Des mots pour Philippe Grombeer

 

jeudi 30 avril 2020

Philippe Grombeer est décédé ce dimanche 26 avril à Bruxelles à l’âge de 74 ans. C’était un tisseur de liens, un ardent défenseur des arts, un homme de culture qui aimait relever les défis et construire de nouveaux territoires dédiés au théâtre, à la création et à la rencontre.

Philippe a été de 2002 à 2011 directeur du théâtre des Doms à Avignon. A ce titre, accompagné par Isabelle Jans, il était chargé de faire de ce lieu une vitrine pour la création belge dans cette ville en particulier durant le Festival. Isabelle et Philippe ont très vite fait de cette maison au pied de l’escalier des Doms un nouvel écrin incontournable durant ce mois de juillet à Avignon grâce à la qualité de la programmation, des rencontres et de cet accueil si particulier qui constitue depuis lors l’ADN de ce lieu. Mais Philippe Grombeer homme de contact, de liens et de réseaux en connexion permanente avec le territoire et celles et ceux qui le composent a aussi voulu que ce Théâtre soit un espace de rencontres, d’échanges et de création durant toute l’année. Et le Théâtre des Doms est vite devenu une maison refuge, où les artistes, les jeunes professionnels issus du Conservatoire, de l’Université, ou du réseau associatif local savaient qu’ils pouvaient se retrouver là pour avoir, lors d’un rendez-vous, un conseil, une écoute, ou un espace de création ou de rencontres à disposition.

La Scène nationale de Cavaillon a toujours été accueilli au Théâtre des Doms avec chaleur, enthousiasme et bienveillance, c’est ici que des réseaux, des rencontres, des festivals sont nés : Cité nez clown, Drôle de Hip Hop, Texto Théâtre... Et c’est naturellement là que de nombreux spectacles du dispositif Nomades ou de ces festivals partenaires ont été accueillis par La Scène nationale et le Théâtre des Doms réunis. La liste serait longue mais la qualité de ces rencontres fut toujours remarquable. Parmi nos meilleurs souvenirs on peut citer La nudité du ragoût du clown Ludor Citrik, La nuit juste avant les forêts et Vengeances tardives montés par Catherine Marnas, Oxygène de Galin Stoev, Il neige dans la nuit d’Arnaud Meunier... Philippe est même allé jusqu’à accueillir spectateurs et artiste chez lui dans son appartement à l’étage du Théâtre avec une représentation du spectacle Jamais avant de François Cervantes. Dans cet inventaire des souvenirs communs on n’oublie pas ce fameux et unique concert de Chris Conti, désormais mythique, moment remarquable de complicité, d’humour et de chansons, un fameux 1er avril.

Durant plusieurs années, on se sentait si bien au Théâtre des Doms que toute l’équipe de la Garance se retrouvait là pour la fameuse journée des répétitions générales qui ouvrent pour nous comme pour beaucoup de spectateurs chaque été le Festival d’Avignon. On voyait alors tous les spectacles de la programmation pour au final en choisir un ensemble pour la programmation de l’année d’après. Ce fut Hamelin de Juan Mayorga en 2011, dernière saison avant le départ à la retraite de Philippe. On se souvient tous des bras ouverts, du sourire, des fêtes, des rencontres à Avignon, Cavaillon ou Bruxelles, de la bise et de la bienveillance qui rassure et qui nous mène loin. Merci Philippe pour tout ça.

En ce triste jour, les membres de l’équipe de la Garance, de la Scène nationale qui sont passés là durant ces années pensent à lui, à tous ces beaux moments construits ensemble. On pense aussi à sa famille, à Isabelle Jans son alter ego complice, à Bénédicte, Isabelle, Karine, Hervé, Saïd et toutes les personnes qui sont passées par les Doms. On embrasse enfin Alain et l’équipe actuelle qui poursuivent ce beau travail. Et on se redit là : « On continue ! »