Accessibilité
(cliquez pour agrandir)
Thomas Lebrun 
Partager
 

Interprète pour les chorégraphes Bernard Glandier, Daniel Larrieu, Christine Bastin, Christine Jouve ou encore Pascal Montrouge, Thomas Lebrun fonde la compagnie Illico en 2000, suite à la création du solo Cache ta joie !. Implanté en région Nord – Pas de Calais, il fut d’abord artiste associé au Vivat d’Armentières (2002-2004) avant de l’être de 2005 à 2011 auprès de Danse à Lille / Centre de Développement Chorégraphique.

On prendra bien le temps d’y être, La Trêve(s), Les Soirées What You Want ?, Switch, Itinéraire d’un danseur grassouillet ou La constellation consternée sont autant de pièces que d’univers et d’esthétiques explorés, allant d’une danse exigeante et précise à une théâtralité affirmée. Thomas Lebrun signe par ailleurs plusieurs co-écritures, notamment avec Foofwa d’Imobilité (Le show / Un twomen show), Cécile Loyer (Que tal !) et Radhouane El Meddeb (Sous leurs pieds, le paradis), et donne une place forte à l’enseignement et à la transmission.

En juillet 2010, il répond à la commande du Festival d’Avignon et de la SACD (Les Sujets à Vif) avec la création du solo Parfois, le corps n’a pas de cœur. En mai 2011, il crée Six order pieces, solo au croisement des regards de six artistes invités (Michèle Noiret, Bernard Glandier, Ursula Meier, Scanner, Charlotte Rousseau et Jean-Marc Serre) dans le cadre des Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis. En mars 2012, il crée La jeune fille et la mort, pièce pour sept danseurs, un chanteur baryton et le quatuor Voce au Théâtre National de Chaillot. S’intéressant à trente ans d’amour dans le contexte du sida, sa création Trois décennies d’amour cerné est dévoilée en juin 2013 lors des Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis.

En juin 2014, Thomas Lebrun reçoit le Prix Chorégraphie décerné par le Conseil d’administration de la SACD. Invité à l’occasion du 68e Festival d’Avignon dans le majestueux cadre du Cloître des Carmes, il crée Lied Ballet, une pièce en trois actes pour huit danseurs, un ténor et un pianiste en juillet 2014.
Dans le cadre de l’opération « Monuments en mouvement » initiée par le Centre des monuments nationaux, Thomas Lebrun crée Où chaque souffle danse nos mémoires, projet chorégraphique présenté au Château d’Azay-le-Rideau, au Château de Châteaudun et au Palais Jacques Cœur de Bourges en septembre 2015 et en tournée dans les monuments nationaux jusqu’en 2017. Il présente sa nouvelle création Avant toutes disparitions au Théâtre National de Chaillot en mai 2016.
Thomas Lebrun est directeur du Centre chorégraphique national de Tours depuis janvier 2012.

 
Separateur
 
 
Haut de page