Accessibilité
 
Laurance Henry 
Partager
 

Créée en 1998 à Strasbourg, la compagnie est dirigée par un binôme, Laurance Henry et Erik Mennesson. Laurance Henry est scénographe, plasticienne et metteur en scène, formée aux Beaux Arts de Rennes et aux Arts Décoratifs de Strasbourg. Erik Mennesson est éclairagiste et assistant metteur en scène, ingénieur de formation, et a travaillé pour d’autres compagnies avant la création de a k entrepôt.

« 1 caillou, 2 cailloux, 3 cailloux… je dessine mon chemin.
1 caillou, 2 cailloux, 10 cailloux… je construis ma maison.
1 caillou, 2 cailloux… un pour toi l’autre pour moi. »

" Se poser, pénétrer dans un espace, le transformer avec un peu de rien en un lieu de jeux, de rires, de larmes. Le faire devenir autre : jardin, château, chambre, bateau, mer… au gré des mots, des regards et confidences. Ce temps d’enfance, ce temps du Je dans le Jeu où 3 cubes font de vous bâtisseur, pirate ou princesse ; où les regards sont grands, les émotions vives, les amours éternels.
Chaque création se nourrit de ce temps enfoui en moi comme un incessant point de départ. L’espace scénographique est la première pierre de chaque création : espace scénique, espace public, espace cocon, espace du funambule, espace jardin. Ou comment faire entendre chaque battement de cœur. L’écriture la seconde pierre, se définit ensuite : celle des mots nourrie de poésie sans barrière, ni mur ; celle des corps construite dans le
jeu, le rapport à l’autre, le plaisir d’être.Se construit ainsi un puzzle de mots, sens, sons, couleurs, matière, sans narration, autour d’un fil. Quand la pelote est formée, la rencontre devient possible, la rencontre entre notre objet et l’enfant. Libre à lui d’y cueillir un fragment, de le glisser dans sa poche invisible, de repartir avec. Libre à lui de tricoter toutes les pièces et de construire un autre puzzle. L’espace de la rencontre.
Chaque représentation, unique est un dialogue à reconstruire, une promenade dans l’intime : le notre créateur, celui de l’enfant, de l’adulte spectateur. Ce dialogue onirique et organique, ce temps où tout se donne et se prend ne se tisse qu’en la présence de ces petites-grandes personnes.”

Laurance Henry

 
 
Haut de page