accessibilité
 
Claude Brozzoni 
Partager
 

Né en Haute-Savoie en 1955, Claude Brozzoni commence par des études techniques, des petits boulots dont celui de serrurier, puis une formation de comédien sur le tas, presque par hasard, qui le conduit à la mise en scène. Dans sa famille immigrée d’Italie, les livres n’existaient pas. Le théâtre l’ouvrira à la littérature et à la musique. Son milieu d’origine était un monde de croyances, au quotidien rythmé par les cérémonies religieuses, où le sacré représentait une valeur centrale.

Brozzoni tire de cet héritage une éthique et une approche intime des choses et des gens, davantage fondée sur l’intuition que sur l’intellect. De son grand père paternel, qui parlait à ses vaches et l’initiait à la nature, il a gardé cette capacité d’aller au-delà des apparences, pour capter la transcendance des choses. Sa mère est celle qui lui a transmis une aptitude à rêver le monde, à le voir plus grand malgré les difficultés matérielles. Cela lui permet, dit-il, de restituer, dans certaines de ses mises en scène, le souffle d’une classe sociale méprisée, avec ses colères et ses rêves, ses espoirs et sa culture.

Si on chante beaucoup dans les pièces mises en scène par Brozzoni, c’est peut-être qu’il entend encore son père sifflant Verdi ou les chants des républicains italiens. Le théâtre représente pour lui la voix amplifiée de ses parents ouvriers ou de ses ancêtres paysans. Ses rencontres avec des comédiens comme Dominique Vallon ou Carlo Brandt et des auteurs comme Turrini ou Ehni le confortent dans ses choix, comme un écho qui rend la voix à ces petites gens.

Il dit de ses parents « qu’ils l’ont bien construit », comme il le fut sans doute par sa rencontre avec le plasticien Jacques Quoëx. Ce dernier l’initie à la scénographie et le sensibilise à la peinture et c’est ainsi, affirme-t-il, « qu’il a pénétré le théâtre par les yeux et par les mains ». À l’opposé d’une conception du théâtre pour le théâtre, les mises en scène de Brozzoni provoquent et convoquent les puissances archaïques de nos êtres pour « qu’il fasse homme en nous » comme le suggère un écrivain et metteur en scène africain. Loin des circuits balisés, Brozzoni fait un théâtre politiquement incorrect, comme on fait la guerre, secouant ainsi le confort de nos consciences. Il espère, à travers ce jeu démasqué, conduire à une représentation vraie où les yeux des acteurs deviennent les projecteurs de l’émotion sincère.

 
Separateur

Parcours de fidélité

 
2014 - 2015   Quand m’embrasseras-tu ?

En savoir plus

 
http://www.cie-brozzoni.com/
Picto Facebbok
 
 
Haut de page