archives
05
06

CARLOTTA IKEDA « ZARATHOUSTRA » VARIATIONS

DANSE


La rencontre avec la danse Butô, c’est un choc esthétique inoubliable.
Corps quasi-nus fardés de blanc, danse qui oscille entre la transe et l’hystérie, cette re-création du spectacle fondateur de la compagnie Ariadone, menée par Carlotta Ikeda nous entraîne dans une interprétation féminine de ce courant essentiel de l’art contemporain japonais.

"L’œuvre de Nietzsche - Zarathoustra - est un point ou un corps suspendu entre l’Orient et l’Occident... Nous sommes Zarathoustra.
Je dis plus précisément : nous sommes le contraire de l’œuvre de Zarathoustra, un Zarathoustra pervers : alors que Nietzsche pense ce point de l’Occident vers l’Orient, nous, nous le jetons depuis l’Orient."

Ko Morobushi

Tableau 1 : LE PALAIS DE REVE
Un léger voile...Limite sensible entre la vie et la mort, au fond se profile un plan incliné...Dionysos, pont dangereux du corps. Le léger voile, le plan incliné. Cloué là, le corps nu d’une femme. Ariane...

Tableau 2 : LES FERS DE PARAPLUIE
Les cloches du temps s’agitent, se dérèglent. Soudain dans ce chaos, à travers la déchirure apparaît la réjouissance de la terreur et du comique.

Tableau 3 : LA FORET DE LA FORGE
Dans la forêt des mythologies et des contes, il y avait des assemblées de magiciens qui pouvaient manier en toute liberté le feu. Souvent estropiés, ils avaient accès au monde des morts et au monde des démons. Par alchimie qui transforme en les fondant, les métaux, la forêt de Zarathoustra est transposée dans la forêt japonaise.

Tableau 4 : LA SERVANTE RITUELLE/LA BETE
Vois !...La force magique qui descendit dans la forêt japonaise... Quelle est cette puissance qui appelle, éveille Dionysos, si ce n’est la force de la prêtresse séquestrée ?

Tableau 5 : LA SAISON DES SORCIERES
D’abord, quelques innocences sont là. Elles dansent, possédées par Dionysos puis rient à gorge déployée...

Tableau 6 : SILS MARIA
Ariane, abandonnée par Thésée, se lance dans le vide. Se jetant à l’eau, elle rencontre Dionysos. En risquant la mort, voici l’autre amour ! La légende japonaise de la reine OTOTACHIBANA est identique.

Tableau 7 : LOTUS-SERPENT
Les danseuses prennent la forme du serpent, symbole du cercle et du lotus, symbole du devenir Mort/Résurrection.

Tableau 8 : SPHINX FINAL
La danse se poursuit, toujours en cours. Nous sommes la douleur qui revient. Le sel tombe de la mer renversée. Le sel blanc, assèchement de l’âme et de la puissance qui métamorphose.

Spectacle accueilli en collaboration avec les Hivernales
avec la participation de l’OARA


LA TRANSMISSION D’UNE OEUVRE-CULTE DU BUTÔ

Au début des années 80, Carlotta IKEDA et Ko MUROBUSHI, fondateurs de la compagnie ARIADONE, ont fait connaître leur lecture du Buto en Europe avec le spectacle “ZARATHOUSTRA”.

Cette oeuvre a marqué les esprits par l’énergie et la violence qu’elle dégageait. La danse contemporaine occidentale découvrait là un autre langage chorégraphique.

Une question se pose : le Buto est-il un mouvement artistique fixé dans une époque ou un état d’esprit, un souffle, une énergie qu’il est possible de transmettre au-delà de la génération qui l’a fait naître ?

Re-créer ZARATHOUSTRA, aujourd’hui, vingt après, c’est prendre le risque de répondre.

La piste de travail initiale consiste a s’inspirer de la mémoire du spectacle (laissée dans les corps, dans les esprits, dans les bandes musicales, dans les images fixées sur vidéo ou sur photo) et de réécrire une oeuvre avec de nouvelles danseuses, avec la matière offerte par les identités de chacune.

L’intérêt et l’essence de cette ré-écriture n’est pas dans ce simple effort de mémoire mais dans sa capacité à nourrir l’énergie du présent.

Il s’agira de transmettre cette danse in extenso, de retrouver l’engagement des corps et de vérifier l’actualité du propos. Sans s’abandonner à la nostalgie, il s’agira aussi d’en explorer les ambiguïtés.

Extrait d’une interview de Carlotta Ikeda


DES NAVETTES POUR CE SPECTACLE !
Convivialité rime avec Hivernales
Comme les habitués du festival le savent déjà, les Hivernales organisent le co-voiturage les soirs de spectacles hors les murs.
Le rendez-vous se fait devant la Poste centrale à Avignon. Départ à 18h pour la représentation du jeudi à 19h et 19h pour celle du vendredi à 20h30.
En plus du minibus mis à disposition par les Hivernales, les "avec-voitures" qui ont des places peuvent faire un crochet par le point de rendez-vous, seule contraintes : on raccompagne la (ou les) personnes qu’on a amenée(s) en fin de soirée... jusqu’à la Poste.

Petit rappel au passage, la Scène nationale propose aussi de mettre en relation les "avec" et les "sans-voitures" n’hésitez pas à nous en faire part lors de vos prises de réservation.


POUR ALLER PLUS LOIN...

- Carlotta Ikeda animera un stage de Butô du dimanche 19 au mercredi 22 février
Plus d’infos sur le site des Hivernales d’Avignon

- Carlotta Ikeda raconte son parcours depuis sa découverte de la danse au Japon jusqu’à la recréation de Zarathoustra dans une interview accordée à Palpitations

- Deux livres sur le butô et Carlotta Ikeda


Butô(s)
Odette Aslan, Béatrice Picon-Vallin
CNRS EDITIONS


Carlotta Ikeda : danse butô et au-delà
Photographies de Laurencine Lot
ed. Favre