Blog > novembre 2016

 
"Tel quel !", ou la danse pour tous
accessibilité

mercredi 30 novembre 2016, par Nicolas

Avec son spectacle Tel quel !, Thomas Lebrun veut montrer combien la norme peut nous asphyxier, et combien il est important de regarder les gens tels qu’ils sont et de se montrer tel que l’on est. Tel quel ! Aussi, quelle plus belle image que de vous avoir accueilli, cinq représentations durant, tels que vous êtes ?

Jeunes et moins jeunes, en famille ou sans enfants, du centre ville ou de la périphérie, de Cavaillon et d’ailleurs, voire de très très loin, spectateurs fidèles ou néophytes, différents ou non... Tels quel !

Cinq représentations durant, se sont notamment succédés les enfants des établissements scolaires de Cavaillon et des alentours, certains de leurs parents invités pour l’occasion, mais aussi des spectateurs sourds et malentendants venus assister à la représentation adaptée en Langue des Signes Française (LSF), en partenariat avec l’association Accès Culture. Ou encore un groupe accompagné par le GRETA de Cavaillon, constitué de personnes venues des quatre coins du monde et récemment arrivées en France. En tout, près de 1600 spectateurs, réunis autour d’un message de tolérance et d’entraide, partagé grâce au langage universel qu’est celui du corps.

Suite au spectacle, les interprètes ont également animé six ateliers de pratique artistique parents/enfants, avec l’école Charles De Gaulle et dans le cadre de l’opération « Passerelles citoyennes », autour de la construction d’autoportraits dansés. Ils ont aussi échangé longuement avec les personnes sourdes et malentendantes, grâce à l’aide de Sylvie Dhailly, traductrice/interprète en LSF, ainsi qu’avec le groupe du GRETA.

Une maman après l’atelier : « Cet atelier m’a libérée : à la maison on passe son temps à faire à manger, à s’occuper des enfants et à faire le ménage, on pense même plus qu’on peut s’occuper de soi, qu’on peut faire ça avec notre corps »

Une autre maman, quelques jours après l’atelier, croisée à l’école : « je continue à danser avec mes enfants à la maison, on refait les exercices ensemble, je pensais pas que je pouvais danser avec mes enfants avant. Merci ! »

Un enfant « j’avais jamais vu ma maman danser »

L’intervenante de la compagnie « Cet atelier a été un des moments les plus forts que j’ai pu avoir dans mes expériences d’actions culturelles, voir ces maman danser avec leurs enfants avec autant de générosité et d’expression, ça m’a donné la chair de poule et de les entendre parler après, ça donnait envie de pleurer tellement c’était beau, ça a tellement de sens de faire ça , c’était un moment très émouvant pour moi. »

Merci à Thomas Lebrun et à l’équipe du Centre chorégraphique national de Tours pour leur disponibilité, ainsi qu’aux différents partenaires concernés (Accès Culture, établissements scolaires, GRETA, CCAS…) pour leur engagement.

Tel quel !, de Thomas Lebrun, les 15, 16 et 17 novembre 2016 à la Garance.


Cher Jean-Luc Lagarce…
retours de spectateurs

jeudi 10 novembre 2016, par Nicolas

Est ce parce que Jean-Luc Lagarce se savait mortellement malade, que la mort court comme un fil d’or, discret mais si présent, dans ces jubilatoires « Règles du savoir-vivre » ? En tout cas Agnès Régolo, metteur en scène et interprète, n’a pas oublié cette haute note de la disparition. Et elle la joue, ténue, tenue jusqu’à la fin, avec les deux musiciens Serge Innocent et Guillaume Saurel.

Très cadré – sous le regard d’une immense et voluptueuse Vénus alanguie dans un cadre doré, colorée par Érik Priano –, le trio se déshabille vite des codes de la bonne conduite en société pour s’ébattre sur un canapé et danser (on reconnaît la patte de Georges Appaix). C’est très rock, déhanché, cassé. Comme le cadre éclaté qui entoure le podium des musiciens qui ne tiennent pas en place : un spectacle à l’image de Lagarce, ironique, élégant. Tendrement rageur, drôle pourtant. Parce que la vie continue. Grâce au théâtre.

Danièle CARRAZ

Les Règles du savoir-vivre dans la société moderne, mise en scène Agnès Régolo, c’était les 8, 9 et 10 novembre 2016 à la Garance.