accessibilité

Archives saison 2007-2008

 
vendredi
1er février
21 h
Théâtre de Cavaillon

Arno, en concert  

Jus de box

Partager
 

Les années passent et le bluesman belge déjanté continue d’ériger une œuvre déconcertante par sa richesse et son originalité. Arno surprend tout en restant lui-même : toujours un rien chiffonné, la voix rocailleuse, il oscille entre l’humour un brin lourdingue et une touche poétique inimitable. Il y a du Brel dans ses angoisses, du Ferré dans ses colères, du Waits dans ses outrances, du Dylan dans sa (feinte) indifférence. Son nouvel album, « Jus de box » est un mélange de rock théâtral et de blues déglingué dans lequel il parle cru, des femmes, de son intimité, de la mort.

 

En 1970 il forme son premier groupe « Tjens Couter ».
Il est à l’origine du groupe « TC Matic » (d’abord appelé « TC Band » de 1977 à 1980).
Le groupe se sépare en 1986 et Arno se lance dans une carrière solo. D’abord sur Virgin, il signe ensuite sur Delabel.

En 1991 il forme le groupe « Charles et les Lulus » qui ne durera pas longtemps.

Il a également été acteur en 1996 dans Camping Cosmos de Jan Bucquoy et en 1997 dans Alors, voilà de Michel Piccoli. Pour la petite histoire, il fut le cuisinier de Marvin Gaye lorsqu’il résida à Ostende (à partir de 1981). Il a reçu 5 fois « l’Humo’s Pop Poll Award » du meilleur chanteur belge.

Belge, il est connu pour sa voix brisée à la Tom Waits et ses textes touchants, parfois empreints de naïveté. Chantant en anglais, en néerlandais et en français il a fait de nombreux tubes (Putain, Putain, bathroom Singer, Elle adore le Noir, Les Yeux de ma mère, Je veux nager, Chic et pas Cher).
Il s’est fait une spécialité de reprises toujours très originales de standards francophones (Les Filles du bord de mer d’Adamo, Le Bon Dieu de Jacques Brel, Comme à Ostende de Jean-Roger Caussimon et Léo Ferré, Elisa de Serge Gainsbourg), ou anglophones (Mothers Little Helpers des Rolling Stones, Knowing me, knowing you de ABBA, toutes les deux jouées de façon beaucoup plus lente), voire les deux (meddley Jean Baltazaarr, La fille du Père Noël, Jean Genie de Jacques Dutronc/David Bowie, avec Beverly Jo Scott).

Abandonnant un peu l’anglais au cours du temps, sa musique reste un vaste mélange, l’accordéon y côtoyant la guitare électrique. C’est sur scène qu’il prend sa vraie mesure comme en témoigne ses deux lives En Concert (à la française) (qui contient des versions magnifiques de Les Yeux de ma mère et Je ne veux pas être grand) et Live in Brussels sorti en 2005.

En 2006, il a tenu le rôle principal de Komma un film de Martine Doyen et enregistre un nouvel album, Jus de Box , sorti en janvier 2007.

 
 
 
 
Haut de page