danse

CCN de nantes
ambra senatore

Scena madre*


durée 1 h
vendredi
29 mars
 20 h 30
La Garance

Pécou 15 €

Plein 21 €
Réduit 17 €
- 26 ans, demandeur d’emploi 10 €
Minima sociaux 3 €

Pièce pour sept interprètes

En italien, « scena madre » désigne la scène d’un film où l’intrigue peut enfin se révéler. Traduisons plutôt littéralement par « scène mère » pour rester au plus près de cette proposition chorégraphique. D’ailleurs, nous croyons quelquefois reconnaître des signes empruntés au cinéma, un univers plutôt hitchcockien, cultivant le suspense. Autour de la « scène mère », sans cesse le leitmotiv, les saynètes se répètent et s’étoffent tandis que les duos, les trios s’échangent, se redécouvrent, s’élancent, font corps, dans un silence parfois ponctué de lointains échos sonores.

Pour Ambra Senatore, la chorégraphe, le mouvement n’est pas l’objet d’une virtuosité spécifique, il est le flux de situations mises en commun dans un espace. Mouvements nourris d’actions, de gestes quotidiens. Une chorégraphie entre danse, théâtre et arts visuels et qui explore les frontières entre fiction et réalité, entre dedans et dehors. Une danse pour rapprocher et vibrer. À la façon d’un collage dadaïste, Ambra Senatore et les six interprètes à ses côtés composent là un univers où absurde et logique font très bon ménage, au sein d’un jeu très alerte, tenant à la fois du cadavre exquis, de la charade et du rébus. Tableau en incessant mouvement, la danse ne produit pas d’image globalisante. « Regarder », dit Ambra Senatore, « c’est assister à des petits bouts d’existences. C’est cette attention portée à ces moments, à ces détails furtifs qui permet d’ouvrir l’imaginaire. » Scena madre* cultive cette dynamique du regard, en insouciante et réjouissante liberté.

Distribution

Chorégraphie Ambra Senatore
Avec Matteo Ceccarelli, Lee Davern, Élisa Ferrari, Nordine Hamimouch, Laureline Richard, Antoine Roux-Briffaud, Ambra Senatore
Musique originale Jonathan Seilman
Conception sonore Jonathan Seilman, Ambra Senatore
Lumières Fausto Bonvini

Création en 2017 au Gymnase du Lycée Mistral durant le Festival d’Avignon

En partenariat avec l’Université Populaire d’Avignon

Mentions

Production Centre Chorégraphique National de Nantes.
Corproduction Le Théâtre de la Ville à Paris, Le lieu unique - Scène nationale de Nantes, La Maison de la Musique de Nanterre.
Soutien Centre National de Danse Contemporaine, La Fondazione Piemonte Dal Vivo TU à Nantes - Scène jeune création et émergence.
Le Centre Chorégraphie National de Nantes est subventionné par l’État-Préfet de la région Pays- de-la-Loire-Direction Régionale des Affaires Culturelles, la Ville de Nantes, la Région des Pays de la Loire et le Département de Loire-Atlantique.
Photo – Laurent Philippe


« Une esthétique du clin d'œil et de la complicité »

Emmanuelle Bouchez
Télérama, 8 juillet 2017

Lire
Une danse théâtre de l’absurde

Jean-Frédéric Saumont, Danse avec la plume
13 février 2018

Lire
Ambra Senatore, un jeu autour du cinéma

Elisabeth Franck-Dumas, Libération
13 juillet 2017

Lire