Emma Verbeke & Corentin Diana

 

Avec le spectacle de sortie du CNAC, Atelier 29, mis en scène par Mathurin Bolze de la compagnie MPTA, nous découvrons une grande affinité artistique avec la compagnie et une attirance particulière d’un nouvel agrès : la plate-forme. L’envie mutuelle de continuer sur ce chemin nous amène à l’idée d’un duo en compagnonnage avec l’équipe de MPTA.
Puis La Garance nous propose de devenir artistes compagnons, une suite logique après notre sortie d’école et notre passage sur le territoire dans le cadre du focus sur les écoles d’art !
Nos envies sont de rencontrer des personnes sur le territoire pour nourrir notre tout premier spectacle : A nos vertiges.

Venant d’un petit village sarthois, Emma Verbeke commence à développer son sens artistique avec la danse et le bricolage en famille. Elle apprivoise le cirque en loisirs avec "Le cirque d’anges heureux" et se prend rapidement au jeu du trapèze fixe. A l’âge de 15 ans, elle opte pour le baccalauréat L, option arts du cirque à Châtellerault et poursuit la pratique du trapèze fixe. Désireuse de visiter la France et de se réchauffer vers le Sud, elle entame une formation professionnelle à l’école de cirque de Bordeaux et se tourne vers une nouvelle discipline : les sangles aériennes. Dès lors, une évidence s’impose et la pousse à développer l’acrobatie et la danse autour des sangles.
Après deux ans, toujours en soif d’apprendre, le Centre national des arts du cirque à Châlons-en-Champagne est l’opportunité pour elle d’aller plus loin.
En septembre 2015, elle sera la première femme "sangliste" à intégrer le Cnac, avec le but de pouvoir redonner à la discipline une certaine fraîcheur. Elle enrichit sa recherche par d’autres disciplines qu’elle pratique comme les équilibres sur la tête, la danse, l’acrobatie et toutes les petites folies qui l’habitent. Dans tous les virages de son parcours, elle sait apprécier les échanges qui s’avèrent déterminants : à Bordeaux, Vincent Nadal, acteur et interprète au théâtre, Gilles Baron danseur et chorégraphe. Tous deux l’ont touchée à des endroits inattendus.
Au Cnac : Johann le Guillerm, créateur circassien, en questionnant la matière du papier dans ses recherches. Elle finit le Cnac, puis continue avec la création du spectacle de sortie mis en scène par Mathurin Bolze, qui se jouera en France de janvier à juin 2018.
Pendant la création un lien fort se noue avec la scénographie. Le travail avec les plateforme lui donne de nouvelles envies, celle de monter un duo avec Corentin, acrobate de sa promotion, avec l’une des plates-formes du spectacle Atelier 29.

Corentin Diana est né en 1994 à Auch. Il vit une enfance paisible dans le Gers, va à l’école tous les jours, se chamaille avec ses deux sœurs et pratique l’athlétisme et le handball dès son plus jeune âge. Un jour, ses parents, qui le trouvent trop fermé socialement, décident de l’inscrire au Pop Circus, une école de cirque amateur à Auch. Il y découvre des disciplines de cirque (jonglage, bascule, trapèze volant…) et aussi les notions de partage et de vivre ensemble.
A 18 ans, sous le regard sceptique de ses parents, il décide de se lancer dans les arts de cirque. Il atterrit à l’Ecole nationale des arts du cirque de Rosny-sous-Bois
(Enacr) en 2012 et intègre un collectif d’anneaux chinois. L’équipe pédagogique lui conseille alors de redoubler, ou de changer de discipline, voire d’abandonner.
Il opte pour le redoublement et s’essaie au fil pendant quelques mois. Sans conviction. Il quitte alors l’Enacr pour l’Ecole de cirque de Bordeaux qui l’accueille à bras ouverts, lui et sa spécialité : l’acrobatie. Il réalise alors d’énormes progrès et cet environnement bienveillant lui redonne le goût pour le cirque.
Il est ensuite reçu, en 2015, aux sélections à l’entrée du Centre national des arts du cirque (Cnac) de Châlons-en-Champagne.
Aujourd’hui, Corentin consacre sa pratique à l’acro-danse et au trampoline.

Parcours de fidélité


2019 - 2020   À nos vertiges