du Nord.

 
 
 
 
Haut de page