archives
06
07

Jean-Louis Hourdin / François Chattot

Veillons et armons-nous en pensée


Un spectacle créé à partir des écrits de Georg Büchner, de Karl Marx, de Friedrich Engels et de Bertolt Brecht.
Partisans d’un théâtre engagé, toujours en lien avec les inquiétudes de leur temps, Jean-Louis Hourdin et François Chattot ont réuni les pages de l’histoire communiste et de ses espoirs déchus. Une farce vigilante, poème grotesque qui tente de mettre en lumière ces humains qui sont à la marge du cynisme tout-puissant.

Théâtre engagé... en CDI

Il n’y a de théâtre qu’engagé.
Celui-ci n’a jamais rien fait d’autre que nous tendre des miroirs pour nous révéler notre véritable nature, en braquant ses projos sur nos travers.
« Il a toujours pris des risques insensés », ajouterait Valletti.
Toutefois, on entend de nos jours par "théâtre engagé" une forme de théâtre davantage en prise avec son temps, plus actualisée politiquement parlant.

De plus, le théâtre engagé tel qu’on le présente aujourd’hui possède des accents révolutionnaires, ou tout au moins contestataires. Il recourt volontiers à la dénonciation de pratiques qu’il estime nuisibles au bon fonctionnement de la société. Il s’efforce d’attirer notre attention, de nous mettre en garde contre des dérives possibles ou déjà à l’œuvre. S’il demeure ancré sur le rituel, il préfère le symbolisme et la confrontation plutôt que les lyriques dramaturgies d’un Occident antique.
C’est un théâtre à but humaniste. Un théâtre garde-fou. Un théâtre qui veille au grain et n’a pas peur de se mouiller. Un théâtre qui joue et se bat avec ses armes de base : autodérision, impertinence, ironie, poésie, humour et même caricature au besoin.
On imagine mal un théâtre qui serait engagé à défendre le prince ou à louer ses mérites. Même ce théâtre-là jouait sur plusieurs registres et titillait la dérision.
C’est par la conscience profonde de sa nature dérisoire et pathétique que l’homme peut s’en soigner. Ce pourrait être le rôle fondamental du théâtre, si tant est qu’il en ait un.
Ce théâtre dit engagé déborde ce supposé rôle pour se charger d’une mission. Celle de nous faire réfléchir à notre propre condition, à notre propre devenir, au-delà de la simple notion de divertissement qui n’est plus alors qu’un procédé plutôt qu’un objectif.
C’est sur la voie de ce théâtre que se sont engagés Jean-Louis Hourdin et François Chattot, et avec lui une multitude d’autres artistes inquiets, couvrant toutes les disciplines artistiques.
Ce théâtre engagé peut tout autant séduire et enthousiasmer que déplaire et irriter, mais en l’occurrence, il sait mieux que quiconque nous émoustiller et nous bouleverser, nous pincer les cordes sensibles, nous faire rire et pleurer dans une même impulsion. Il tient haut la main et hauts les cœurs ses engagements.

Jean-Louis Hourdin
(interview : Patrick Woog, pour la Scène nationale de Cavaillon)

- Téléchargez la biographie de Jean-Louis Hourdin

- Participez à la rencontre avec Jean-Louis Hourdin et François Chattot le samedi 18 novembre 2006 à 17h.