archives
09
10
danse

François Verret

Cabaret


durée  50 mn
mardi
20 avril
2010
20 avril
Théâtre de Cavaillon

Dans les années 30 en Allemagne plusieurs artistes inventaient une forme singulière de cabaret politique grinçant. Ces artistes sentaient leur temps à fleur de peau. Un cabaret de grâce et d’élégance, pour célébrer le réel en grinçant, contorsionnant, chantant, dansant. Un cabaret burlesque inspiré de Kurt Weil et Hans Eisler, revisité à partir d’un texte de Heiner Müller, "Paysage avec Argonautes" et ses questions brûlantes sur le monde et l’avenir des hommes.
François Verret y convoque son double en pantin, un comédien, des circassiens - contorsionniste, équilibriste - et une chanteuse sidérante, accompagnés d’une pianiste : "Je suis l’ange du désespoir, de mes mains, je distille l’ivresse, la stupeur, l’oubli, la jouissance et le tourment des corps…". Quelques personnes aux prises avec leurs "fictions" privées ou publiques, hantées par les images d’un monde en flammes, échouent dans un bar. Au fil de la nuit, ils oublient les tensions que génèrent leurs vies.


Cabaret @ Laurent Philippe
Cabaret @ Laurent Philippe
Cabaret @ Laurent Philippe
ONDA

Présentation

" Un Cabaret de grâce et d’élégance, pour célébrer le réel en grinçant, contorsionnant, chantant, dansant. Un Cabaret burlesque inspiré de Kurt Weil et Hans Eisler, revisité par Heiner Müller et ses questions brûlantes sur le monde et l’avenir des hommes.
François Verret y convoque son double en pantin, un comédien, des circassiens (contorsionniste, équilibriste) et une chanteuse sidérante, accompagnés d’une pianiste :
"Je suis l’ange du désespoir, de mes mains, je distille l’ivresse, la stupeur, l’oubli, la jouissance et le tourment des corps…" (Heiner Müller Mission)

Quelques personnes aux prises avec leurs "fictions" privées ou publiques, hantées par les images d’un monde en flammes, échouent dans un bar. Contorsionniste, chanteuse, équilibriste, acteurs jouent tour à tour quelques-unes de leurs figures-archétypes qui traversent le monde contemporain… Au fil de la nuit, ils oublient les tensions que génère l’espace-machine qui régit leurs vies.

Dans les années 30 en Allemagne plusieurs artistes inventaient une forme singulière de cabaret politique grinçant. Ces artistes sentaient leur temps à fleur de peau car ils y étaient plongés jusqu’au cou.

C’est de cette manière qu’ils réagissent avec la sensibilité d’un sismographe aux événements de l’actualité.

J’ai voulu renouer avec cette forme d’engagement sur scène et créer une sorte de cabaret contemporain où l’artistique et le politique sont intimement liés.

C’est à partir de la lecture de quelques textes d’Heiner Müller et d’images et de textes d’Ahmed Meguini que ce cabaret en prise sur le temps s’est développé.

Distribution

mise en scène : François Verret

collaboration artistique : Sylvie Blum
chanteuse : Dorothée Munyaneza
acteur : Ahmed Meguini
artistes de cirque : Angela Laurier et Mika Kaski
pianiste : Séverine Chavrier
son : Géraldine Foucault
lumières : Stéphane Chesnais
scénographie et construction : Vincent Gadras
partition vidéo : Ahmed Méguini, Manuel Pasdeloup
régie Générale : Karl Emmanuel Le Bras
régie vidéo : Marion Piry

remerciements : Jean Vinet, Régine Montoya, Rose, Jean Marc Ogier, Florent Pasdeloup, François David, Sébastien Genouillère et le Lycée Tocqueville à Cherbourg et le Théâtre National de Bretagne.

Mentions

coproduction : La Brèche – Centre Régional des Arts du Cirque de Basse Normandie - Cherbourg, Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines - Scène nationale, Scène nationale 61 - Alençon, La compagnie FV.

Avec le soutien de l’ARCADI, et avec l’aide de l’ONDA - Office National de Diffusion Artistique

La compagnie François Verret est subventionnée par la DRAC Ile-de-France et la Région Ile-de-France. François Verret est artiste associé au Théâtre National de Bretagne