accessibilité

Archives saison 2008-2009

Otto Witte @ Christophe Raynaud de Lage (cliquez pour agrandir)
Otto Witte @ Christophe Raynaud de Lage (cliquez pour agrandir)
Otto Witte @ Christophe Raynaud de Lage (cliquez pour agrandir)
Otto Witte @ Christophe Raynaud de Lage (cliquez pour agrandir)
mardi
10 mars
19 h

 

mercredi
11 mars
20 h 30
Théâtre de Cavaillon

Fabrice Melquiot / Théâtre du Centaure  

Otto Witte

Partager
 

Souvenez-vous, en décembre 2007, des représentations exceptionnelles de « Cargo », partagées pas près de 1000 spectateurs ! Cette compagnie marseillaise a été de nouveau accueillie en résidence au Théâtre, en avril 2008, pour travailler leur nouvelle création "Otto Witte". Le texte est de Fabrice Melquiot. L’histoire est taillée sur mesure pour le couple étrange et improbable d’un comédien et de KoKo, baudet du Poitou.

 

Le spectacle

pièce pour un centaure et un musicien

JPEG - 130 ko
Otto Witte @ Christophe Raynaud de Lage

- résidence de création

Otto Witte , Otto et Witte, roi et clown, invente sans cesse sa vie. Court vers l’impossible. Poussé par une soif insatiable, par un appétit vorace, toujours prêt à vivre. Plus fort.

Fabrice Melquiot nous écrit depuis un territoire où les voix et les ombres sont convoquées, où la mort et la vie sont l’expression d’une même réalité. Son écriture intuitive rencontre l’utopie du centaure, l’idéal d’un être imaginaire où l’homme et l’animal ne feraient plus qu’un.

Les mots frottent, hurlent, se poussent au rythme de la vie d’Otto. Ils sont les traces de cette imposture géniale. Comme autant de costumes attendant dans la pénombre d’être revêtus par un acteur.

Un monde d’une inquiétante étrangeté où la musique vit, respire avec cette créature de théâtre, cet être troublant mi-âne mi-homme né de la rencontre entre le comédien David Mandineau et Koko, un baudet de Poitou… Et cet acteur là a deux bouches, quatre oreilles et mille visages.

Otto Witte a existé ; il fut clown, avaleur de sabres, espion, sorcier, scaphandrier, roi d’Albanie. Il fallait, pour jouer un personnage d’une telle démesure, davantage qu’un acteur. Il fallait au moins un Centaure, autrement dit un Corps qui Parle sur un Corps qui Braie. Une Créature de théâtre. (Fabrice Melquiot)

 :: :

- durée : 1h15

 :: :

- à voir : un reportage de France 3 sur le spectacle

- le site du Théâtre du Centaure

Fabrice Melquiot

" Fabrice Melquiot vient d’une petite ville de Savoie, Modane, où il est né en avril 1972. Après avoir obtenu un baccalauréat audiovisuel, il suit une formation d’acteur sous la direction de Julie Vilmont puis travaille effectivement en tant qu’acteur au sein de la Compagnie des Millefontaines, dirigée par Emmanuel Demarcy-Mota.

Parallèlement il écrit. En 1998 ses premiers textes pour enfants "Les petits mélancoliques" et "Le jardin de Beamon" sont publiés à l’Ecole des loisirs et diffusés sur France Culture. Il reçoit le Grand Prix Paul Gilson de la Communauté des radios publiques de langue française et, à Bratislava, le Prix européen de la meilleure oeuvre radiophonique pour adolescents.

Depuis quelques années il se consacre entièrement à l’écriture.

Ses textes sont publiés chez l’Arche Editeur.

"Perlino Comment" (2001) inaugure la collection de théâtre jeunesse de l’Arche éditeur, suit "Bouli Miro" (2002) mis en scène par Patrice Douchet, en tournée depuis deux ans. "Bouli Miro" a également été sélectionné par La Comédie Française en décembre 2003 ; c’est le premier spectacle jeune public à être présenté au Français.

En 2002/2003, pour sa première saison à la tête de La Comédie de Reims, Emmanuel Demarcy-Mota invite Fabrice Melquiot à le rejoindre comme auteur associé, membre du collectif artistique de La Comédie et met en scène "L’inattendu" et "Le diable en partage", au Théâtre de la Bastille (Paris) à La Comédie de Reims et en tournée.

En 2004 le compagnonnage se poursuit avec la création de "Ma vie de chandelle", à La Comédie et Reims et au Théâtre de la Ville (Paris).

En 2003 Fabrice Melquiot s’est vu décerner le prix SACD de la meilleure pièce radiophonique, le prix Jean-Jacques Gauthier du Figaro et deux prix du Syndicat National de la Critique pour "Le diable en partage" : meilleure création d’une pièce en langue française et révélation de l’année.

France Culture lui rend hommage en diffusant huit de ses pièces.

Ses textes sont traduits en allemand, en espagnol et en italien. "

[ source : www.theatre-contemporain.net ]

 :: :

- pour aller + loin : le blog de Fabrice Melquiot.

Distribution

- durée : 1H10

texte : Fabrice Melquiot
mise en scène : Camille et Manolo

avec : David Mandineau, Koko Bottom (baudet du Poitou) _ et le musicien Christian Boissel

création musicale : Christian Boissel
création sonore : Nicolas Lespagnol-Rizzi
création lumière : Pascale Bongiovanni
création accessoires : Stefano Perocco di Meduna
assistante de scène : Vanessa Lee Jones
costumes : Clarisse Guichard
direction technique et régie son : Christophe Delecourt
régie lumière : Jean Philippe Pellieux
production : Fanny Bordier

avec la voix de Hildegarde Daumas
au chant et à la clarinette, Solea et Pablo Garcia-Fons

avec la participation de l’orchestre de la Banda de Santiago de Cuba

 :: :

Cette création reçoit le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication, DMDTS (aide à l’écriture, commande d’auteur) et de la Région Provence Alpes Côte d’Azur.

coproductions : le Théâtre du Gymnase, Marseille – France
Scènes et Cinés Ouest Provence / Théâtre de l’Olivier, Istres - France
la Communauté de Communes du Pays de Briey – France
la Maison de la Culture de Nevers et de la Nièvre - France
et avec le soutien de la Scène nationale de Cavaillon – France

aide à la résidence : la Scène nationale de Cavaillon et Scènes et Cinés Ouest Provence / Théâtre de l’Olivier, Istres

 :: :

L’Arche est éditeur et agent théâtral du texte représenté.

 
 
 
 
Haut de page