archives
ss
ce

Extraits de presse
Questcequetudeviens ?


La fragilité choisie d’Aurélien Bory _ Le chorégraphe a conçu une ode au flamenco
Le talent des interprètes, en particulier celui de Stéphanie Fuster, est pour beaucoup
dans la beauté de cette pièce qui prend imperceptiblement la tournure d’un portrait et
d’une déclaration à la danseuse.
Rosita Boisseau, Le Monde, 6 octobre 2009

Aurélien Bory transfigure le flamenco
Passionné par l’être autant que par l’abstraction, le metteur en scène vise l’épure en
passant par une extrême sophistication.
Corinne Jaquiéry, 24 heures-Lausanne, 27 mai 2009

Une danseuse flamenca à nu renverse le festival ¡ mira !
Créé sur mesure pour Stéphanie Fuster, soliste repérée auprès d’Israel Galvan ou
Juan Carlos Lerida, ce solo accompagné questionne les origines mêmes de cette
danse qui semble tenir tout entière dans un cri. (…) Le flamenco, danse de la volonté
selon Aurélien Bory, devient sous nos yeux autre chose : une esquisse maladroite qui
finit en tableau vivant.
Philippe Noisette, Les Inrockuptibles, du 25 novembre au 1er décembre 2008

Dans sa dernière création questcequetudeviens ?, Aurélien Bory propose un spectacle
inventif et brillant qui met en scène la solitude de l’être et la vanité de l’existence. (…)
C’est la jeunesse des interprètes et leur fragilité qui au moment des saluts retourne
une dernière fois l’assistance. Ultime éclat d’un spectacle drôle, beau, émouvant où le
flamenco est audacieusement décontextualisé et magnifiquement interprété, et duquel
on ne se prendra à regretter, comme pour la vie, que la relative brièveté.
Eric Demey, Mouvement, 13 novembre 2008

Qu’est-ce que tu deviens, toi la danseuse ou toi la danse, lorsqu’on t’arrache de la
terre ferme et qu’on te met les pieds dans l’eau ? (…) Encore une belle réussite pour le
magicien Bory, qui décidemment n’a de cesse de nous étonner par son aptitude au
détournement et à sa capacité à transformer tout ce qu’il touche en art.
Hélène Fiszpan, Aqui ! ,18 novembre 2008

Questcequetudeviens ? construit pour la danseuse flamenca Stéphanie Fuster est une
création formellement réussie : un théâtre de belles images, autant d’écrins pour la
danse tonique, nerveuse et précise de cette Toulousaine devenue reine du taconeo.
Serge Latapy, Sud-Ouest, 13 novembre 2008