Accessibilité

Archives saison 2007-2008

 
mardi
25 mars
20h30
Rochefort du Gard - Le Castellas

 

mercredi
26 mars
20h30
Lagnes - salle La Grange

 

jeudi
27 mars
20h30
Cucuron - salle de l’Eden

 

vendredi
28 mars
20h30
Mérindol - salle des Fêtes

 

lundi
31 mars
20h30
Morières les Avignon - salle Bouvier

Marie Balmary / François Rancillac  

Cherchez la faute !

Partager
 

Adam et Eve osent manger de l’arbre interdit ! Chassés du paradis terrestre, ils sont condamnés pour des siècles à la douleur, au dur labeur et à la mort. Voilà ce qui fonde notre bonne et vieille civilisation judéo-chrétienne. Et si on rouvrait les annales de ce premier procès de l’humanité ? Si on refaisait l’enquête en revenant au texte initial, en interrogeant chaque mot, chaque sens, chaque silence...

 

Le spectacle

Lue ou pas lue, tout le monde connaît l’histoire : malgré l’expresse recommandation du divin jardinier, Adam et Eve osent manger de l’arbre interdit ! Chassés du paradis terrestre, ils sont condamnés pour des siècles et des siècles à la douleur, au dur labeur et à la mort… En quelques pages, tout est dit de ce qui fonde à jamais notre bonne et vieille civilisation judéo-chrétienne : au début était le péché, la honte, la punition… Amen ?

Et si on rouvrait les annales de ce premier procès de l’humanité ? Et si on refaisait l’enquête ? De quoi nos ancêtres ont-ils été coupables ? Quelle est vraiment leur faute ? Y a-t-il des mobiles ? Des circonstances atténuantes ?

Le livre est ouvert, et nous lisons… Nous lisons, c’est-à-dire que nous mettons de côté (autant que possible) tout ce que nous savons, croyons savoir de cette affaire. Nous lisons, c’est-à-dire que nous retournons au texte initial (l’hébreu), que nous pesons chaque mot, chaque sens, chaque mystère, chaque non-dit, que nous auscultons chaque témoignage au chef d’accusation, que nous reconstituons scène après scène le scénario originel afin de pouvoir le réinterpréter encore une fois…

Alors ? Quelle est cette « faute originelle » ? Pardon ? Comment ça, « où est-elle » ? Vous n’en trouvez pas trace dans ces textes ? Nulle part, il n’est question de « faute » ou de « péché », ni de « punition » ou de « châtiment », voire de « culpabilité » ? Mais alors, qu’est-il arrivé ? Que s’est-il joué au jardin d’Eden ?

Mesdames, messieurs les jurés, vous n’êtes pas au bout de vos surprises… »

François Rancillac, directeur de la Comédie de Saint-Etienne

La pièce est librement inspirée de La Divine Origine de Marie Balmary, publiée aux Editions Grasset & Fasquelle / Le Livre de Poche

Marie Balmary

Eléments biographiques
Marie Balmary est psychanalyste.

Elle est l’auteur de cinq essais : L’Homme aux statues (Grasset 1979)
- « Le Sacrifice interdit » (Grasset 1986)
- « La Divine Origine » (Grasset 1993)
- « Abel ou la traversée de l’Eden » (Grasset 1999)
- « Le Moine et la psychanalyste » (Albin Michel 2005)
qui proposent de nouvelles perspectives au difficile « devenir- homme » à travers une lecture symbolique (à la fois exégétique et analytique) des textes bibliques fondateurs.

 :: :: ::

La Divine Origine (éditeur : Le Livre de Poche /Collection : Biblio-essais)

On ne peut pas écouter l’autre, en tant que psychanalyste, sans se demander d’où vient à l’homme l’aptitude à dire « Je », à parler sa vie, sa mort, en première personne. Car l’efficacité de la cure analytique repose sur l’accès du patient à JE sujet, ce à quoi aucun animal n’est parvenu. Or la science, après Darwin et avec Freud, croit l’homme « issu de la série animale ».
Où donc le sujet trouvera-t-il sa généalogie ? Pas dans la nature. Où donc, dans la culture, puisque la religion de l’habitude croit lire au début de la Bible la création de l’homme comme objet vivant par un Dieu Tout-puissant.

Ce livre est un nouveau voyage dans nos récits d’origine, en quête de l’apparition du sujet : le premier JE de Dieu - du diable - et de l’humain ; comment cet humain est bien créé, mais non l’homme et La femme qui n’apparaissent que par leur rencontre ; l’importance de la loi symbolique pour JE et TU dans leur éveil... Marie Balmary revisite ainsi les grandes figures bibliques et évangéliques, leur posant à chacune la question du sujet et de l’autre.

Jusqu’à ce qu’apparaisse une nouvelle cohérence de ces textes avec l’expérience clinique. Au lieu heureux où l’homme ne se vit désormais plus comme chose, bête ou esclave, mais comme sujet fils, engendré d’esprit. Au-delà de la création et de la mort.

Distribution

conçu par :François Rancillac
avec l’exégétique collaboration de :
Danielle Chinsky, Frédéric Révérend, Yann de Graval

- durée : 1h00
suivi ed’une rencontre-débat

 :: :: ::

Création du spectacle à la Comédie de St Etienne en 2003

 :: :: ::

production : La Comédie de Saint-Etienne / Centre Dramatique National

coproduction : Le Théâtre du Binôme, le Salmanazar / Théâtre d’Epernay

 
 
 
 
Haut de page