archives
ss
ce

Auteur

Rafael Spregelburd


Né en 1970, Rafael Spregelburd est l’un des représentants les
plus brillants d’une nouvelle génération de dramaturges
argentins extrêmement inventive et prolifique, qui a commencé
à créer dans les années du retour à la démocratie, après la
dictature militaire de 1976-1983.

Il a été boursier du théâtre Beckett de Barcelone, du British Council et du Royal Court Theatre de Londres, auteur en résidence du Deutsches Shauspielhaus d’Hambourg, auteur et metteur en scène invité de la Schaubuhne de Berlin... Spregelburd a été invité par de nombreux festivals internationaux et a obtenu plus d’une trentaine de prix argentins et internationaux.

Rafael Spregelburd dépasse, dans sa pratique artistique, la division du travail qui structure traditionnellement l’activité théâtrale : à la fois auteur, metteur en scène, comédien, traducteur et pédagogue, son écriture se nourrit des différents savoirs qui accompagnent son
activité créatrice. A partir de 1995, il commence à mettre en scène ses propres textes et, occasionnellement, des adaptations
d’autres auteurs (Carver, Pinter). Ses traductions de Harold Pinter, Steven Berkoff, Sarah
Kane, Wallace Shawn, Reto Finger et Marius von Mayenburg ont souvent fait l’objet de
mises en scène. Il vit et travaille principalement dans sa ville natale de Buenos Aires. Vers la
fin des années 90, son oeuvre, traduite en plusieurs langues, commence à se faire connaître
au-delà de l’Argentine, principalement en Amérique Latine et en Europe, en particulier en
Allemagne, en Espagne et en Angleterre.

En 1994 il crée avec la comédienne Andrea Garrote la compagnie El Patron Vazquez, pour
laquelle il écrit plusieurs textes dont La Estupidez et La Paranoïa. Tout au long de ses plus
de trente pièces, écrites dès le début des années 90, Spregelburd n’a cessé de mener une
exploration formelle aussi féconde et virtuose que théâtralement efficace.
Celle-ci est particulièrement évidente dans la série de pièces indépendantes qui composent
la multiforme et démesurée Heptalogie d’après Hiëronymus Bosch. Initialement inspirée par
la Table des Sept Péchés Capitaux (peinte par Bosch vers 1475-1480, musée du Prado), l’Heptalogie s’étend sur plus de dix ans de travail.