Ateliers

Anima Théâtre en résidence au collège Clovis Hugues

 

par Nicolas

lundi 3 février 2020

Adapter L’Orange mécanique, le roman d’Athony Burgess rendu célèbre par Stanley Kubrick, pour une salle de classe et à l’attention d’un public adolescent, voilà le défi de Yiorgos Karakantzas, co-directeur de la Cie Anima Théâtre et artiste compagnon de la Garance.

Yiorgos a déjà créé la pièce Mécanique en 2017, adaptée du même roman par Catherine Verlaguet et d’ailleurs co-accueillie par la Garance au Théâtre des Halles.

Un texte très actuel qui met en question la violence autant comme comportement individuel qu’institutionnel. Une forme longue (1h) qui nécessite une salle avec un plateau et une machinerie théâtrale importantes. Un spectacle qui mélange des projections, des hologrammes et des marionnettes et s’adressant aussi bien à un public adulte qu’à un public adolescent. Les retour de ces derniers nous ont encouragé à créer une deuxième forme, plus courte (30mn), allégée de sa structure scénique et recentrée sur le texte. Une petite forme qui s’inscrit dans le travail et la démarche que mène la compagnie depuis plus de dix ans, à savoir développer des formes légères techniquement et tout terrain, qui peuvent aller à la rencontre des publics, hors les murs.
Yiorgos Karakantzas

Afin de redimensionner cette petite forme, intitulée Engrenages, d’en confronter les thématiques (violence, prison, dystopie) avec des jeunes de l’âge auquel s’adressera le spectacle, Yiorgos s’immerge durant deux semaines au collège Clovis Hugues de Cavaillon. Les matinées sont consacrées à des ateliers auprès d’une classe de 4e, autour de l’histoire d’Alex, personnage principal du roman, et plus largement des univers dystopiques. Tandis que l’après-midi, Yiorgos et Nicolas Schintone, régisseur, travaillent en résidence sur la création d’Engrenages.

La scénographie d’Engrenages installée au collège :

JPEG - 4.1 Mo  JPEG - 3.9 Mo  JPEG - 3.8 Mo 

La première semaine d’ateliers a été consacrée à un travail autour de la dystopie, à partir de films, de séries, de livres (Hunger games, Star Wars, Divergente, Metropolis...). Les élèves ont ensuite réalisé des maquettes représentant des univers dystopiques faisant écho à L’Orange mécanique. Ils se sont pour cela appropriés le langage visuel d’Anima Théâtre, mêlant objets de récupérations, collages, images métaphoriques. La semaine prochaine, ils s’empareront du langage scénique de la compagnie, en travaillant sur la vidéo et le théâtre d’objets.

Quelques unes des maquettes réalisées par les élèves :

JPEG - 4.2 Mo  JPEG - 705.5 ko  JPEG - 1.2 Mo