archives
ss
ce

Henryk Mikołaj Górecki


Henryk Mikołaj Górecki est l’un
des trois grands compositeurs
contemporains polonais. Né en
1933, il entre sur la scène musicale
au début des années soixante. Dans
le contexte musical de l’époque,
son écriture va à rebours des
codes musicaux de la création
contemporaine : l’utilisation du
mode tonal et de formes musicales
connues et reconnues (canon,
fugue) est le moyen d’exprimer
des émotions, un message, dans
un souci d’accessibilité.
Sa Troisième Symphonie est
l’oeuvre qui contribue le plus à sa
réputation : composée en 1976,
elle est créée en 1977 à Royan sous
la direction d’Ernest Bour. La pièce
se compose de trois mouvements
lents à l’intérieur desquels la soprane
donne vie à trois textes : une
lamentation de la collection des
Chants Lysagora du Monastère
de la Sainte Croix (seconde moitié
du XVème siècle) dans le premier
mouvement, une prière inscrite sur
le mur de la cellule n°3 du soussol
du siège central de la Gestapo
à Zakopane par Helena Wanda
Bła˙zusiakówna dans le second, un
chant populaire dans le dialecte de
la région d’Opole dans le troisième
et dernier.
La simplicité de la partition surprend.
La constante alternance des modes
majeurs et mineurs raconte toute la
difficulté de ce long cheminement,
de la plainte à l’espoir. L’intégralité
de la symphonie est construite
sur un principe d’accumulation
progressive, un jeu de superposition
des instruments qui donne lieu
à une expansion émouvante,
une amplification qui trouve
sa conclusion dans les toutes
dernières minutes de l’oeuvre.
La constante volonté d’élévation
aboutit finalement dans un dernier
retour au mode majeur, éclatant
et porteur d’espoir.