Archives saison 2013 - 2014

Thomas Lebrun<br>Franz Schubert (cliquez pour agrandir)
Thomas Lebrun<br>Franz Schubert (cliquez pour agrandir)
Thomas Lebrun<br>Franz Schubert (cliquez pour agrandir)
Thomas Lebrun<br>Franz Schubert (cliquez pour agrandir)
Thomas Lebrun<br>Franz Schubert (cliquez pour agrandir)
mardi
11 mars
20h30
Théâtre de Cavaillon
durée 1h
danse
Thomas Lebrun
Franz Schubert 
La jeune fille et la mort Ressources documentaires
Vos réactions
Partager
 

Pour sa dernière création, Thomas Lebrun s’est inspiré du romantisme absolu du lied et du quatuor à cordes de Schubert, La jeune fille et la mort, en réunissant sur scène sept interprètes, le baryton Benjamin Alunni et le Quatuor Voce.

Mouvement éternel visant à renouveler les formes de pensée et d’expression, le romantisme pour Thomas Lebrun « n’est pas le courant qui anime le plus l’évolution de l’art chorégraphique actuel. Cela étant, il demeure pour moi un sujet très contemporain, de par sa lente disparition et sa discrète résistance ».
Au-delà de la mort, Thomas Lebrun a choisi de traiter l’éclat et la beauté de la jeunesse. La jeune fille, incarnée par Anne-Sophie Lancelin, se confronte aux différents âges de la vie, rencontre des femmes traversées par le temps, pleines de convoitise et de concupiscence, se perd dans une forêt d’hiver, croise des figures en proie au désir et au péché. Même si l’œuvre originale, très portée sur la présence de la mort et son apprivoisement par la consolation, est ici évoquée, la jeune fille de Thomas Lebrun ne va pas mourir… Dans sa danse finale, attirée par l’effondrement et la chute, elle prouve son fol espoir de vivre et de se révolter contre l’inéluctable.

 

Distribution

Chorégraphie Thomas Lebrun
Interprétation Odile Azagury, Anthony Cazaux, Raphaël Cottin, Christine Gérard, Anne-Sophie Lancelin, Corinne Lopez, Christian Ubl
Quatuor Voce : Sarah Dayan (violon), Cécile Roubin (violon), Guillaume Becker (alto), Lydia Shelley (violoncelle)
Interprétation du lied Benjamin Alunni (baryton)

Musique La jeune fille et la mort de Schubert / Quatuor à cordes, D 810
La jeune fille et la mort de Schubert / Lied Opus 7 n°13, D351

Scénographie Valérie Jung
Création costumes Jeanne Guellaff
Création lumière Jean-Marc Serre
Création son Mélodie Souquet, Mathieu Nogues

Mentions

Production Compagnie Illico / Centre chorégraphique national de Tours - direction Thomas Lebrun
Coproduction Théâtre National de Chaillot, Maison de la danse de Lyon, Centre Chorégraphique National de Roubaix
Nord-Pas de Calais, le phénix scène nationale Valenciennes, Ballet de l’Opéra national du Rhin - CCN, Danse à
Lille / Centre de Développement Chorégraphique.
Apport en production Centre chorégraphique national de Créteil et du Val de Marne.

Cette création a été rendue possible grâce aux financements de la DRAC Nord-Pas de Calais et du Conseil Régional
Nord-Pas de Calais.

 
 
 
 
Haut de page