accessibilité

Archives saison 2009-2010

Mamie Ouate en Papoâsie @ C Cibran (cliquez pour agrandir)
Mamie Ouate en Papoâsie @ C Cibran (cliquez pour agrandir)
Mamie Ouate en Papoâsie @ C Cibran (cliquez pour agrandir)
logo En famille dès 6 ans (cliquez pour agrandir)
mardi
16 mars
19 h
Morières-les-Avignon - Espace culturel Folard
durée 0 h 50

 

vendredi
19 mars
19 h
Mérindol - Salle des fêtes

 

mardi
23 mars
19 h
Cabrières d’Avignon - Salle des fêtes

 

jeudi
25 mars
19 h
Le Thor - Salle des fêtes

 

vendredi
26 mars
19 h
Noves - Cinéma l’Eden
théâtre

Joël Jouanneau  

Mamie Ouate en Papoâsie

Vos réactions
Partager
 

Mamie Ouate, lilliputienne blanche, vieille dame indigne est une entomologiste qui rêve de capturer un papillon rare sur l’île Blupblup. Elle est aidée par le seul habitant, ou seul survivant, un géant noir, Kadouma, qui troque les services qu’il rend à Mamie Ouate contre du crabe et du foie gras. A travers ces contraintes que sont le blanc et le noir, le grand et le petit, le Nord et le Sud, il est montré qu’il faut savoir faire de sa différence une force, qu’il existe une part de liberté qui nous donne la possibilité d’être les écrivains de notre vie, le pouvoir de l’imaginaire. Mettre ensemble Mamie Ouate et Kadouma c’est faire allusion à ce qui sépare mais aussi à ce qui unit. Au bout “du conte”, nos deux compères auront accompli un voyage initiatique et compris que pour trouver le centre du monde il suffit parfois de suivre le bout de son nez.

 

Présentation

" Mamie Ouate, lilliputienne blanche, matinée Tartine Mariol et vieille dame indigne est une entomologiste qui rêve de capturer "Virginia" l’énigmatique femelle Zalmoxis, un papillon dont les mâles se comptent par milliers.
Sur l’île Blupblup, où elle a planté son laboratoire ambulant, elle est aidée par le seul habitant, ou le seul survivant, un géant noir du nom de Kadouma qui troque les services qu’il rend à Mamie Ouate contre du crabe et du foie gras.

A travers ces contraintes que sont le blanc et le noir, le grand et le petit, le Nord et le Sud nous avons voulu dire des choses pas forcément très gaies : que lorsqu’on se trouve dans la différence il faut savoir mentir pour survivre, faire face, qu’il faut savoir faire de sa différence une force, que s’il est globalement vrai que notre vie est écrite d’avance sociologiquement, il reste toujours une petite part de liberté qui peut faire tout basculer et nous donne la possibilité d’être les écrivains de notre vie.

Mettre ensemble Mamie Ouate et Kadouma c’est faire allusion à ce qui sépare mais aussi à ce qui unit. Parce qu’enfin on peut protéger comme des espèces en voie de disparition ou exclure le lilliputien et le géant, l’inuit et le mohican, le troglodyte et le sans-abri, il leur restera toujours le pouvoir de l’imaginaire. _ (…)
Au bout "du conte", nos deux compères auront accompli un voyage initiatique et auront touché du doigt quelques mystères de la relativité et appris que deux et deux ne font pas toujours quatre, que le blanc n’est pas toujours blanc et que pour trouver le centre du monde il suffit parfois de suivre le bout de son nez. "

Joël Jouanneau, 1990

L'histoire

Blupblup. C’est le nom de l’île, une île minuscule. C’est assez loin d’ici.
Administrativement, l’île Blupblup dépend d’une île géante, la Papoâsie. Elle n’a plus qu’un habitant, Kadouma. Les autres, eh bien ils sont morts, ou ils sont partis, ou ils se sont effacés dans le paysage, c’est comme on voudra !
Comme tous les Blupblupiens, Kadouma est grand et noir de peau, il a l’âge que vous lui donnerez, il parle parfaitement notre langue, il ne roule pas les "r", on ne sait pas pourquoi, c’est comme ça !

Depuis quelque temps, il n’est plus seul sur son île, Mamie Ouate est là.

C’est une vieille dame blanche, une lilliputienne qui, sans même en référer à la Papoâsie, s’est installée chez Kadouma. Elle a planté là sa tente, le laboratoire ambulant d’une parfaite naturaliste et derrière la tente, on peut voir la gueule d’une jeep, et comment cette jeep a pu atterrir là, c’est vraiment sans importance !
Mamie Ouate a une obsession : capturer Virginia, une femelle papillon dont on ne connaît que des spécimens mâles. Depuis lurette, les entomologistes du monde entier recherchent Virginia, mais seule Mamie sait qu’elle est venue se réfugier là, sur l’île Blupblup.

Kadouma est devenu son bras droit, elle troque son aide contre du crabe et du foie gras, c’est sans doute qu’il aime ça !

- le texte de la pièce est coédité par Heyoka Jeunesse / Actes Sud Papiers

Joël Jouanneau

Né en 1946.

Jusqu’à fin 2003, il est co-directeur du Théâtre de Sartrouville, après en avoir été l’artiste associé (depuis 1989). Il participe également au collectif pédagogique de l’école du Théâtre National de Strasbourg, de 1992 à 2000.
Depuis 2000, il est professeur au Conservatoire national supérieur d’art dramatique de Paris.

Il reçoit deux fois le Prix de la meilleure création par le Syndicat de la critique : en 1989, pour "Le Bourrichon", coproduction Théâtre Ouvert, Théâtre de Sartrouville et Festival d’Avignon et, en 1996, pour "Allegria Opus 147".

Metteur en scène, auteur, Joël Jouanneau contribue à l’émergence d’un véritable théâtre de répertoire pour le jeune public. A l’origine de la création, avec l’éditeur Actes-Sud Papiers, de la collection Heyoka-Jeunesse, il est également à l’initiative, avec l’appui du Théâtre de Sartrouville et aux côtés de Claude Sévenier, du festival départemental des Yvelines Odyssée, qu’il anime et coordonne jusqu’à son départ en Bretagne en 2003.

Ce n’est pourtant que depuis 1988, et il a alors 42 ans, qu’il écrit des pièces adressées aux enfants dont il précise qu’ils peuvent être "petits et grands". Trois pièces de lui ont en effet déjà été publiées lorsqu’il termine Mamie Ouate en Papoâsie, sa première pour jeune public, (écrite avec la collaboration de sa sœur Marie-claire Le Pavec) qu’il mettra en scène lui-même à Sartrouville. Il fait ensuite une adaptation du "Roi Lear" de Shakespeare, Le roi errant qui sera portée à la scène par Cécile Garcia-Fogel, puis écrit pour la radio, à la demande de France-Culture, "Dernier Rayon". Il investit le théâtre musical et l’opéra pour enfants, en mettant en scène "Les trois Jours de la Queue du Dragon" de son ami Jacques Rebotier, puis écrit "L’Indien des Neiges" pour une maîtrise d’enfants, livret mis en musique par le même Rebotier et créé à l’opéra de Lyon. Suivront trois contes modernes pour le théâtre : "L’adoptée", en 2003, "L’ébloui" en 2004, "Le marin d’eau douce" en 2006. En 2007, c’est pour France-culture qu’il écrit "L’enfant cachée dans l’encrier". La même année il co-signe avec Delphine Lamand la mise en scène de Jojo le Récidiviste de Joseph Danan.

Nourri de sa propre mémoire d’enfant élevé dans un petit village du centre de la France, son théâtre a un pouvoir évocateur qui invite chacun à "arpenter mentalement sa chambre d’enfant". Ce qui frappe dans l’écriture de ces textes, c’est qu’ils "oscillent entre deux mots qui comportent chacun trois voyelles : oui, aïe" ; "l’alliage possible du grave et du léger" et qu’ils évoquent les "premières déconvenues de la vie" ou abordent des expériences plus douloureuses comme la séparation et la mort.

Scolaires

Des représentations du spectacle réservées aux groupes scolaires sont prévues :

- Lundi 26 et Mardi 26 mars à Morières-les-Avignon

- Jeudi 18 et Vendredi 19 mars à Mérindol

- Lundi 22 et mardi 23 mars à Cabrières d’Avignon

- Jeudi 25 et Vendredi 26 mars au Thor

A lire : un DOSSIER PEDAGOGIQUE en .pdf

Contact : David Chauvet > 04 90 78 64 60 > scolaire@theatredecavaillon.com

Distribution

texte de Joël Jouanneau et Marie-Claire Le Pavec

mise en scène : Joël Jouanneau

avec : Alain Aithnard et Mireille Mossé

Mentions

coproduction : Théâtre du Jeu de Paume – Aix-en-Provence / Cie l’Eldorado

Documents


Mamie Ouate en Papoâsie - Dossier pédagogique

Fichier PDF - 2.7 Mo
 
 
 
 
Haut de page