archives
ss
ce

CCE La presse en parle


" On rangera à la hauteur du Je me souviens de Georges Perec La Commission
centrale de l’enfance
de David Lescot. "
Le Nouvel Observateur, Odile Quirot

" Ah ! comme on l’aime, ce spectacle qui se glisse discrètement dans le printemps, comme une lettre inattendue, qui vous laisse souriant, ému, content. "
Le Monde, Brigitte Salino

" Ce spectacle montre à quel point David Lescot fait partie aujourd’hui des auteurs qui comptent dans le paysage théâtral français. "
Les Inrockuptibles, Hugues Le Tanneur

" Son regard sur le passé est amusé mais tendre, et plein de nostalgie. La soirée est légère. On ne ricane pas, on rit, c’est meilleur. En totale complicité avec le
ménestrel. "
Paris Obs, Jacques Nerson

" C’est tendre et profond, et tout ce qu’il entreprend porte la marque de l’intelligence et du tact. "
L’Humanité, Jean-Pierre Léonardini

" Lescot raconte ces années d’un faux ton neutre, entre la magie de l’enfance et la difficulté d’être adulte. Il est, magnifiquement, sur le fil d’une lame, douce et tranchante à la fois. "
Les Échos, Gilles Costaz

" Avec trois fois rien, une histoire vraie arrivée à des gens vrais, une guitare électrique rouge, des accords pincés ou plaqués, un parler-chanter d’une simplicité biblique, un timbre clair et envoûtant […] "
Télérama, Daniel Conrod