Deux semaines sur le Rivage...

 

par Nicolas

jeudi 28 mars 2019

Nous vous le racontions dans un précédent article, un groupe d’ados et de jeunes adultes s’est constitué auprès de la Garance, suite à un stage animé par Pascale Daniel-Lacombe et le Théâtre du Rivage, en 2018.

Ils avaient alors travaillé sur les créations à venir de la compagnie, Maelström et Dan Da Dan Dog. La programmation de ces spectacles ce mois-ci à la Garance a été l’occasion pour eux de belles retrouvailles, mais aussi de découvrir ce travail auquel ils ont participé. Et pour certains, d’avoir la surprise de retrouver, sur scènes, certaines de leur proposition. Ainsi du soleil, de la lumière, réclamés par Julien après la première lecture du texte de Maelström, que l’auteur Fabrice Melquiot a ensuite ajouté à la fin du récit, ouvrant un espoir quant à l’avenir. Pascale Daniel-Lacombe a d’ailleurs rappelé lors de la rencontre d’après spectacle combien cette semaine passée en compagnie des jeunes cavaillonnais avait été importante dans la création de ce spectacle. Comment leurs retours ont permis ici de préciser le texte, là d’apporter de la justesse dans les mots et les attitudes de Véra, cette adolescente en colère et « sourde au monde ».

8 membres du groupe ont poursuivi leur parcours aux côtés de Pascale, pour une nouvelle journée de stage, passée à rejouer certains passages de Maelström, à proposer différentes interprétations de ce personnage. Et enfin à travailler collectivement des situations de jeu et des déplacements, en lien avec Dan Da Dan Dog, pièce chorale à 7 personnages.

JPEG - 712.2 ko 

En partenariat avec le Rectorat d’Aix-Marseille, Pascale a également animé deux formations à l’attention des enseignants, afin de leur faire partager son processus de création, mais aussi sa vision du théâtre, son rapport au public et à la jeunesse. Les 43 enseignants présents ont ainsi été immergés dans Maelström et Dan Da Dan Dog, par un travail d’ateliers de pratique autour de la lecture des textes, de la dramaturgie, des intentions de jeu, du langage corporel, des déplacements, soit l’essence même du travail de Pascale.

Là encore, Pascale a fait preuve à la fois d’exigence, de précision et de bienveillance, pour entraîner collectivement ados, jeunes et enseignants, et pousser chacun à s’exprimer, à se dépasser, pour arriver à ce qui constitue le cœur de son théâtre, la sincérité du plateau.

Il y aurait encore beaucoup à dire et à écrire concernant ces deux semaines en compagnie du Théâtre du Rivage, tant les rencontres ont été nombreuses et foisonnantes… La suite en mai, dans le cadre de D’ailleurs je suis d’ici, le festival des artistes compagnon.ne.s de la Garance !